SPONTINI

Cliquez ici pour entendre un extrait de l'air Impitoyables dieux ! dans l'acte 2 de son opéra La Vestale, avec la soprano Karen Huffstodt dans la version dirigée par Riccardo Muti à la tête de l'orchestre de la Scala (CD Sony S3K 66357)

 

Gaspare SPONTINI (1774-1851) était le quatrième enfant d'un savetier, qui souhaitait le voir embrasser l'état ecclésiastique. Plus attiré par la musique, il trouva des bienfaiteurs pour financer ses études au Conservatoire de Naples, qui se soldèrent par un échec.

Il quitta alors Naples pour Rome, et entre 1796 et 1803, composa une quinzaine d'opéras (considérés comme musicalement peu intéressants) qu'il fit représenter à Venise, Florence et, sur la recommandation de Cimarosa, à Naples et Palerme.

En 1803, il émigre à Paris, où il compose pour le Théâtre Feydeau, se fait des relations et est nommé en 1805 compositeur particulier de la chambre de l'Impératrice. En 1806, il compose une cantate à la gloire du vainqueur d'Austerlitz. A partir de ce moment, ses opéras (la Vestale en 1807, Fernando Cortez en 1809) connaissent de grands succès. En 1810, il devient chef d'orchestre pour l'opéra italien à l'Odéon. En 1811, il devient le beau-fils du célèbre facteur de pianos Jean-Baptiste Érard. La Restauration ne lui fait aucun tort, et il compose - en collaboration notamment avec Kreutzer - un opéra-ballet pour le mariage du duc de Berry.

Sur la façade de l'Opéra de Paris, le Buste de Spontini par Louis-Félix Chabaud

Déçu par l'insuccès d'Olympie en 1819, il part en 1820 à Berlin, où il créera en 1829 Agnes von Hohenstaufen. A partir de 1835, il vit ou voyage successivement à Naples, en Angleterre, à Paris, à Rome et à Dresde, pour se retirer définitivement à Naples en 1850.

Spontini, qui s'était toujours montré généreux pour les musiciens nécessiteux, et qui n'avait pas d'enfant, légua sa fortune à des institutions charitables.

Il fut initié en 1804 à la Loge parisienne l'Age d'Or.  

Retour à la table chronologique:

Retour à la table alphabétique: