Pour nos Frères d'abord

Cliquez ici pour entendre l'air des Copains d'abord, dans un fichier midi emprunté à un merveilleux site consacré à Brassens

 

Voici, sur l'air des Copains d'abord de Georges Brassens, un autre texte que celui de Marcel W., écrit par Jo M. pour la Loge bruxelloise (constituée en 1964) Le Ciment du Grand Orient de Belgique.

Lorsqu'on a soufflé les bougies
Cela n'est pas encore fini
Car la lumière brûle encore
lumière brûle encore
Si les ténèbres n'ont pas vu
Ce que notre coeur a perçu
C'est que nous sommes bien plus forts
Pour nos Frères d'abord.

Nous sommes liés par le ciment
Et nous l'avons fait sous serment
Il nous attache jusqu'à la mort
oui jusqu'à la mort
Apprentis, Maîtres et Compagnons
Sur la même route nous marchons
Et nous sommes tous bien d'accord
Pour nos Frères d'abord.

Et pour nous tous, les horizons
Vont dans la même direction
Que nous soyons du sud, du nord
du sud ou du nord
La même langue on parlera
Quand sous l'équerre et le compas
Nous jurons que nous sommes d'accord
Pour nos Frères d'abord.

Du midi au septentrion
Aller dans la même direction
Fait que nous restons toujours forts
restons toujours forts
Si du zénith jusqu'au nadir
Nous regardons vers l'avenir
Nous pensons et pensons encore
A nos Frères d'abord.

Quand un Frère vient nous dire qu'il pleut
Cela n'veut pas dire "sauve qui peut"
Mais simplement "change de décors"
change de décors
On ne doit pas savoir, je pense,
Que tu dois prendre la défense
De tes Frères qui sont du même bord
Oui, tes Frères d'abord.

S'il arrive que la chaîne d'union
A perdu un de ses maillons
D'autres maillons attendent dehors
attendent dehors
Ainsi la chaîne universelle
Jamais elle ne se démantèle
Et cela est un réconfort
Pour nos Frères d'abord.

Lorsque nous taillons notre pierre
Avec raison nous en sommes fiers
Ce n'est qu'une partie de l'apport
partie de l'apport
Car comme éternels Apprentis
On sait qu'on n'a jamais fini
D'apporter toujours et encore
A nos Frères d'abord.

Retour au sommaire des chansons du XXe siècle :

Retour au sommaire du Chansonnier :