Chanson pour l'Adoption 

Cliquez ici (midi) ou ici (mp3) pour entendre l'air mentionné, séquencé par Christophe D.

Cette chanson particulièrement épicurienne figure aux pp. 22-23 du recueil publié à La Haye en 1751, Chansons de l'ordre de l'Adoption ou la Maçonnerie des femmes.

L'auteur est le Frère Parmentier.


                         

Que tout ici respire
la charmante Gaieté,
un coeur tendre y soupire
mais c'est de volupté,
d
ans le sein des misteres
caressé du Zéphir 
Pour jouir
Passons freres
Du desir au plaisir.

 

Que l'Enfant de Cithere
Pour charmer nos loisirs ;
Par le plus Doux salaire,
Paye tous nos soupirs ;

(refrain)

Dans le sein des misteres
Caressé du Zéphir 
Pour jouir
Passons freres
Du desir au plaisir.

 

Que chacun plein de Zele
Et d'Emulation ;
Soit cité pour modèle,
Dans notre Adoption ;

Dans le sein des Misteres, &c.

 

Buvons, aimons, sans cesse,
Usons bien des instans;
Dans cette double Yvresse
Tout áge est un Printemps ;

Dans le sein des Misteres, &c.

 

Le Paradis terrestre
Que l'on croyait perdu ;
Etoit mis en séquestre
Pour nous être rendu :
L'Adoption mes freres,
Est ce lieu de douceur,
S'y [si]  flateur ;
Nos Misteres,
Font du coeur, le bonheur.

Ci-dessous une image un peu plus claire de la partition :

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour au sommaire du Chansonnier :