Inauguration à Port-au-Prince en 1839

Cliquez ici pour entendre un fichier midi du Chant du Départ de Méhul, réalisé en son temps par Thierry Klein pour son excellent site (malheureusement disparu) Chansons populaires et enfantines et maintenant repris sur une des pages du sympathique site Culture libre. 

Au début de la cérémonie de l'installation et de l'inauguration de la respectable loge écossaise des cœurs unis, n° 24, régulièrement constituée à l'orient du Port-au-Prince, par le Grand-Orient national d'Haïti, le 3 novembre 1839, un frère de l'atelier chante le cantique suivant ... accompagné d'une musique brillante, et ces tendres harmonies tiennent pendant long-temps l'âme des adeptes de vérité qui assistaient à cette cérémonie dans une douce extase.

          

Air : La victoire en chantant.

 

 

Accourez à ma voix, enfants de la sagesse,
Venez avec vos attributs ;
Venez dans ce lieu saint, en ce jour d'allégresse,
Venez célébrer les vertus ;
Nous avons tous vu la lumière,
C'est un si doux présent du ciel ;
Du nouveau jour qui nous éclaire,
Rendons grâces à l'Éternel.
Le même zèle nous anime,
Nous n'avons qu'un esprit, qu'un cœur ;
Nous poursuivons partout le crime,
Partout nous aidons le malheur.

        

Chantons tous les bienfaits de ce grand Architecte,
Qui d'un mot créa l'univers ; 
Sur le plus grand des rois, sur le plus mince insecte,
Si ses yeux sont toujours ouverts,
Placé sur le trône du monde,
Puisse ce Dieu que nous servons,
Jeter, dans sa bonté profonde,
Un doux regard sur les Maçons !
Le même zèle, etc.

 

 

Apprentis, Compagnons, Maîtres et Dignitaires,
Honneur à vous tous tour-à-tour,
A vous que les vertus en tête de vos frères
Ont fait porter en ce grand jour !
Honneur, honneur aux deux lumières
Qui surveillent à l'Occident,
Pour écarter de nos mystères
Et le profane et le méchant !
Le même zèle nous anime, etc.

On remarque (3e couplet) qu'ici les deux Surveillants sont à l'Occident, alors que normalement au REAA le Second doit siéger au Midi.

Voir ici sur l'air du Chant du Départ.

Mais en fait nous avons trouvé une version antérieure de ce cantique, aux pp. 17-8 du Nouveau Code récréatif des Francs-Maçons. Cette version d'origine comporte le couplet supplémentaire suivant, qui y précède le dernier :

Qui nous arrête encor, quand le ciel nous contemple, 
De Salomon , braves enfans, 
Commençons par blanchir la pierre qui, du temple, 
Doit soutenir les fondemens, 
Et qu'un morceau d'architecture 
Élevé par chacun de nous,
Soit pour l'Auteur de la nature 
Le gage de l'amour de tous. 
Le même zèle, etc.

Retour au sommaire Haïti 1839 :

Retour au sommaire du Chansonnier :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 FRÈREs, dans ce jour, sur le feu,