La leçon de l'Apprenti 

En cliquant ici (midi) ou ici (MP3), vous entendrez le fichier de l'air Quand l'amour naquit à Cythère, séquencé par B. A.

Ce cantique, d'auteur anonyme, figure aux pp. 70-1 du recueil d'Orcel de 1867.

C'est une petite leçon de morale à partir des symboles de la construction, qui ne fait pas preuve d'une grande subtilité ; l'assimilation du compas à la docilité est assez inattendue. 

Dans le vocabulaire spécifique des banquets, le ciment est le poivre (tandis que le ciment fort est la moutarde). Le deuxième couplet a manifestement un sens plus gastronomique qu'opératif, ce que confirme sa conclusion Les travaux deviennent faciles lorsqu'on n'a plus qu'à mastiquer.

Voir ici sur l'air mentionné, Quand l'amour naquit à Cythère.


            

La leçon de l'Apprenti

 

cantique

 

Air : Quand l'amour naquit à Cythère

 

Vous qui, de la Maçonnerie
Venez ceindre le tablier,
Apprenez par quelle industrie
S'y forme un habile ouvrier.
Pour aller loin dans la carrière,
On fait choix d'un bon atelier,
Puis on raisonne la matière
Et les outils de son métier.

 

 

De ciment ou d'autres matières
On ne manque pas au besoin ;
Un des plus zélés de nos Frères,
De nous les choisir a le soin.
Des mains économes, habiles,
Disposent tout pour fabriquer ;
Les travaux deviennent faciles
Lorsqu'on n'a plus qu'à mastiquer.

 

 

Reste a bien connaître l'usage
Des outils qu'on veut employer ;
Chacun d'eux a son avantage
Aux yeux d'un savant ouvrier.
Du compas pliant et fidèle
Naît une instructive leçon;
J'y vois l'image naturelle
D'un docile et loyal maçon.

 

 

La juste, l'inflexible équerre
M'offre une sage fermeté ;
La ligne perpendiculaire,
Une impartiale équité :
Mais le niveau, pour notre usage, 
Est le meilleur des instruments ;
Tout en nivelant son ouvrage,
On nivelle ses sentiments.

 

 

Ainsi tout, dans l'art Maçonnique,
Nous mène à la perfection ;
Tout, dans la loge symbolique,
Offre une aimable instruction.
Et, si la règle impérieuse
Y dirige tous nos travaux,
Une truelle officieuse
En vient réparer les défauts.

 

 

Cette planche a besoin, peut-être,
Du service de cet outil ;
Ce n'est pas l'ouvrage d'un maître,
Mais d'un jeune et faible apprenti.
C'est ma leçon que j'étudie ;
On exige peu des enfants.
Songez, si je la balbutie,
Que je n'ai pas plus de trois ans.

 

  

Retour au sommaire du Recueil d'Orcel :

Retour au sommaire du Chansonnier :