Fête de l'Ordre à Reims en 1825

Cliquez ici pour entendre le fichier (mp3) de la partition 205 de la Clé du Caveau (remerciements à Daniel Bourgeois, auteur du fichier Musescore utilisé)

Ces couplets constituent une des 5 chansons reproduites au feuillet souvenir de la Fête de l'Ordre de la Loge rémoise de La Sincérité, le 28 décembre 1825, feuillet reproduit à l'article de Pierre Guillaume paru dans les Chroniques d'histoire maçonnique et intitulé Huit chansons maçonniques (XIXe siècle) de la Loge "La Sincérité" à l'Orient de Reims.

Leur auteur le Frère Emile a fait chanter par le Frère Eugène, initié du jour, ces couplets par lesquels un nouvel admis exprime successivement son désir et sa satisfaction d'être ainsi privilégié.

Nous ne connaissons pas d'air Hermite, bon Hermite, ouvrez-moi vite et tôt mais il s'agit de l'air Hermite, bon Hermite, [réveillez-vous, et tôt, ouvrez, ouvrez bien vite].

COUPLETS Maçonniques

faits par le Frère éMILE, Visiteur,

Et chantés par le Frère Eugène, à l'occasion de son initiation dans la Respectable Loge de la Sincérité, Orient de Rheims, le jour de la céébration de la Fête de l'Ordre, 28e Jour du 10e mois 5825, (28 décembre 1825).

AirHermite, bon Hermite, ouvrez-moi vite et tôt, etc.

1.
Mes Frères, mes chers Frères,
Ne me repoussez pas,
Exaucez mes prières,
Je veux suivre vos pas.
Vertu, c'est ma devise,
J'aimai toujours l'honneur,
Et, la terre promise
Est dans votre labeur.
Jaloux de cet exemple,
Et, l'un de vos rivaux,
Ouvrez-moi votre Temple,
Que je contemple
Vos glorieux travaux.

2.
Je fus toujours sincère
Et si digne de vous,
Si je suis votre Frère,
Mon sort sera trop doux.
Chez les fils de la veuve
Jamais l'humanité
Ne douta de la preuve
De leur sincérité.
Jaloux de cet exemple,
Et, l'un de vos rivaux,
Ouvrez-moi votre Temple,
Que je contemple
Vos glorieux travaux.

3.
Quoi, vous daignez m'admettre,
Ah ! pour rnoi quel bonheur ;
Ah ! daignez me permettre
De vous ouvrir mun cœur.
Si la reconnaissance
Est un signe certain,
De ce que l'honneur pense,
Je bénis mon destin.
D'après un tel exemple,
Vous êtes sans rivaux,
Vous m'ouvrez votre Temple,
Ah ! je contemple
Vos glorieux travaux.

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :