La Flûte Enchantée

En cliquant ici, vous entendrez un fichier midi de la scène mentionnée ci-dessous

  A la fin de l'opéra, la Reine de la Nuit, accompagnée de ses trois Dames et guidée par Monostatos, s'est introduite dans le Temple. Mais un coup de tonnerre "anéantit leur puissance et les précipite dans la nuit éternelle". C'est à la fin de cet extrait, dont vous entendez une version "midi" (instrumentale), que Sarastro chante : 

Die Strahlen der Sonne vertreiben die Nacht 
Les rayons du soleil repoussent la nuit.

C'est le moment culminant du finale, marquant la consécration des nouveaux initiés Pamina et Tamino et exaltant la victoire ultime des forces de la Lumière :

(Sarastro) 

Les rayons du soleil repoussent la nuit, anéantissant la puissance des démons

(Choeur)

Gloire à vous, initiés! Vous avez vaincu la nuit. 
Nous vous rendons grâce, Osiris et Isis ! 
La
Force a triomphé et couronné la Beauté et la Sagesse pour l'éternité !

      en cliquant ici, vous entendrez (toujours en version midi) ce choeur final Gloire à vous, Initiés ...
La source des fichiers est l'intégrale "midi" de la Flûte Enchantée réalisée par Fred Nachbaur, 
référencée sur le site Music Archive

ci-contre à droite :

Maquette de décor par Karl-Ernst Herrmann pour la production de 1990 au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles

 



 

 

 

Mozart a seulement 35 ans, mais il lui reste à peine deux mois à vivre, quand est créé à Vienne, le 30 septembre 1791, son ultime opéra, La Flûte Enchantée. L'enfant prodige adulé qui charmait les cours d'Europe dès l'âge de six ans par la précocité de son génie a beaucoup été meurtri par la vie depuis cette époque de rêve. Les périodes de succès ont alterné avec les périodes de misère, il n'est, semble-t-il, guère heureux en ménage, sa santé chancelle : il mourra le 5 décembre, quelques jours avant le septième anniversaire de son Initiation.

à gauche : le frontispice de la première édition de la Flûte a été gravé par l'éditeur, Ignaz Alberti ; sa richesse en symboles a fait l'objet de nombreuses exégèses.

  

Les "suites" de la Flûte Enchantée

On sait que Goethe avait entrepris un livret en vue de donner (il avait espéré que Wranitsky en écrirait la musique) une suite à la Flûte Enchantée - projet qu'il abandonna, mais dont il nous reste plusieurs centaines de vers (consultables - en allemand - sur le site Goethe als Freimaurer).  

Dans un intéressant article paru dans l'Avant-Scène Opéra, intitulé De la seconde Flûte au Second Faust et consultable sur le Net, Étienne Barilier résume comme suit l'intrigue prévue par Goethe :

Les personnages imaginés par Schikaneder sont maintenus, mais on a changé de génération : l'objet de la lutte entre le jour et la nuit, ce n'est plus le couple Tamino-Pamina, c'est leur enfant qui vient de naître, et que Monostatos a enlevé pour l'enfermer dans un sarcophage d'or. Cependant, les contre-charmes de Sarastro plombent le cercueil au point de le rendre inamovible, si bien que les agents de la Nuit ne peuvent le déplacer pour l'enfouir à jamais dans leur royaume. Quant à la flûte elle-même, elle échoit à Papageno, qui doit, à l'aide de sa musique, consoler Tamino-Pamina. Après bien des péripéties et des épreuves initiatiques renouvelées (l'eau et le feu), le couvercle s'ouvre enfin, et l'enfant, sous la forme d'un «génie», s'envole dans les airs.

Lire aussi l'article de Wyzewa en 1909.

Un livre passionnant est paru en 2014 sur ce sujet : L’Incendie du théâtre de Weimar par Jean-Yves Masson. Un texte plein de réflexions aussi sensibles qu'intelligentes - et aussi, cerise sur le gâteau, fort bien écrites - sur Mozart et sur son opéra : je ne peux que vous recommander chaudement cette lecture.

Par ailleurs, Peter von Winter (1754-1825) écrivit également, en 1798 et sur un livret de Schikaneder, une autre seconde partie sous le titre Das Labyrinth oder Der Kampf mit den Elementen (le Labyrinthe ou la Lutte avec les Eléments), opéra qui fut ressuscité en 2002 à Chemnitz (ci-contre: Pamina et Tamino avec les trois garçons) et dont des extraits peuvent être entendus sur une page du site Papageno-music.

Ce spectacle a également été mis en scène en 2012 au Festival de Salzbourg. On peut en lire un intéressant compte-rendu sur le site de la revue l'Education musicale, à la p. 50 de ce pdf.

Il faut mentionner aussi l'opéra (2008) de Franck Adrian Holzkamp sur un livret de Gerd Scherm, Das Labyrinth – der Zauberflöte zweyther Theil (Le Labyrinthe - deuxième partie de la Flûte Enchantée). 

 
Bibliographie
sur la Flûte

Retour Mozart :