Cantique

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre cet air

Dès le XVIIIe, on trouve des chansons maçonniques sur l'air (qui est aussi connu comme celui de la fête des bonnes gens) l'Amitié vive et pure.

Ce cantique-ci (dont chaque couplet se termine par La fête des Francs-Maçons, au lieu de la fête des bonnes gens comme à l'original ; le procédé sera repris par Bazot) provient des pages 37 à 39 du recueil édité par Desveux en 1804.

Quatre mots dans le texte  sont mis en évidence par des italiques : deux fois le triplet Sagesse, Force et Beauté, et Vivant : il s'agit évidemment du mot latin, le pluriel (qu'ils vivent !) à répéter trois fois de la traditionnelle acclamation Vivat.


           
              

CANTIQUE

 

Sur l'Air : l'Amitié vive et pure.

 

Je sais que la satyre
Dans ce siècle a des attraits, 
La vertu qui m'inspire 
Frémirait de ces portraits. 
Qu'un pinceau toujours honnête, 
Soit l'âme de mes chansons ; 
Je dois célébrer la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

 

Souvent un Vaudeville 
Par son sel est amusant ; 
Dans cet auguste asyle 
Il déplaît s'il est méchant : 
Notre aménité rejette 
De si dangereux crayons, 
Leurs traits terniraient la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

 

Un Profane sincère 
Bientôt devient indiscret ; 
Un Maçon pour son frère 
Garde un éternel secret.
Avec nous l'amitié prête 
Ce serment que nous gardons, 
Pour ne point troubler la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

 

L'appât trompeur du vice 
Nous ménage bien des maux, 
Dévoiler sa malice 
Est le but de nos travaux : 
Le vaincre est une conquête 
Dont nous nous applaudissons ; 
Et c'est honorer la fête,
La fête des Francs-Maçons.

 

Dans le monde on révère 
Et la fortune et le rang ; 
Dans ce lieu de lumière 
La Sagesse fait un Grand,
Et Force et Beauté parfaite 
Voilà nos distinctions : 
Ces trois vertus sont la fête,
La fête des Francs-Maçons.

 

An sein de l'opulence 
Un Grand cherche les plaisirs ; 
Héla s! son abondance 
Lui laisse encore des desirs : 
Chez nous la Beauté l'arrête ; 
La paix dont nous jouissons,
Lui fait preférer la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

 

Voit-on toujours à table 
Régner la sobriété ?
Quelquefois l'homme aimable 
Y rougit de sa gaité. 
Notre Sagesse s'apprête 
À lui donner des leçons, 
Il sait respecter la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

 

Un faible intérêt brise, 
Dissout le plus fort lien ; 
Ici point de surprise, 
La Force est notre soutient : 
L'égalité satisfaite 
Des nœuds que nous resserrons, 
Vient nous garantir la fête,
La fête des Francs-Maçons.

 

Pout l'Ordre, pour nos Frères,
Pour l'Etat, le Souverain,
Formons des vœux sincères,
Vivant est notre refrain ; 
Que trois fois on le répète,
Que le feu de nos canons 
Anime aujourd'hui la fête, 
La fête des Francs-Maçons.

Les images de cette page proviennent de l'édition du recueil détenue, sous la cote Bibliothèque municipale de Lyon SJ R 335/30.4, par la Bibliothèque municipale de Lyon, laquelle nous a obligeamment autorisé à faire usage sur ce site des clichés (crédit photographique Bibliothèque municipale de Lyon, Didier Nicole) qu'elle nous en a fournis, clichés que nous avons adaptés pour les mettre aux normes du présent site.

Retour au sommaire du recueil de Desveux 1804 :

desveuxc.gif (12627 octets)