Le Recueil de Desveux

 

Louis Desveux (1737-?), négociant à Lyon puis imprimeur à Paris, devint en 1780 l'imprimeur officiel du Grand Orient.

Comme on le voit ci-dessous, il figure avec notamment Montaleau et Lesne à la liste des fondateurs en 1793 du Centre des Amis.

Il fut avant cela (1786) membre des Amis Intimes, et plus tard des Elèves de la Nature. Mais son entrée en maçonnerie doit être bien antérieure puisqu'il est déjà membre d'un chapitre en 1784 et dès 1783 officier du Grand Orient, dont il devint officier honoraire en 1812 (à 75 ans donc). 

(source : Pierre Mollier et Pierre-François Pinaud, L'état-major maçonnique de Napoléon, Ed. A L'Orient, septembre 2009).

Il fut aussi selon Bord député de la Loge lyonnaise des Amis de la Vérité (Loge dont Willermoz avait été Vénérable).

Il semble bien qu'il soit le premier, après la parenthèse révolutionnaire, à relancer, dès 1804 (qui est peut-être aussi l'année du premier recueil de Douai), l'édition de chansonniers maçonniques, en faisant appel à la collaboration des Frères comme l'avaient fait Honoré et Saint-Aubin au XVIIIe, et avant que la recette soit reprise, avec apparemment plus de succès (mais les effectifs maçonniques, et donc la clientèle potentielle, étaient alors redevenus beaucoup plus importants), par Caillot ou Jacquelin.

La Bibliothèque municipale de Lyon détient dans ses collections, sous la cote Bibliothèque municipale de Lyon SJ R 335/30.4, un exemplaire de ce recueil.

Elle nous a obligeamment autorisé à faire usage sur ce site des clichés (crédit photographique Bibliothèque municipale de Lyon, Didier Nicole) qu'elle nous en a fournis, et que nous avons adaptés pour les mettre aux normes du présent site.

Il semble qu'un autre volume ait, dès la même année, concerné les Loges d'Adoption.

Desveux n'est pas l'auteur mais seulement l'éditeur : dans sa préface, il s'adresse aux lecteurs et témoigne sa reconnaissance à plusieurs d'entre vous, qui m'ont fourni tout à la fois, et l'idée [de ce recueil], et les matériaux qui l'ont enrichi.

68 chansons se partagent 162 pages ; certaines ne dépassent pas une page, mais d'autres sont exceptionnellement longues, l'une d'entre elles (p. 52) atteint même les 189 vers. La plupart sont à notre connaissance inédites. Elles portent le plus souvent le simple titre de Couplets ou Cantique.

Il est mentionné que les Cantiques et Couplets des pages 100 à 128 ont été chantés à la Loge de l'Aménité à l'Orient de Philadelphie.

l'Aménité de Philadelphie

La Loge de l'Aménité à l'Orient de Philadelphie fut constituée en 1797 sous le n° 73 par la Grande Loge de Pennsylvanie. Elle était en bonne partie formée d'exilés français venus de Saint-Domingue et était connue comme la Loge française. 

Elle disparut en 1823.

Elle compta parmi ses membres Germain Hacquet (en 1797), Lagrange (qui en fut Vénérable) et Chaudron (qui était l'Orateur en 1800 et y prononça l'éloge funèbre de Washington). 

Nous savons qu'un Recueil de cantiques de la Loge francaise l'aménité, no. 73 séante à l'Orient de Philadelphie a été imprimé à Philadelphie vers 1801 : il est fort possible qu'il ait été en possession de Desveux, mais il faudrait en connaître le contenu pour vérifier s'il constitue bien la source utilisée par celui-ci.

Voici quelques-unes des pièces de ce recueil :

page titre Incipit  Air 
3 Cantique Recevez, très aimables Frères

Si Pauline est dans l'indigence

5 Cantique Etre Dieu des Vers à la fois

Chantez, dansez, amusez-vous

8 Cantique Parmi les Profanes, sans cesse

Avec les jeux dans le Village

11 Cantique par le Frère Pingret Peindre le vice avec gaze légère 

Mon petit coeur, etc.

14 Cantique Quoi ! de la Terre exilée 

Du Vaudeville de Figaro

17 Cantique Aimable Frère, à nos mystères

 Avec les jeux dans le Village

19 Cantique Je tremble d'offrir des Couplets

On compterait les Diamans

22 Cantique Un flatteur débite à grands frais

Chantez, dansez, amusez-vous

25 Cantique Et la fortune et des Ayeux

Aimons, aimons-nous

28 Cantique  De la Maçonnerie esquissons un portrait Hé ! mais oui-dà 
32 Cantique  De la Maçonnerie, Dieu des Vers de Malbrouck
34 Cantique Toujours on voit régner chez vous C'est bien doux ! 
37 Cantique Je sais que la satyre l'Amitié vive et pure
40 Cantique  A table, on le sait, les sept Sages Vive Henri ! Vive Henri !
43 Cantique Les chants réglés par la décence  Lise chantait dans la prairie
46 Cantique Sagesse, anime mes chants !  des Bergers du hameau
49 Cantique D'un lieu de fleurs  de la Pantoufle
52 Cantique Ecoutez, Maîtres Maçons  Je pense comme Grégoire
59 Cantique Tu vois le profane vulgaire  Lise chantait dans la prairie
62 Cantique Seconde aujourd'hui mon projet  Vive le vin, vive l'amour
65 Cantique Amitié, viens sans apprêts  de Richard
68 Cantique Mortels, qui cherchez le bonheur  Ce fut par la faute du sort
71 Cantique Où suis-je ? quel charme m'attire !  On dit partout que je ressemble
74 Cantique Le Dieu de vers autrefois  de Richard
78 Cantique Je vois un Auteur à la mode  de Tarare, Ah pauvero Calpigi
80 Cantique Peu versé dans l'art des couplets  La bonne chère et le bon vin
83 Cantique de la Saint-Jean, chanté à la Loge de l'Age d'Or  Notre patron, dans tous les coeurs  des trois Fermiers : Qu'il est doux de penser de d'même
85 Cantique d'ouverture de banquet De l'Univers Architecte suprême 

On vit sortir de leurs grottes profondes

86 Cantique de Clôture Loin du vulgaire 

Vive Henri IV !

87 Couplets chantés à la Loge des Artistes  Quel coup d'oeil éclatant  La victoire en chantant
88 Couplets  Quand dans son immense carrière  Fidèle époux, franc militaire
90 Couplets  Amis, c'est ici le séjour  Elle a fait un voyage
91 Les Santés Dans nos banquets, il est, dit-on  Après de pénibles combats, dans la mort de Turenne
104 Cantique Célébrons tous avec reconnaissance Apprentice Song
126 Couplets adressés à la Respectable Loge LA VRAIE RÉUNION, à l'Orient de Paris par le Respectable Frère J. De la Grange. Lorsque la voix de la Patrie m'arrachait à l'Aménité

Lorsque dans une tour

136 Couplets chantés à la Respectable Loge des Amis Intimes à l'Orient de Paris Nous avons entre nous un mot du Mot et de la Chose
145 Cantique pour la réunion des Loges de la Concorde et de la Parfaite-Union à l'Orient de Douai Sous le dôme de la Nature A voyager passant sa vie
150  Cantique chanté à la Loge du Point-parfait le jour de la célébration d'une pompe funèbre. Vous avez bien jugé nos cœurs Femmes, voulez-vous éprouver ?
151 Impromptu du Frère Rousseau la Rottiere Emu par les tristes apprêts Femmes, voulez-vous éprouver ?
152 Romance chantée à la Loge du Point Parfait En créant les faibles humains de Renaud d'Ast
154 strophes pour les Santés Portons cette santé première (pot-pourri)
161 Cantique de clôture Frères et Compagnons de la Maçonnerie air connu
163 Cantique chanté à la Respectable Loge des Amis Intimes à l'Orient de Paris Quoi, toujours même Cantique

Allons donc ma soeur cadette

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :