Les Lyres maçonniques sous l'Empire

 

Poètes amateurs, faites-vous connaître ...

Les Etrennes de Polymnie, l'Almanach des Muses ou celui des Grâces, les Etrennes lyriques anacréontiques, sont quelques témoins d'un usage fort répandu au XVIIIe (et plus tard) : tout poète estimant que ses oeuvres - et son nom - étaient dignes de pérennisation se trouvait invité à les soumettre à un éditeur spécialisé, qui, à intervalles réguliers - annuels le plus souvent, s'il s'agissait d'almanachs ou d'étrennes - les éditait - ou éditait ceux sélectionnés par lui dans les envois reçus - en fascicules.

Dans les années 1780, Honoré et Saint-Aubin avaient déjà tenté - avec un succès mitigé - d'étendre cette pratique au monde maçonnique.

... en toute modestie (?) ...

Profitant de l'engouement pour la maçonnerie qui caractérise la période impériale, cette mode renaîtra à ce moment, avec principalement l'annuelle (à partir de 1809) Lyre maçonnique

Et moi, et moi, et moi ...

Il est du dernier chic à cette époque d'être connu comme l'auteur de quelques couplets maçonniques.

Même si l'on n'en est pas réellement le père ? Pourquoi pas, si l'on n'est pas étouffé par un scrupule de probité ...

C'est en tout cas ce que laisse supposer le dialogue suivant entre Dericour (un homme fort occupé) et Duchemin (un casse-pieds), extrait de la pièce Les Oisifs (1809) de Louis-Benoît Picard, le librettiste des Visitandines (nous n'avons aucune indication que cet auteur - qui n'est d'ailleurs pas mentionné dans l'ouvrage de  François Cavaignac, Les francs-maçons au théâtre : de la Révolution à la Belle Epoque, Véga, 2011) ait lui-même été maçon) :

Contrairement aux Annales maçonniques de la même période (qui rassemblent différents genres), la Lyre - qui se sous-titre d'ailleurs Etrennes aux francs-maçons et à leurs Soeurs, ce qui indique qu'il s'agit bien d'une publication destinée à une parution annuelle - se voue exclusivement à la poésie, chantée ou non.

Jacques André Jacquelin (1776-1827), homme de lettres et maçon très ubiquiste, la publie chez Chaumerot (qui la dédie à sa propre Loge, Sainte-Joséphine) de 1809 à 1812. Avec un autre éditeur, Favre, il récidivera avec un volume unique pour les années 1813 et 14. Il abandonnera ensuite la formule, mais publiera en 1816 un Chansonnier Franc-Maçon, composé de Cantiques de banquet, échelles d'adoption, etc. (que nous recherchons).

La Lyre est donc en principe composée de chansons nouvelles, que les maçons qui voudront embellir de leurs Cantiques l’édition de l’année sont invités à lui adresser (cfr. avis ci-contre, dans l'édition 1810, qui nous indique aussi que le volume paraissait en fin de l'année qu'il mentionne). Les Lyres contiennent cependant l'une ou l'autre reprise de chansons du XVIIIe. 

Nous avons eu l'occasion d'en consulter - seulement partiellement pour certaines - les diverses éditions, auxquelles nous consacrerons les 5 sous-chapitres suivants :

lyre1811r.jpg (31843 octets)
1809 1810 1811 1812  1813-4

Dans chacun de ces recueils, nous avons sélectionné - sans que ce soit nécessairement à nos yeux une marque de qualité - l'une ou l'autre chanson qui nous semble caractéristique.

La chanson maçonnique sous l'Empire

La période de l’Empire fut celle d’une grande prospérité pour le Grand Orient, mais aussi un âge d’or pour la rédaction de chants maçonniques. Du moins sur le plan quantitatif car on ne peut en dire autant sur le plan qualitatif : tant chez Grenier que dans les Lyres (et ce sera également le cas des chansonniers de Bazot dans les années 1830), le ton est souvent celui de l’autosatisfaction petite-bourgeoise des banquets de notables, plus bachique que philosophique, où le symbolisme maçonnique n’est prétexte qu’à gaudrioles et où le nombre trois évoque avant tout la Gaieté, Bacchus et l’Amour

La forme est en général à l'avenant de cet esprit : enflée, pesante et souvent triviale, elle reflète la tendance à la surcharge et à la logorrhée qui caractérise l'ensemble de la littérature maçonnique à l'époque - époque qui est aussi celle où les Rituels se surchargent de commentaires, de gloses et de lourdes dissertations pédagogiques.

* * * 

Dans son Histoire du Grand Orient de France (1864), Achille Godefroy Jouaust (1825-1889) estime (p. 331) que pendant cette période jamais la Maçonnerie ne fut plus brillante et moins sérieuse, jamais plus sonore et plus vide. Et il ajoute :

Rien de plus écœurant que la lecture des discours signalés comme les plus remarquables par leur insertion au bulletin trimestriel qui paraît sous le nom d'Etat du Grand-Orient. Des flatteries ineptes, des lieux communs sur la morale, une ignorance profonde de la Maçonnerie, voilà ce qu'on y trouve à chaque page. 
Rien de plus singulier que la lecture des cantiques publiés par la Lyre maçonnique .... A côté de couplets spirituels et décents, malins sans être grossiers, on trouve des chansons grivoises qui ont le double tort de se trouver en honnête compagnie, et d'emprunter leurs allusions indécentes aux allégories et à la langue de la Maçonnerie.

Comment s'en étonner, si l'on se rappelle que les paroliers portés au pinacle sont essentiellement, outre quelques vaudevillistes à la mode, les piliers des sociétés bachico-chantantes en vogue, comme le Caveau Moderne ou les Soupers de Momus ? Beaucoup plus que de véritables amateurs, ce sont ces professionnels de la gaudriole qui vont truster les parutions. 

On se trouve avec eux dans une maçonnerie purement festive et visant à l'uniformité plutôt qu'à la diversité, comme en témoigne ce texte de Delorme paru (p. 117) dans la Lyre de 1812 : 

Manger, boire, agir de même, 
Parler de même façon, 
Voilà l'unique système 
Qu'adopta le Franc-Maçon
.

Sur la page de titre de chaque Lyre, la liste des collaborateurs les plus actifs (ou considérés comme les plus prestigieux) de l'édition de l'année est chaque fois mentionnée. Jacquelin - qui est un auteur prolixe - s'y fait figurer forcément à tous les coups, honneur qu'il ne partage qu'avec Brazier. 

Sont cités 4 fois sur 5 : Armand-Gouffé,  Delorme et Désaugiers. 

Sont cités 3 fois sur 5 : Antignac, de Chazet, de Miramond, Pessey, Pradel, de Rougemont.

Voici la table des collaborateurs ainsi mis en évidence - liste où l'on retrouve bien entendu quelques-uns des amis de Désaugiers : 

Année / Auteur

1809 1810 1811 1812 1813-14
Allain     *    
Antignac  * *   *  

Armand-Gouffé

* * * *  

Armand-Séville

        *

Barré 

*        

Brad (Louis)

      *  

Bazot 

        *

Bourguignon (Frédéric)

*   *    

Brault 

      *  

Brazier 

* * * * *

Cadet-Gassicourt

*        

Caignart de Mailly

      *  

Chazet (de)

*     * *

Condorcet 

*        
Coupart    * *    
Coupé     *    

Crouzet 

  *      

Cuvelier 

  *      

Delorme

* * * *  

Désaugiers 

  * * * *

Desprez 

  *      

Dieulafoy  

*        
Dubois (Louis)       *  

Dumersan

  * *    

Dumolard 

      *  

Dupaty E.

      *  

Ernest 

  *      

Guichard 

*        
Hector-Chaussier     *    

Jacquelin 

* * * * *

Jourdan (Etienne)

       * *

Lablée 

      *  
Lafortelle     *    

Lepitre 

  * *    

Martainville

  *      

Menestrier 

        *

Merle 

      * *
Millin     *    

Miramond (de)

    * * *

Moreau 

      *  

Pain 

      *  

Pessey 

* * *    
Philippon-de-la-Madelaine     *    

Piis 

*     *  

Pradel 

*   * *  

Quillet 

    * *  

Rédon (de)

      *  
Rizaucourt     *    

Rochelle

*        

Romagnesi 

      * *

Rougemont (de)

    * * *

Saint-Amand (Chevalier de)

  *      

Servières

* *      
Villiers     *    

Nous sommes arrivés à identifier un bon nombre des auteurs cités, dont nous avons souligné les noms par un lien.

Aux tables détaillées de chaque volume, on trouve encore bien d'autres noms, sans doute moins connus à l'époque, comme par exemple :

Année / Auteur

1809 1810 1811 1812 1813-14
Acrin      
Aunay (Hector d') *
Balzac *
Bernet de Saint-Flour *
Billard *
Bocquet *
Boubée * *
Boutroux *
Brad * *
Chapon *
Chesnaye (de la) *
Chevallier *
Colmier *
Creuset *
Creuzé de Lesser *
Curmer A. *
Dauptain *
Delalande *
Desmarets *
Dorat *
Druet-Despés *
Fourcy *
Genais *
Goguet *
Heu (P. J.) *
Hurel *
Jourdain *
Landry *
Laneuville *
Lavallée père *
Lagarde *
Lalleman *
Langlacé *
Lattaignant *
Laus de Boissy *
Leblond *
Lechevalier *
Legret *
Lelievre Villette *
Leroux *
Letenneur *
Liégeard *
Meallet Alex. *
Mame * *
Mareschal père *
Marloteau *
Martinot *
Maurice D. T.  *
Mercadier *
Pillon-Duchemin *
Pingret *
Philibert-Mouton *
Piron-Deschaumes *
Pitt *
Poncet-Delpech *
Raoult *
Raveau *
Sarrasin *
Vatinelle *
Varin *

 

Auteur dramatique et chansonnier, Jacques André Jacquelin (1776-1827) se présente simplement en 1809 comme Officier dignitaire et en 1810 comme Secrétaire de la Loge de Saint-Eugène. Mais en 1814, il sera aussi membre de la Parfaite-Réunion et des Admirateurs de l’Univers, de surcroît député de la Loge saumuroise Napoléon de la Gloire (NB : lors de l’instauration de la fonction de député auprès du Grand Orient en 1773, il avait été décidé que les Députés des Loges de Province devaient être des francs-maçons domiciliés à Paris ; à une époque où les transports étaient moins commodes qu'aujourd'hui, cela peut se comprendre, même si cela entraînait sans doute un pouvoir excessif sur l'Obédience de l'opinion de Paris). Il était aussi Souverain Prince Rose-Croix

Dans une de ses chansons, reproduite (pp. 79-83) à la Lyre maçonnique de 1809, intitulée Ma rentrée à la Loge de Saint-Eugène, il explique qu'on ne l'y a pas vu pendant deux ans puisqu'il était en campagne, et mentionne sous sa signature : l'un des secrétaires de S. A. S. le prince de Neuchâtel, dans les campagnes de Prusse et de Pologne.

Dans le tome 9 de la Biographie nouvelle des Contemporains (1823), on trouve à son sujet l'article suivant :

Selon une page du Centre d'études du 19e siècle français Joseph Sablé à l'Université de Toronto, 

Vaudevilliste et chansonnier, Jacquelin fut le fils d’un valet de chambre du prince de Conti. Entre 1798 et 1801, il paraît sur la scène des Jeunes artistes de la rue de Bondy. Avec son ami Désaugiers, il monta ensuite une troupe ambulante qui se produisit à Marseille. De retour à Paris, il obtint un emploi au ministère de la Guerre. En 1807, il entra dans l’armée et deux ans plus tard il devint sous-chef de bureau au ministère. À partir de 1812 il fut membre du Caveau moderne. Il devint secrétaire général en 1815. Jacquelin fut aussi membre de la Société académique des sciences de Paris et inspecteur des théâtres de la capitale. Il a écrit des centaines de chansons, des vaudevilles, et des comédies. 

Il est l'auteur notamment de l’Histoire des templiers (1805), Le sang des Bourbons (1820) et, parmi ses pièces de théâtre, de Les fureurs de l’amour (1798), L’antiquo-manie ou le mariage sous la cheminée (an VII), La clef forée (an VIII), Cinq et deux font trois, ou le marchand d’esprit (1802), La nièce de ma tante, ou la manie des romans (1803), Pélisson ou c’est le diable (1807), Bravoure et clémence ou les vertus de Henri IV (1825). On lui doit aussi dès 1815, avec Rougemont, un très opportuniste Chansonnier des Bourbons : dédié à S. A. S. Madame la duchesse douairière d'Orléans, auquel ont participé quelques-uns de ses collaborateurs habituels de la Lyre, comme Désaugiers, de Piis, ...

Dans l'ouvrage Chronique Indiscrète Du Dix-Neuvième Siècle - Esquisses Contemporaines, Extraites De La Correspondance Du Prince De *** (Paris 1825), on peut lire (pp. 273-4), à la date de 1823, un portrait moins flatteur de Jacquelin :

M. J. A. JACQUELIN , chevalier de l’ordre royal de la Légion-d'Honneur.

Bien qu'il soit, dit-on, fils d'un portier, (ce qui n'est point un déshonneur), cet homme de lettres se fait appeler le chevalier de Jacquelin, sans doute pour relever la noble profession qu'il exerce : bien entendu que je veux parler de sa profession littéraire, car j'ignore s'il en a d'autres. 

(ndlr : on trouve effectivement dans l'Almanach des Muses de 1817, sous la signature du Chevalier Jacquelin, notamment un ENVOI A MM. DE BOURBON-CONTY.)

On a de lui une foule de pièces de théâtre, et par la quantité du moins il nous dédommage de la qualité.

Ceux-là sont de mauvaise foi, qui se disent que M. de Jacquelin n'a traité que des sujets niais ou bas. Nous savons qu'il n'en use ainsi que par humilité chrétienne, et pour se mettre à la portée des idiots dont le nombre excède, dans ce bas monde, de beaucoup celui des gens d'esprit.

Le répertoire complet de son théâtre se trouve chez Séraphin, directeur des ombres chinoises. Il a donné aussi quelques pièces pour Galimafrée, Bobèche et le petit Lazary.

Ses couplets ne sont guère moins célèbres que ceux de Pierre Coleau et de Duverny l'aveugle. Mais sa chanson la plus fameuse, la plus digne d'être admirée, c'est l'immortelle chanson du Grand Tralala. Cette chanson, en soixante couplets, fut composée à l'occasion de nos victoires en Espagne, le jour d'une grande distribution de comestibles, car l'auteur est amateur des distributions gastronomiques.

Un commentaire encore plus féroce de son Chansonnier Franc-Maçon est donné en février 1816 par le Mercure de France dans sa recension des Chansonniers de l'année 1816.

La qualité des chansons maçonniques de Jacquelin m'inclinerait à partager ces cruels avis ...

Mais ce n'est que mon opinion personnelle, et les visiteurs de ce site pourront forger la leur en lisant divers textes de Jacquelin qui y figurent :

 

ANTIGNAC

selon Bésuchet, p. 12 :

ANTIGNAC (A.), chansonnier de la société lyrique du Caveau moderne, naquit en 1770, à Paris, où il mourut en 1826. Il fut presque toute sa vie employé à l'administration des postes. Antignac, qui avait l'heureux talent dé faire de la poésie dans la chanson, contre l'usage de la masse des chansonniers, jouissait de l'estime et de l'amitié de tous ses confrères. Il a publié en 1809 des chansons et autres poésies, 1 vol. in-18. Les recueils du Caveau moderne, de l'Epicurien et de la Lyre maçonnique, renferment un grand nombre de ses chansons et cantiques.
selon la Biographie universelle, ancienne et moderne de Gustave Fallot :

ANTIGNAC (antoine), poète chansonnier, né à Paris, le 5 déc. 1772, était en même temps employé subalterne de l'administration de la poste aux lettres, ce qui lui donnait, disait-il, double droit au titre d'homme de lettres. Il passa sa vie à célébrer, dans ses vers, les plaisirs de la table, ceux de l'amour et ceux du vin. Le repos que le règne de Bonaparte avait procuré à la France après les convulsions révolutionnaires, l'oubli dans lequel la volonté du maître et la lassitude des partis avaient fait tomber les discussions politiques, donnèrent naissance à un grand nombre de réunions joyeuses d'Epicuriens, qui pour la plupart se sont dispersées depuis, effarouchées par les débats et les clameurs qui ont suivi la restauration. Antignac fut l'un des membres les plus gais et les plus assidus de plusieurs de ces réunions. Adorateur fervent de Vénus, de Comus, de Bacchus, il n'a consacré sa muse à chanter des sujets plus austères que lorsqu'il s'est agi de fêter par occasion quelque héros de circonstance, ou pour donner a la société des francs-maçons, dont il faisait partie, quelques hymnes et quelques cantiques qui se chantent encore dans ses solennités. Antignac est mort a Paris le 21 sept 1823. Désaugiers, son convive aux banquets du Caveau moderne, a consacré à sa mémoire quelques couplets chantés dans la séance de réouverture de cette société, le 10 oct. 1825. L'oraison funèbre, l'orateur el le temple étaient également dignes du défunt, et l'on ne saurait finir une notice sur Antignac sans répéter au moins une strophe de cette chanson :

Si les bons cœurs ont droit au bonheur des élus, 
Si l'esprit, la gaité peuvent goûter ses charmes, 
Sur Antignac cessons de répandre des larmes : 
C'est un ami de moins, c'est un heureux de plus.

Antignac a laissé : I. Chansons et poésies diverses, Paris, 1809, un vol. in-i8. II. Cadet Roussel aux préparatifs de la je te (le mariage de Napoléon), 181 o, in-8° de 4 pag. On trouve de lui un grand nombre de chansons insérées dans divers recueils lyriques, et surtout dans le recueil annuel intitulé le Caveau moderne, dans le Chansonnier des Grâces et dans le Journal des gourmands et des belles ou l'Epicurien français, publié depuis le ier janvier 1806, et continué, a partir de 1808, sous ce titre : L'Epicurien français, ou les Dîners du Caveau moderne, dont il paraissait tous les mois un cahier, formant annuellement 4 vol. in-18. Il a fourni quelques pièces de vers aux Annales maçonniques dédiées au prince Cambacérès, Paris, 1807-1810, 8 vol. in-8°. Ces poésies ont été reproduiles dans la Lyre maçonnique, Etrennes aux francs-maçons et à leurs sœurs, rédigée par le fr. J.-A. Jacquelin, Paris, Chaumerot, 1809-1815 6 vol. in-12. Le Dictionnaire des Girouettes, 3e édit., Paris, 1815, in-8°, p. 19, contient une plate chanson d'Antignac, composée pour célébrer le retour de Louis XVIII, et présentée comme pendant des couplets qu'il fit chanter par Baptiste, comédien de Feydeau, le 30 mars 1815, pour célébrer le retour de l'empereur, dans un banquet qui se donnait chez Véry, et auquel assistaient le prince d'Eckmuhl et les généraux Bertrand, Drouot, Cambronne, etc. La plupart des compositions de cet auteur ne s'élèvent pas au-dessus du médiocre ; on y trouve de la facilité et même quelque élégance ; mais elles manquent de verve. Ses chansons satiriques, qui sont les plus nombreuses , sont froides, d'une forme monotone , et ne contiennent guère que des lieux communs épigrammatiques sans force et sans originalité. Ses chansons à boire et à manger, comme il les appelait, sont de beaucoup les meilleures, et encore sont-elles fort loin de celles de Désaugiers, de Panard et des autres maîtres du genre.

Sur ce site, on trouvera d'Antignac des Stances pour la pompe funèbre de la Soeur Muraire ainsi qu'un cantique intitulé La maçonnerie de Cythère et que, pour la Loge d'Anacréon, ce cantique et cet autre.

 

Armand-Gouffé (1775-1845) était un des fondateurs et des piliers du Caveau moderne. Pierre Joineaux en fait un sympathique portrait

Sa chansonnette bacchique intitulée Plus on est de fous, plus on rit, quoique n'ayant rien de maçonnique, n'en figure pas moins dans un chansonnier maçonnique.

Sur ce site, on trouve aussi de lui des chansons en l'honneur d'Hippolyte Marchand.

Il a écrit un hymne sur le mariage de Napoléon avec Marie-Louise.

On connaît également de lui la chanson Les Pas-perdus et (pp. 236-9 de La Lyre des Francs-maçons de 1830) le célèbre Tin-Tin maçonnique.

Dans CHANSONS NATIONALES ET POPULAIRES DE FRANCE de DU MERSAN (Paris, 1866), on trouve (pp. 331-4) une notice à son sujet, accompagnée de l'image reproduite ci-contre.

 

BARRE

Pierre-Yves (ou Pierre-Yon) Barré fonda avec de Piis le théâtre du Vaudeville ; ensuite, sous l'Empire, il fut un collaborateur régulier des Lyres maçonniques.

Le Bihan le donne comme membre de Saint-Charles du Triomphe de la Parfaite Harmonie (1779-80), de L'Harmonie (1780-89) et de La Candeur (1781-2).

Il est l'auteur de couplets qui figurent à ce site.

 

BOURGUIGNON

selon Bésuchet, p. 44 :

BOURGUIGNON (Henri-Frédéric), fils d'un ancien magistrat, est né à Grenoble le 30 juin 1785. Il suivit lui-même la carrière de la magistrature , et fut nommé substitut du procureur impérial près le tribunal de première instance de la Seine, en 1811. Il se délassait de ses graves occupations par de jolis vaudevilles, et, comme franc-maçon, il a donné plusieurs cantiques charmants, qui ont été recueillis dans la Lyre maçonnique.

 

BRAZIER

Nicolas BRAZIER (1783-1838) est décrit comme suit par Bésuchet (p. 44) :

BRAZIER (N.), Fils de l'auteur d'un Traité de la Langue française, publié en 1812, petit in-8°, est l'un de nos plus féconds vaudevillistes ; et il est peu de pièces aux théâtres du Vaudeville, des Variétés et de la Porte-Saint-Martin, auxquelles il n'ait contribué pour sa part. Il a publié le recueil de ses chansons, et enrichi, en qualité de membre de la loge de la Parfaite Réunion, orient de Paris, les diverses années de la Lyre maçonnique de cantiques remarquables.

Il avait effectivement été initié à la Parfaite Réunion.

Il a publié en 1824 un recueil de chansons à la dévotion des Bourbons, sous le titre de Souvenirs de dix ans et, en 1835 et 1836, des recueils de ses chansons.

L'ouvrage Annuaire dramatique de la Belgique pour 1839 lui consacre (pp. 248-53) une notice nécrologique qui rend hommage, non seulement à son talent, mais aussi à sa probité et à sa générosité.

Dans CHANSONS NATIONALES ET POPULAIRES DE FRANCE de DU MERSAN (Paris, 1866), on trouve (pp. 534-8) une notice biographique, accompagnée de l'image reproduite ci-contre.

 

DIEULAFOY 

Joseph Marie Armand Michel Dieulafoy (1762-1823) est décrit comme suit par Bésuchet (p. 90) :

DIEULAFOY (H.), auteur dramatique. Quelques vaudevilles et parodies l'ont signalé aux amis de la gaîté. Les gens de goût n'ont point oublié sa jolie comédie en un acte en vers, Défiance et Malice, jouée au Théâtre-Français pour la première fois en 1801, et qui est restée au répertoire. Il a donné, en 1803, au théâtre Louvois, le Portrait de Michel Cervantes, comédie en trois actes et en prose. L'Académie royale de Musique lui doit, et à son collaborateur M. Briffant, en 1816, les Dieux rivaux, opéra en un acte, musique de MM. Persuis, Spontini, Bertoz et Kreutzer, et en 1820, Olympie, opéra en trois actes, musique des mêmes, hors M. Persuis; il a, comme maçon, composé plusieurs cantiques. Dieulafoy est mort en 1823.

 

DUMERSAN 

De Dumersan Théophile Marion (1780-1849), voici ce que dit Bésuchet (p. 98) : 

DUMERSAN (N.) , dont le nom de famille est Marion, est né au château de Castelneau, près d'Issoudun, en 1780. Il fit de bonnes études et fut employé, en 1795, au cabinet des médailles de la Bibliothèque du roi, où il est encore attaché en qualité de secrétaire de ce cabinet. Comme numismate et archéologue, il a publié plusieurs ouvrages utiles, et qui ont prouvé toute son aptitude à des travaux qui contrastent singulièrement avec le genre de littérature qu'il a adopté. Il est l'un des plus féconds auteurs des théâtres du Vaudeville, des Variétés, de la Porte Saint-Martin, etc.; et son nom se trouve associé à presque toutes les pièces de MM. Désaugiers, Merle, Brazier, Jos, Pain, de Rougemont, Dartois, Sewrin, Georges Duval, Gabriel, etc. Il a aussi publié quelques romans, entre autres, le Soldat laboureur. Reçu maçon à la loge de la Parfaite Réunion, orient de Paris, il a composé plusieurs cantiques qui se trouvent dans les recueils maçonniques.

Notons qu'il est aussi l'auteur d'un recueil de Chansons nationales et populaires de France

 

DUMOLARD 

Henri François DUMOLARD (1771-1845) n'est plus guère connu que par ce qu'en dit Bésuchet (p. 99) : 

DUMOLARD (H.-F.), auteur dramatique, a débuté dans la carrière des lettres par un poème intitulé Fénelon au tombeau de Rotrou. Il a fait seul ou en société, plusieurs comédies-vaudevilles, et a été l'éditeur des Mémoires de Favart. On a aussi de M. Dumolard plusieurs cantiques maçonniques.

 

DUPATY 

Emmanuel Dupaty (1775-1851), fils de Jean-Baptiste Mercier du Paty, membre éminent des Neuf Soeurs, fut Orateur de la Loge parisienne de Saint-Joseph.

Selon Bésuchet, p. 100

DUPATY (Emmanuel), homme de lettres, chevalier de la Légion-d'Honneur, second fils du président Dupaty, est un des plus spirituels membres de l'association maçonnique, et il a embelli les fêtes de l'ordre de ses heureuses productions. Réquisitionnaire, il servit dans la marine comme matelot, puis comme aspirant. Il se distingua au combat du 2 juin 1794. Du service de mer, il passa dans les ingénieurs hydrographes, et enfin dans le génie militaire. Sa dette payée à l'État, il voulut servir les muses, et devint un de leurs favoris ; mais son coup d'essai manqua de lui être funeste, politiquement parlant. Les Valets de l'antichambre, qu'il donna à l'Opéra-Comique, furent tenus pour une satire contre le gouvernement, et le téméraire chansonnier dut aller expier à Saint-Dominique la liberté grande de s'être moqué de gens qui se moquaient bien autrement du bon peuple français.

On l'envoya d'abord à Brest où on le tint enfermé ; heureusement les juges se mirent à rire, comme feu M. de Francaleu, et ils furent désarmés. On rapporta le terrible décret ; l'auteur eut la liberté de revenir a Paris ; les Valets dans l'antichambre reparurent sous le titre de Picaros et Diego : tout le monde fut content, et M. Dupaty ne fit plus d'allusions politiques. Ses plus jolis opéras comiques sont le Chapitre second, la Jeune Prude, Ninon chez madame de Sévigné, Mademoiselle de Guise, l'Intrigue aux fenêtres, Françoise de Foix, le Poète et le Musicien, les voitures versées. Au Vaudeville il donna les Deux Pères ou la Leçon de botanique, le Jaloux malade, la Jeune Mère, Agnès Sorel. Il enrichit le répertoire de Louvois de la Prison militaire, en cinq actes. Le Théâtre-Francais lui dut le Portrait de Préville, Avis aux Maris, etc. Depuis les Valets dans l'antichambre, M. Dupaty a laissé en paix le gouvernement ; chacun y a gagné, auteur et ministère ; mais il est une classe d'individus qu'il a flétris, en publiant une satire sous le titre des Délateurs. En cela il leur a fait trop d'honneur ; car hommes de cette espèce ne doivent être atteints que par les magistrats et l'opinion publique. Cet ouvrage eut un succès de vogue.

En 1832, le Nouveau Dictionnaire des Girouettes ne le ménage pas et cite notamment (p. 319) un dithyrambe maçonnique pour la naissance du Roi de Rome, composé au moment où il est Orateur de la Loge St-Joseph.

Sur ce site, on trouve ici une de ses chansons.

 

MERLE

De Jean-Toussaint MERLE (1785-1852), voici ce qu'écrit Bésuchet (p. 197) :

MERLE (Jean-Toussaint), neveu d'un conseiller d'État de l'empire, M. Albisson, est né à Montpellier, le 16 juin 1785. Il fit de bonnes études, et fut employé successivement au ministère de l'intérieur et à l'état-major d'un corps d'armée qui se rendait en Espagne. Un séjour de quelques mois au-delà des Pyrénées suffit à M. Merle pour apprendre la langue espagnole et le familiariser avec sa littérature : le résultat de ses études fut, à son retour dans sa patrie, une nouvelle édition de la Grammaire espagnole de Port-Royal, à laquelle il joignit des notes, et un Traité d'orthographe espagnole. Consacrant à une littérature facile des talents qu'il aurait pu développer d'une manière distinguée, il se fit vaudevilliste, et prit part aux comédies-vaudevilles de MM. Georges Duval, Viellard, Ourry, Brazier, Dumersan, Rougemont, Moreau, etc. Il devint directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin, et paraît avoir pris du goût pour ce genre de direction. Successivement, avant cette époque, rédacteur au Mercure, à la Gazette de France, au Journal des Arts et à la Quotidienne, il a publié, en 1808, un extrait des Mémoires de Bachaumont, 3 vol. in-8°; et, en 1809, un choix du Mercure de France, 3 vol. Il fit, en 1819, une bonne action, rare encore à cette époque : il écrivit une brochure en faveur des bannis. Membre de la loge de la Parfaite Réunion, orient de Paris, il a composé plusieurs cantiques, imprimés dans la Lyre maçonnique.

 

PAIN

selon Bésuchet, p. 217 :

PAIN (Joseph), auteur dramatique, l'un des censeurs des journaux sous le ministère de M. le comte de Corbière, est né à Paris le 4 août 1773. Seul ou en société avec MM. Bouilly, Dumersan, etc., il a donné plusieurs vaudevilles qui ont eu du succès, et publié des chansons et autres poésies assez médiocres. On trouve des cantiques de M. J. Pain dans la Lyre maçonnique.

Il était membre de la Loge de l'Athénée, pour l'inauguration de laquelle il fit le texte d'un cantique de Garaudé et où il chanta des couplets. On connaît aussi de lui des couplets particulièrement serviles pour l'anniversaire de Cambacérès, parus dans la Lyre de 1812.

 

Etienne JOURDAN

Le chansonnier Etienne Jourdan ne nous est guère connu : nous savons qu'il est l'auteur de La Fourmillière, Recueil lyrique dédié aux sociétés chantantes, où figure sa chanson La Goguette, ainsi que (selon Dinaux) de Momus n'est pas mort, ou les Soupers compromis, et qu'en 1836 il a édité Le Barde, publication de chansons, romances, fragments de poèmes, satires, épigrammes...

On trouve aussi trois de ses chansons en 1816 dans le Chansonnier nocturne de la Garde nationale parisienne.

Il apparaît dans la liste des collaborateurs de la Lyre maçonnique de 1813 avec 3 chansons, dont celle-ci et celle-là.

On lui doit également (p. 225 du Tome 7 des Annales) des Couplets chantés le 21 octobre 1809 au banquet d'une Fête de famille de l'Ecossaise de Jerusalem.

 

ROUGEMONT

On trouve sur Michel-Nicolas Balisson de Rougemont (1781-1840) divers éléments biographiques à cette page et à celle-ci.

Bon nombre de ses oeuvres sont accessibles sur Gallica.

On peut voir à la p. 35 de la Lyre de 1813  qu'il était membre de la Loge parisienne de la Parfaite-Réunion.

Dans son très intéressant ouvrage (avec préface de Pierre Mollier) Les francs-maçons au théâtre : de la Révolution à la Belle Epoque (Véga, 2011), François Cavaignac lui consacre deux  pages (197-8).

Chansons de Rougemont figurant à ce site : 1, 2, 3, 4, 5.

 

RIZAUCOURT

En-dehors de quelques-unes de ses activités maçonniques, nous ne savons rien d'Isidore Rizaucourt. 

Dans le Miroir de la Vérité, on trouve de lui :

  • au volume 1, des cantiques aux pp. 62, 190, 211, 283, 296, 321
  • au volume 2, outre des discours, divers cantiques (aux pp. 49, 113, 125, 141, 238, 265, 316, 317). Deux de ceux-ci ont été reproduits (pp. 27 et 38) dans la Lyre maçonnique en 1811

On connait également de lui le cantique Sur la mort d'un Frère et un Discours pour une Fête d'Adoption.

Secrétaire en 1800, puis Orateur des Elèves de la Nature, il fut ensuite l'Orateur des Elèves de Minerve puis de la Parfaite Réunion en 1803 ; mais en 1810, il était à nouveau l'Orateur des Elèves de la Nature.

 

Maxime de Rédon

Chose étonnante, le Wikipedia anglophone est le seul à donner des éléments biographiques sur le marquis Charles-François-Jean-Maxime de Rédon, officier de cavalerie, prolifique auteur de théâtre (de 1805 à 1838), et aussi directeur de théâtre occasionnel (1805).

On trouvera ici ou ici un recensement de ses oeuvres.

Nous le connaissons comme auteur de quelques chansons maçonniques, dont une à la Loge d'Anacréon en 1811 et une en tant que membre de la Loge Thémis en 1813.

 

Hector CHAUSSIER

Fils de médecin et médecin lui-même, Hector Chaussier (1775?-18..), auteur dramatique, vaudevilliste, est l'auteur notamment de Le concert de la rue Feydeau ou L'agrément du jour et le fondateur en 1796 de L'ami des arts.

Selon Bésuchet, p. 63 :

CHAUSSIER (Hector), auteur dramatique, est fils du célèbre médecin de ce nom. On lui doit plusieurs romans, des comédies, des vaudevilles et des mélodrames. Membre de la loge des Frères Artistes, orient de Paris, dont il était le député au Grand Orient de France en 1802. Il a fait insérer dans les recueils consacrés à cette institution des cantiques où l'on retrouve l'esprit d'un auteur aimable et d'un bon frère.

Nous connaissons de lui un cantique paru notamment dans la Lyre maçonnique de 1811.

En 1802, il a signé le chapitre IV de l'ouvrage Vie du roi Salomon surnommé le Sage, rédigée par Théophile, prince Rose-Croix, souverain d'Héredon.

 

Coupé

selon Bésuchet, p. 69 :

COUPÉ DE SAINT-DONAT (le chevalier Alexandre-Auguste-Donat-Magloire), littérateur, est né à Péronne le 5 septembre 1775, et descend, par sa mère, d'Enguerrand de Marigny, ministre de Philippe le Bel. Élève de l'école d'artillerie de la Fère, il entra dans la carrière des armes en 1792, en qualité de sous-lieutenant ; passa, en 1794, comme ingénieur, à l'armée de Sambre-et-Meuse ; fut envoyé en Egypte en 1799, et devint chef de bataillon, et fut nommé membre de la Légion-d'Honneur en 1810. Deux ans après il eut le commandement de la place de Varsovie. Blessé et fait prisonnier de guerre par les Bavarois à la bataille de Haguenau, il passa pour mort, et perdit ainsi le grade de colonel pour lequel il était proposé. En 1819 il fut nommé chevalier de Saint-Louis. M. Coupé de Saint-Donat a publié en 1810 des fables que traduisit en italien Camillo Ugoni, et plusieurs d'entre elles reparurent en français comme traduites de l'italien. Il en a donné une nouvelle édition en 1818. On lui doit des Mémoires pour servir à l'histoire de Charles-Jean, roi de Suède et de Norwége, 2 vol. in-8°, auxquels M. de Roquefort a ajouté des notes sur les anciens Scandinaves et sur la littérature des peuples du Nord. Membre de la société lyrique des soupers de Momus, M Coupé de Saint-Donat montre beaucoup de facilité pour la chanson, et on trouve de lui, comme maçon, un fort joli cantique dans la Lyre maçonnique de 1811.

Ce cantique figure à ce site, et il y est mentionné que Coupé était à ce moment Souverain Prince Rose-Croix, membre des Respectables Loges du Temple à l'Orient de Bordeaux, d'Eugène Napoléon à l'Orient de Zara en Dalmatie, et de l'Epy d'Or à l'Orient de Paris.

On sait qu'il décéda en 1845.

 

MILLIN

Le Millin, secrétaire général de la Loge d'Isis (parisienne, créée en 1808) et auteur d'un Cantique pour l'installation de cette Loge (p. 151 de la Lyre 1811), pourrait-il être le Millin désigné comme suit par Bésuchet (p. 198) :

MILLIN DE GRANDMAISON (Aubin-Louis), souvent désigné sous le nom de l'abbé Millin, membre de l'Institut et de la Légion d'Honneur, naquit à Paris le 14 juillet 1759, et mourut dans cette ville le 14 août 1818. II embrassa l'état ecclésiastique, mais il y renonça bientôt. Partisan de la révolution, mais sage et modéré, il publia, en faveur des nouvelles doctrines, Lettre d'un empereur romain à un roi des Gaules ; Lettres sur la censure ; De la liberté des théâtres. Il rédigea ensuite avec Condorcet, Rabaut, Saint-Étienne, etc., la Chronique de Paris, qui cessa en 1793. Effrayé du mouvement révolutionnaire, il alla se cacher dans les transports militaires, où il exerçait une modeste place d'employé. Arrêté bientôt, il ne dut la liberté et la vie qu'à la révolution du 6 thermidor an II (1794). Il a fondé le Magasin encyclopédique, qui a servi pendant vingt ans de lien de correspondance avec tous les savants de l'Europe. M. Millin avait succédé à l'abbé Barthélémy dans la place de conservateur des médailles et antiques de la bibliothèque nationale. Ses ouvrages d'archéologie, etc., sont très-nombreux, et lui ont acquis la réputation de l'un de nos savants les plus distingués. Il fut admis dans l'ordre maçonnique, et, en cette qualité, il résulte, de ses différents diplomes, qu'il suivait les régimes écossais pratiqués dans l'ancien atelier du Choix et dans la Mère-Loge du rite philosophique, orient de Paris. Cet illustre frère ayant fait un voyage en Italie, en 1812, reçut, comme marque d'estime de la loge écossaise de l'Étoile tutélaire, orient de Naples, un diplome écrit en langue italienne. L'examen d'un grand nombre de pièces publiées par la loge du Contrat social, devenue mère loge écossaise, prouve que le frère Millin y a tenu successivement le troisième et le deuxième maillet. On ne connaît aucun discours de ce frère.

 

QUILLET

Quillet est l'auteur de deux cantiques publiés à la Lyre maçonnique de 1811 (Le Pan-Pan maçonnique, p. 137, et, p. 156, Vive la Maçonnerie ! chanté à la Loge d'Isis) et d'un vaudeville maçonnique (Après le devoir le plaisir) publié à celle de 1812 (p. 193), où il est mentionné comme membre de la Loge d'Isis.

Thory mentionne un Quillet, commissaire des guerres, officier du Grand Orient en 1812. Il s'agit (et son appartenance à Isis indique que c'est bien notre auteur) de Pierre-Nicolas (ou Pierre-Ange, selon Pierre Mollier et Pierre-François Pinaud qui, dans L'état-major maçonnique de Napoléon, Ed. A L'Orient, septembre 2009, mentionnent qu'il était membre de La Vraie Réunion et d'Isis) Quillet (1766-1837), auteur selon la BNF d'un Etat actuel de la législation sur l'administration des troupes et en 1836 de Chroniques de Passy et de ses environs.

La Biographie Universelle de 1843 le décrit comme suit :

QUILLET (Pierre-Nicolas), né à Paris en 1766, exerça longtemps, au ministère de la guerre, les fonctions de chef des bureaux de la solde courante et de la liquidation de l'arriéré, fut nommé commissaire des guerres, et enfin sous-intendant militaire, place qu'il conserva jusqu'à sa mort, qui eut lieu à Passy le 22 janvier 1837. Il était chevalier de la Légion d'honneur. Outre une description de Passy et de ses environs, on a de lui : Etat actuel de la législation sur l'administration des troupes, et particulièrement sur la solde et les traitements militaires, Paris, 1803, 1 vol. in-8°. Cet ouvrage obtint du succès dans sa spécialité ; l'auteur en publia trois autres éditions en 2 volumes in-8°, puis une cinquième, Paris, 1811, 3 vol. in-8°.

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :