Le grand Saint-Napoléon

Cliquez ici pour entendre un fichier mp3 de la partition de la Clé du Caveau pour le vaudeville de Jean Monet (remerciements à Daniel Bourgeois, auteur du fichier Musescore utilisé)

Aux pages 226 à 228 du Tome VI des Annales maçonniques de Caillot, figure ce Cantique, témoignage supplémentaire de la flagornerie servile de la maçonnerie d'Empire envers Napoléon Ier.

La famille Mame

Son auteur, Auguste Mame (député de la Loge angevine du Tendre-Accueil) est aussi celui d'un Cantique d'Apprenti dans la Lyre maçonnique de 1810 et de 3 pièces publiées dans la Lyre maçonnique de 1811, dont 2 chantées à l'Orient d'Angers, qui était, comme on le voit ci-dessous, la ville de sa Loge. Il s'agit de Philippe-Auguste Mame (1778-1824), qui dirigea la maison d’édition à Angers de 1802 à 1824. On peut voir ici (dans les manuscrits de la bibliothèque d'Angers) qu'il est l'auteur de poésies, dont une Elégie de franc-maçon en 1808.

Pierre Chevallier, qui cite (à cette page) quelques vers de ce cantique dans le Tome II de son Histoire de la Franc-maçonnerie française (Fayard, 1974), précise que la famille des Mame, éditeurs catholiques bien connus depuis le milieu du XIXe, était alors toute maçonne et servait avec autant de zèle l'Eglise que la Maçonnerie et le pouvoir établi.

On peut lire ici (pp. 118-122) un compte-rendu des Travaux de la Loge du Tendre-Accueil le 24 mars 1805, pour l'inauguration solennelle, dans un enthousiasme universel, d'un buste de Napoléon (dont, selon le Vénérable Delaunay-Dalivou, la grande âme, trempée dans le foyer brûlant de la maçonnerie, a relevé ses temples démolis par l'ignorance). On entendit à cette occasion des planches poétiques du Frère Auguste Mame et du Frère Mame fils aîné, premier Surveillant.

Selon Le Bihan, dans son ouvrage Loges et Chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (2e moitié du XVIIIe siècle), Saint-Louis de la Gloire avait été reconstituée par le Grand Orient le 12 mars 1781 tout en prenant rang au 12 avril 1745, époque des constitutions accordées par la Grande Loge.

(image empruntée à une page d'un riche site sur l'histoire de Saumur)

C'est sans la moindre vergogne que, après la période révolutionnaire (qui avait entraîné sa mise en sommeil en janvier 1793) et après avoir repris en 1797 ses travaux sous le nom de la Persévérance - on peut certes comprendre que l'ancien nom n'était plus de saison -, elle a choisi de rappeler son ancien titre distinctif en y substituant, le 16 décembre 1807, Saint-Louis par le grotesque Saint-Napoléon (plus d'une loge s'affubla également de ce nom) ; il est à noter que Jacquelin était en 1814 député de cette Loge. 

Mauvais choix, qui ne la mit pas à l'abri des vicissitudes politiques puisque dès le 7 juin 1814 (un mois à peine après l'abdication), elle s'empresserait d'opter pour le retour à son premier titre de Saint-Louis de la Gloire.

CANTIQUE

Chanté à la reprise des Travaux de la Respectable Loge ci-devant Saint-Louis de la Gloire, aujourd'hui Saint-Napoléon de la Gloire, à l'Orient de Saumur, par le Frère Auguste Mame, député de la Loge du Tendre-Accueil, à l'Orient d'Angers, le 18 janvier 1809.

AIR : Petite table réveille (de Fanchon).

DANS la légende dorée 
Des hôtes du paradis, 
Votre raison éclairée 
Fit un choix que j'applaudis. 
Pour patron, 
A Simon, 
A Saint-Louis, Saint-Macaire, 
De tout mon cœur je préfère 
Le grand Saint-Napoléon.

De loin en pèlerinage
Nous venons, pleins de ferveur,

Avec vous sur ce rivage 
Fêter votre protecteur. 
Tout Maçon
D'un feston,
Voudrait orner la couronne 
Qu'en ce temple l'amour donne 
Au grand Saint-Napoléon.

Mais déjà, sous son auspice, 
Un atelier travaillait, 
Par la gloire et la justice 
Avec éclat il brillait. 
Sous un nom
De renom 
L'empire était une Loge 
Où retentissait l'éloge 
Du grand Saint-Napoléon.

Princes et rois dans son temple 
Furent avec pompe admis; 
D'autres, fuyant cet exemple,
Ont perdu tous leurs outils. 
Le bourdon
Du canon 
Dans cette loge innombrable 
Proclame pour Vénérable 
Le grand Saint-Napoléon.

Mais l'Espagnol anglomane 
A l'épreuve en cet instant, 
Fait, comme doit tout profane, 
Un voyage fatigant ; 
Mais le son
Du canon, 
Déjà publie en Castille 
Qu'il fait pacte de famille 
Avec Saint-Napoléon. 

 

Le dernier couplet (et son allusion au pacte de famille) fait manifestement allusion - tout comme un cantique de Delorme en 1808 - à la mainmise de la France sur l'Espagne et à la désignation du Frère (et Grand Maître) Joseph Bonaparte comme souverain de ce pays. Le triomphaliste Frère Mame ne pouvait évidemment pas deviner que son Saint-Napoléon allait y rencontrer un sanglant échec ...

ci-contre : le célèbre tableau de Goya, Tres de Mayo, illustre la sauvage répression des troupes françaises de Murat après les émeutes madrilènes du 2 mai 1808, début de la guerre d'Espagne.

Une grave leçon est à tirer de la vie de Bonaparte. Deux actions, toutes deux mauvaises, ont commencé et amené sa chute : la mort du duc d'Enghien, la guerre d'Espagne. Il a beau passer dessus avec sa gloire, elles sont demeurées là pour le perdre. Il a péri par le côté même où il s'était cru fort, profond, invincible, lorsqu'il violait les lois de la morale en négligeant, en dédaignant sa vraie force, c'est-à-dire, ses qualités supérieures dans l'ordre et l'équité. Tant qu'il ne fit qu'attaquer l'anarchie et les étrangers ennemis de la France, il fut victorieux ; il se trouva dépouillé de sa vigueur aussitôt qu'il entra dans les voies corrompues : le cheveu coupé par Dalila n'est autre chose que la perte de la vertu. Tout crime porte en soi une incapacité radicale et un germe de malheur : pratiquons donc le bien pour être heureux, et soyons justes pour être habiles.

Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, 2 L16 Chapitre 9      

Napoléon, quand ses troupes rentrèrent en Espagne, pays à la tête duquel il avait placé l'un de ses frères, était convaincu qu'elles seraient accueillies avec enthousiasme : non seulement il s'agissait de remplacer une autocratie rétrograde, dégénérée et corrompue, mais, en outre, ces armées apportaient dans leurs bagages l'abolition de l'Inquisition, du féodalisme et le Code civil ... il fallut moins d'un an pour que l'Espagne tout entière, encadrée par ses curés - qui jouèrent le même rôle que les mollahs d'aujourd'hui en Afghanistan - se soulevât contre l'envahisseur identifié à l'antéchrist.

Jean-François Kahn, in le Soir, 18.9.2009      

Le recueil indique pour air : Petite table réveille (de Fanchon). Voir ici sur cet air.

Retour au sommaire des Annales de Caillot :

Retour au sommaire du Chansonnier :