Les Chansonniers de Bazot

 

Dans son Dictionnaire de la Franc-maçonnerie (PUF), Ligou mentionne un Etienne-François Bazot (1782-1818), secrétaire général de la Société royale des Sciences, Vénérable de la Loge parisienne La Bonne Union et auteur en 1810 d'un Vocabulaire des Francs-Maçons et d'un Manuel du Franc-Maçon (la première édition, en 1811, contient 204 pages, la 2e édition sort en 1812, la 3e en 1817 en comporte 374).  

Comme on le verra ci-dessous, la date de décès mentionnée par Ligou, 1818, est totalement inexacte. Nous trouvons en effet dans l'édition de 1858 du Dictionnaire universel des contemporains la mention suivante :

Voici ce qu'en dit (p. 22) Bésuchet :

BAZOT (Etienne-François), littérateur, secrétaire général de la société générale de la ci-devant société royale académique des sciences, membre de l'athénée des arts, de l'ancienne société grammaticale, de l'académie de Mâcon, etc., est né à Château-Chinon (Nièvre) le 13 mars 1782. Il a suivi quelque temps la carrière administrative comme sous-chef de bureau, et a été directeur de la Biographie nouvelle des Contemporains, par MM. A. V. Arnault, A. Jay, de Jouy, de Norvins, etc., ouvrage en 20 volumes in-8°, où il a fourni beaucoup d'articles. Il a publié deux volumes de Contes pour l'instruction et l'amusement de la jeunesse ; Contes et autres Poésies ; Eloge historique de l'abbé de l'Épée, fondateur de L'institution des sourds-muets. Comme membre de l'association maçonnique, où il a été admis en 1805, Manuel du Franc-Maçon ; Morale de la Franc-Maçonnerie, etc. ; Tuileur-Expert des 33 degrés, avec notes et discours, 1 volume in-12, servant de complément au Manuel du Franc-Maçon. Il a été vénérable et très-sage, pendant trois années consécutives, de la loge et du chapitre de la Bonne-Union, de Paris, et, pendant le même nombre d'années, président de la société de prévoyance de cette loge. Nommé officier du Grand Orient de France en 1826, ce frère fut reçu en 1827 grand inspecteur général, 33e degré, au grand consistoire, et élu en 1828 en qualité de membre du grand collége des rites. M. Bazot est fondateur et conseil à vie d'une société de prévoyance établie en 1817. Il s'est toujours fait remarquer par un grand attachement aux bons principes maçonniques.

La date d'initiation mentionnée par Bésuchet est cependant contredite par Bazot lui-même. Dans son Hommage maçonnique à la mémoire de l'Empereur Napoléon, discours qu'il a prononcé en Loge à l'occasion du triomphal retour en France des cendres de celui-ci en 1840 (une réédition de ce texte a été effectuée en 2001 par l'éditeur Christian Lacour-Ollé, aux éditions Lacour/Rediviva ; il avait été publié par le Globe en 1841 ; on le trouve aussi ici, dans l'édition faite par la Loge), il dit en effet. évoquant ses souvenirs personnels : Jeune initié de 1804, je les ai vus ... Mais on voit ici qu'en mars 1806, il était déjà Rose-Croix !

A ce que dit Bésuchet concernant sa littérature profane, ajoutons aussi qu'il a publié en 1814 Nouvelles parisiennes, ou les moeurs modernes: suivies de quelques variétés littéraires.

Par ailleurs, un document rédigé par lui nous permet de savoir qu'il appartenait en 1809 à la Loge de Ste Thérèse des Amis de la Constance.

Il ressort en outre de la p. 4 du Cours philosophique et interprétatif des initiations anciennes et modernes de Ragon qu'il était en 1840 chef du secrétariat du Grand Orient.

A la p. 280 du  Tome 2 (1840) du Globe, où il est rendu compte de la Fête d'Ordre du 24 juin 1840, on peut effectivement lire :

A l'esquisse rapide des travaux administratifs pendant la période qui vient d'expirer, vous avez reconnu quelles ont dû être les occupations multipliées des employés de votre secrétariat. C'est pour nous une obligation de leur exprimer, dans cette réunion solennelle, toute la satisfaction que nous en ressentons, et de vous signaler leur activité, leur assiduité et leur dévouement. Le Frère Bazot, leur chef, malgré ses infirmités et les souffrances qu'il éprouve depuis plus d'une année, n'en a pas moins rempli ses devoirs avec un zèle et un courage dignes d'éloges.

Cet état d'infirmité et d'incessantes douleurs a mis cet estimable Frère dans la nécessité de solliciter sa retraite. Le Grand Orient, en fixant la pension à laquelle il avait droit pour près de douze années de services non interrompus, lui a en même temps donné des marques de la juste appréciation de ses travaux, qui ont été si utiles à l'administration de l'Ordre.

Je ne puis me dispenser de rappeler, à cette occasion, les titres maçonniques du Frère Bazot. Il fit successivement partie du Grand Orient comme président d'Atelier, comme député, comme Officier titulaire, enfin comme chef du secrétariat. Il est connu par des ouvrages et par des poésies maçonniques qui ont acquis une réputation méritée.

En 1834, sa Loge de La Bonne Union a fait imprimer son DISCOURS HISTORIQUE SUR LA FRANCHE-MAÇONNERIE DEPUIS 1725 JUSQU'A CE JOUR, en le désignant comme son ancien Vénérable et 1er Surveillant titulaire

De son Manuel du franc-maçon, nous avons pu consulter (voir ci-dessous) le second volume (276 pages au format 10,2 * 18 cm.) de la sixième édition (il y en a encore eu une septième en 1845 à Paris, mais il en a supprimé les chansons), parue en 1835 à Bruxelles chez Voglet et en 1841 à Paris chez Teissier & Schmidt (NB : la 3e édition, de 1817, est consultable sur google-livres ; la gravure et son commentaire étaient différents de ceux ci-dessous).

Cliquez ici pour voir un agrandissement (fichier jpg de 165 ko)
 de la gravure de la page de gauche et lire ses significatifs commentaires

Cette édition est dite augmentée, notamment d'une série de cantiques. Effectivement, la 3e édition ne contenait que 17 chansons, alors que celle-ci en contient 28, soit 16 des 17 précédentes (la première, intitulée Santé du Roi a, de manière très symptomatique, disparu) et 12 nouvelles.

Elle l'est également d'un choix de discours souvent datés des années 1820 et 1830.

L'un de ceux-ci commence par un hommage à son ami Désaugiers, décédé en 1827 :

Très curieusement cependant, il existe aussi une édition de 1855, qui est dénommée cinquième édition et qui contient des chansons nouvelles.

Voilà qui nous introduit à un autre aspect, moins austère, de la vie maçonnique de Bazot : sa carrière de chansonnier. Car Bazot fut aussi - et il se présente comme tel - un ancien convive des Soupers de Momus.

Les Soupers de Momus furent une société mangeante, bacchique et chantante fréquentée notamment par des membres du Caveau moderne dont elle semble avoir été très proche (le Troubadour français paru chez Caillot en 1826 et le Chansonnier des demoiselles sont rédigés par quelques convives du caveau moderne et des Soupers de Momus). Elle tenait à partir de 1813 ses séances dans le quartier Saint Martin et a publié 15 recueils annuels de chansons ; Bazot s'y est lié avec Désaugiers et avec Béranger, à qui il a (en vain) proposé d'entrer en Franc-maçonnerie.

En 1838, Bazot publie à Paris un premier recueil intitulé Chansons maçonniques (244 pages au format 8 * 13,2 cm.).

En 1839, toujours à Paris, il récidive avec ses Nouvelles chansons maçonniques (252 pages au format 8,5 * 13,7 cm.).

Béranger

Si un bon nombre des cantiques du Manuel du Franc-Maçon restent dans la tradition de ceux du XVIIIe et du début du XIXe (sous l'Empire), il n'en va plus de même, en général, des chansons des recueils (un peu postérieurs) Chansons maçonniques et Nouvelles chansons maçonniques.

Bazot s'en explique dans son Essai sur la chanson maçonnique, qui sert de préface au recueil Chansons maçonniques

Ce ne sont souvent que de simples chansons à boire, dont la maçonnerie ne constitue rien de plus que le prétexte. Ils donnent l'image d'une maçonnerie certes morale et même parfois sociale, mais profondément conformiste et bourgeoise, et plus attachée au divertissement (d'un humour pas toujours léger...) et au formalisme maçonnique qu'à la philosophie ou au symbolisme. 

On notera dans les trois ouvrages l'utilisation d'un même personnage-fétiche, Jean-Louis-Chrysostome-Richôme-Jérôme DUBUIS, maître Passeux t-à la Guernouillère, qu'on retrouve tant aux pages 225 et 243 du Manuel qu'aux pages 140 et 229 des Chansons maçonniques et à la page 84 des Nouvelles chansons maçonniques. La Guernouillère se réfère sans doute à la pièce de Vadé (1750), Lettres de la Grenouillère : Vadé semble avoir été une référence pour les membres du Caveau, parmi lesquels Désaugiers lui a emprunté le personnage de Cadet Buteux.

Dans les trois ouvrages, toutes les chansons sont sans partition, et renvoient à des airs connus ... à l'époque (mais certains ne le sont plus du tout, et la recherche de leur partition n'est pas toujours tâche aisée).

Il ne vaudrait pas la peine de reproduire intégralement ces recueils. Nous avons cependant sélectionné quelques chansons qui nous semblaient un témoignage intéressant, et que nous mettons progressivement en ligne sur ce site. On trouvera, dans le tableau ci-dessous, les liens qui y conduisent (les n°s de volume - 1, 2 et 3 - renvoient respectivement aux Chansons maçonniques, aux Nouvelles chansons maçonniques et au Manuel du Franc-Maçon, édition 1817).

Volume Page Titre
1

11

Je suis maçon !

1 41 Hiram et Salomon
1 83 Les sept Santés
1 89 Voltaire
1 92 La fête de famille
1 170 Désaugiers !
2 35 La Loge-Mère
2 162 Le secret maçonnique
2 203 Une Tenue de Loge
2 208 Tous les dieux !
3 350 Santé du Roi
3 351 Les on dit
3 352 Sentiment d'un nouvel initié
3 353 Le parfait Maçon
3 367 Installation d'une Loge

On notera qu'un des cantiques du Manuel du Franc-Maçon, intitulé le Parfait Maçon, figure également (pp. 181-3) à la Lyre maçonnique de 1812 ; un autre, la Conversion du poète, se retrouve (pp. 42-44) à celle de 1813-14, avec un texte légèrement différent.

Morale de la Franche-maçonnerie

En 1827, Bazot avait publié un ouvrage pompeusement titré Morale de la Franche-maçonnerie et esprit, pensées et maximes des francs-maçons les plus distingués ; avec une préface, un discours préliminaire, des observations et des notes historiques, dogmatiques et critiques, par M. Bazot, auteur du manuel du franc-maçon, etc.

Bazot ne s'était guère foulé pour le préparer : quelques pages seulement sont de sa plume, le reste est une anthologie de la littérature maçonnique, se terminant par un choix de poèmes et chansons (ou du moins d'extraits), mais sans référence d'air.

Un bon nombre sont repris des Lyres maçonniques de l'Empire, mais Bazot mentionne de nombreuses autres sources telles que des documents du Grand Orient et de Loges, ainsi que Le banquet maçonnique de Gentil, le Code Récréatif de Grenier ou le chansonnier maçonnique et profane d'Azé.

Bazot a également publié en 1828 Le tuileur-expert des sept grades du rite français ou rite moderne.

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :