Vive la Maçonnerie !

 Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre l'air, emprunté au riche site La Révolution Française

Ce cantique de Quillet (membre d'Isis), intitulé Vive la Maçonnerie !, figure (pp. 156-9) à la Lyre maçonnique de 1811, d'où proviennent les images ci-dessous.

Il sera réimprimé en 1835 et, à partir de là, de nouveau en 1910.

Mais, outre quelques modifications de détail (particulièrement le remplacement de Mes Amis par Chers Frères au refrain), ces rééditions font l'impasse sur les couplets 5, 7 à 9, 11 et 13, peut-être considérés en 1835 comme maçonniquement moins corrects.

La représentation de la maçonnerie (couplet 2 : Sous l'allégorique figure / Que nous offre chaque leçon, / Je vois la gaité d'Épicure / Et la morale de Platon) comme réunissant la gaité d'Épicure à la morale de Platon se trouvait déjà chez Fréron :

L'indulgente Nature
Unit dans un Maçon,
Le charmant Epicure,
Et le divin Platon.

Le couplet 12 évoque un thème de plus en plus fréquent à cette époque dans le chansonnier maçonnique, celui de la paix et de la fraternité universelles.

Le libera mentionné au dernier couplet est le Libera me du rituel funèbre catholique, auquel Quillet fait donc ici un pied de nez (anticipativement) très laïcard, sur lequel l'édition de 1835 ne manquera pas de faire l'impasse.

Voir ici sur l'air mentionné.

Quelques années plus tôt, un cantique sur le même air et avec les mêmes incipit et structure avait été proposé par Delalande, dans un style nettement plus sérieux.

    

      

   

 Vive la Maçonnerie !

cantique

Chanté dans la Respectable Loge d'Isis à l'Orient de Paris.

 

AIR : Nous n'avons qu'un temps à vivre.

 

Refrain

Vive la Maçonnerie !
C'est le charme des grands coeurs,
De la chaîne qui nous lie,
Mes Amis, chantons les douceurs.

 

1

De l'antique Chevalerie
Faisant revivre les beaux jours,
Servons le Prince et la Patrie,
Chantons Bacchus et les Amours.
Vive la Maçonnerie, etc.

2

Sous l'allégorique figure
Que nous offre chaque leçon,
Je vois la gaité d'Épicure
Et la morale de Platon.
Vive la Maçonnerie, etc.

3

Si dans le monde on nous condamne
De nous tenir souvent reclus,
Qu'importe un monde où l'on se damne,
Quand on est parmi les Elus ?
Vive la Maçonnerie, etc.

4

Le profane dans son audace
Par ses plans nous croit confondus,
Il faut, quoi qu'il dise ou qu'il fasse,
Qu'il reste dans les pas perdus.
Vive la Maçonnerie, etc.

5

Soumettre le cœur d'une belle
Pour un Maçon ce n'est qu'un jeu,
On ne trouve point de rebelle
Dans l'appartement du milieu.
Vive la Maçonnerie, etc.

6

Le Maçon sacrifie aux Grâces,
Mais il dédaigne les grandeurs,
Et, sans s'arrêter aux surfaces,
Il pénètre les profondeurs.
Vive la Maçonnerie, etc.

7

Si dans un Banquet un peu libre,
Bacchus nous fait faire un faux pas,
On reprend bientôt l'équilibre
Entre l'Equerre et le Compas.
Vive la Maçonnerie, etc.

8

Qui craint les effets de la poudre
Ne doit pas parmi nous rester ;
D'en tirer il faut se résoudre
Dut-on à la fin en sauter.
Vive la Maçonnerie, etc.

9

Sous l'effort du canon tout croule ,
Tout subit la loi du trépas....
Par fois sous les nôtres on roule,
Mais gaiment, et l'on n'en meurt pas.
Vive la Maçonnerie, etc.

10

Ose-t-on franchir toute épreuve
Pour connaître tous nos secrets ?
Sur l'orphelin et sur la veuve
On voit répandre des bienfaits.
Vive la Maçonnerie, etc.

11

Le vainqueur poursuit sa conquête,
Tout fuit ou périt sous ses coups,
Mais au moindre signe il s'arrête,
La pitié succède au courroux.
Vive la Maçonnerie, etc.

12

Puissent, sur les deux hémisphères,
Réunis par nos voeux secrets,
Tous les peuples devenus Frères
Sceller une éternelle paix !
Vive la Maçonnerie, etc.

13

Quand de la Parque meurtrière
Le Ciseau fatal m'atteindra ,
Je veux qu'à mon heure dernière
Ou chante, au lieu d'un libera,
Vive la Maçonnerie, etc.

 

    Par le Frère QUILLET, 2e Surveillant du Souverain Chapitre d'Isis.

Retour au sommaire de la Lyre maçonnique 1811 :