La réception de Bacchus

Cette chanson de Jacquelin ouvre (pages 1 à 5) la Lyre maçonnique pour 1810 et lui donne d'emblée son style gaudriolesque. 

Les chansonniers de l'époque impériale, où la maçonnerie est avant tout prétexte à faire la fête, abondent en chansons de ce style.

On y voit régulièrement les Loges occupées à initier divers personnages mythologiques, tels Vénus, Cupidon ou les Grâces. Ici, c'est Bacchus qui bénéficie de la complaisance maçonnique et vient compléter ce Panthéon.

Il n'y a pas de mention d'air.

La chanson est reproduite en 1816 par Jacquelin lui-même dans son Chansonnier franc-maçon (p. 13).

Avec quelques modifications de forme, elle se retrouvera (pp. 230-2) à la Lyre des francs-maçons de 1830, sous le titre Bacchus franc-maçon.

LA RÉCEPTION DE BACCHUS,

 

ou

 

BACCHUS FRANC-MAÇON.

 

CANTIQUE MAÇONNIQUE.

  

« L'amour a reçu la lumière :
» Je prétends aussi, dit Bacchus,
» Des francs-Maçons être le frère :
» Je vaux bien le fils de Vénus !
» L'amour inspire la tristesse ;
» Le vin nous rend gais et contens.
» On n'aime que dans la jeunesse ;
» On peut boire dans tous les tems. »

 

Il se rend au Temple ; on le tuile ;
Bientôt ces mots sont entendus :
« Il pleut pour toi dans notre asile,
» Profane ! reste aux Pas-perdus.
—» Messieurs, Messieurs, point d'épigramme ;
» Ce profane a quelques vertus.
» Tel qui se damne avec sa femme,
» Ne se sauve qu'avec Bacchus ! »

 

 

 

L'expert lui dit : Votre origine ?
—» Je suis fils du maître des dieux.
—» Quoique de naissance divine,
» De ce mouchoir couvrez vos yeux.
—» De moi vous vous moquez, sans doute ?
» Dans mon vin je ne mets point d'eau.
» J'ai tant bu que je n'y vois goutte ;
» Je n'ai pas besoin de bandeau. »

 

 

 

Que l'on commence les épreuves.
—» Allons, dit Bacchus, point de peur ;
» Donne ici de nouvelles preuves
» De ton intrépide valeur.

» La mort même, oui, je la brave !
» Mais dans mes sens quelle fraîcheur !
» On me descend dans une cave.....
» Bon ! c'est mourir au champ d'honneur. »

 

 

 

Maintenant, dit le Vénérable,
Il faut éprouver le moral :
Que doit un homme à son semblable ?
—» Toujours le bien, jamais le mal.
—» Pour soi quelle est la loi suprême ?
—» Vous offre-t-on Beaune et Pomard,
» Je crois qu'on se doit à soi-même
» De ne pas en laisser sa part. »

 

 

 

Nous pratiquons la bienfaisance.
—« De moi soyez donc satisfaits.
» Pour embellir votre existence,
» Quels présens valent mes bienfaits ?
» Je console de la misère ;
» Le bonheur ! je sais l'égayer ;
» Si votre maîtresse est légère,
» Je sais vous la faire oublier. »

 

 

 

—« On va vous donner la lumière :
» Au troisième coup de maillet,
» Un, deux et trois, vous êtes Frère.
» Passons aux travaux du Banquet.
—» C'est là, dit Bacchus, mon vrai centre.
» Cet atelier m'est départi ;
» Et l'on s'aperçoit à mon ventre
» Que je n'y suis pas apprenti.

 

 

 

 

» Thyrse, attribut de ma puissance,
» Montre ici ton pouvoir divin !
» Qu'aujourd'hui la reconnaissance
» Fasse couler des flots de vin. »
La liqueur s'échappe et pétille ;
Et l'on dit que depuis ce tems
Bacchus à la grande Famille
A fait beaucoup de partisans.

 

 

 

 

Des méchans méprisant le blâme,
Livrons-nous tous à la gaîté ;
Que Bacchus échauffe notre âme
Du feu de la fraternité.

Frères, qu'on dise, à notre gloire :
» Ils soulagent l'adversité ;
» Et lorsqu'ils ne peuvent plus boire,
» On boit du moins à leur santé. »

Par le Frère J. A. JACQUELIN.

 

Retour au sommaire de la Lyre maçonnique pour 1810 :

Retour au sommaire du Chansonnier :