Le secret des Francs-Maçons.

En cliquant ici (midi) ou ici (MP3), vous entendrez la version donnée de cet air par la Lire maçonne

Ce cantique du fabuliste Coupé de Saint-Donat, que Bésuchet qualifie de fort joli, et qui est intitulé Le secret des Francs-Maçons, figure (pp. 100-102) à la Lyre maçonnique de 1811, d'où proviennent les images ci-dessous.

Son deuxième couplet est reproduit en 1827 (p. 214) dans la Morale de la Franc-Maçonnerie de Bazot.

Voir ici sur l'air mentionné V'là c'que c'est que d'avoir du coeur (dont la métrique est à peu près semblable).

    

               

LE SECRET DES FRANCS-MAÇONS.

 

AIR : V'là c'que c'est que d'avoir du coeur.

 

Mes Frères, chargeons, alignons,
V'là l'secret des Francs-Maçons.
Je vais parler de nos mystères,
En trois temps, mes Frères,
Çà, vidons nos verres.
Et par trois fois trois répétons :
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

Dieu créa les hommes égaux,
Sujets aux biens, sujets aux maux ;
Le sort qui veut que je prospère,
Accable mon frère,
Je plains sa misère,
Ce que j'ai, nous le partageons,
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

Tout commence et tout doit finir,
Nous ne naissons que pour mourir ;
Mais puisqu'au banquet de la vie,
Un dieu nous convie,
Sa table est servie,
Sans excès de tout nous goûtons,
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

Un dieu nous donne des désirs ;
Un dieu nous invite aux plaisirs ;
L'architecte de la nature
Dicta d'Epicure,
La morale pure
Et les lois que nous observons,
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

Qu'il soit soldat ou Maréchal,
Matelot ou bien Amiral,
Le rang, le crédit, la misère,
Rien ne fait qu'un Frère,
D'un autre diffère,
Aux vertus nous le connaissons,
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

Mes Frères, chargeons, alignons,
V'là l'secret des Francs-Maçons,
En l'honneur de nos saints mystères,
En trois temps, mes Frères,
Çà, vidons nos verres,
Et par trois fois trois répétons ,
V'là l'secret des Francs-Maçons.

 

       Par le Frère A. COUPÉ, Souverain Prince Rose-Croix, membre des Respectables Loges du Temple à l'Orient de Bordeaux, d'Eugène Napoléon à l'Orient de Zara en Dalmatie, et de l'Epy d'Or à l'Orient de Paris.

Retour au sommaire de la Lyre maçonnique 1811 :