La Parfaite Réunion

La Loge parisienne (il y en eut du même nom à Lyon et à Bayonne) de la Parfaite Réunion fut fondée en 1802 ; le compte-rendu (avec un cantique de Rizaucourt et un cantique de Legret) de son installation, le 24 mai, figure aux pp. 251-69 du volume 2 du Miroir de la Vérité d'Abraham (qui donne, p. 256, la liste de ses premiers membres : on n'y voit encore figurer aucun de ceux qui la feront connaître par la suite, à l'exception du Vénérable Merché-Marchand et de Rizaucourt).

Elle disparut assez rapidement : Bésuchet ne la mentionne déjà plus en 1829.

Elle est un exemple-type de la maçonnerie d'Empire, en se vouant - sans doute exclusivement - à la guindaille. Elle devint sous l'Empire le quartier général des amuseurs publics maçons, se cooptant dans le milieu du théâtre de vaudeville et des sociétés bachico-chantantes comme le Caveau Moderne ou les Soupers de Momus. 

parfreunb.gif (137762 octets)

Médaille de la Loge :

(à gauche) Étoile portant la lettre G (ici peu lisible) dans une couronne de chêne et de laurier, inscription : Loge de la Parfaite Réunion à l'O(rient) de Paris 

(à droite) : emblèmes dans un ouroboros, inscription : CONSTITUEE PAR LE G(rand) O(rient) DE FR(ance) - Le 7e J(our) DU 3e M(ois) D L D L V L  5802.

parfreun1.gif (111685 octets)

En seront membres Jacquelin, Désaugiers, Delorme, Dumersan, Merle, Rougemont, Moreau, Villiers, Rizaucourt, Brazier (qui, 30 ans plus tard, republiait avec attendrissement une chanson - particulièrement médiocre au demeurant - qu'il avait chantée en Loge le jour de sa réception), et sans doute Dacosta.

Une des principales activités de la Loge semble avoir été de célébrer avec faste et force chansons la fête annuelle de son inamovible Vénérable, Hippolyte Merché-Marchand.

Il faut cependant signaler qu'en 1803, elle avait débattu avec le plus grand sérieux de la question Peut-on recevoir Maçon un aveugle ? Mais c'était sans doute avant qu'elle ne soit phagocytée par sa bande de joyeux drilles ...

Dans une farde de plusieurs fascicules séparés, disponible sur Gallica sous le titre Archives des loges issues de la collection de Jean Baylot. Paris. Loge "Parfaite Réunion", on trouve successivement :

page  Titre Incipit Air
35 Couplets En vain j'ai vu s'user mon coeur Jeunes Amans
36 Couplets improvisés Pour célébrer ce jour heureux de la Fuite en Egypte
37 Couplets ajoutés en impromptu Oui, de St Jean avec ardeur de la Fuite en Egypte
43 - Charmantes Soeurs, daignez m'entendre de la Barcarole, de Michel-Ange, à Venise, jeune fillette
page  Titre Auteur Incipit Air
35 Couplets Delorme C'est un usage respecté J'aime la force dans le Vin, et la faiblesse dans les Belles
36 - Dufour De St Jean, notre bon patron du Vaudeville de la Soirée orageuse
38 Couplets sur la maçonnerie Viat Longtemps l'ignorance et l'erreur -
40 Cantique - Au bonheur d'être dans ces lieux de la Croisée
42 - - Sur les autels de l'Amitié d'Hyppolite

Deux cantiques de cet ensemble portent en titre le nom de la Loge.

Retour au sommaire des Loges :

Retour à l'entrée du musée :