Marchal

En cliquant ici, vous entendrez le fichier mp3 de cette partition, séquencé par Christophe D.  

 

Cet Himno masónico (Hymne maçonnique) a été composé en 1871 par Max Marchal sur un texte de de Miguel Ramos Carrión (1845-1915).

On voit ci-dessous la première page de la partition ; on remarquera la triponctuation dans la signature de Marchal au bas de cette page.

Himno Masónico

(Letra de Miguel Ramos, música de Max Marchal)

Introducción

¡Honor a la alta idea!,
tus glorias ensalcemos,
que nuestro canto sea
un grito en que juntemos
la fe con la razón.
¡Salud!, ¡Salud, hermanos!,
Fraternidad y Unión

I

Virtud, brillante faro
Que a hermoso puerto guía,
en ti la buscar amparo
la humanidad confía.
Tu clara luz radiante
más viva esparce ya,
y sepa el navegante
la playa adonde va.

[Coro]:

Y sepa el navegante
la playa adonde va.

II

¡Oh, patria!, dulce nombre
que el corazón venera
sin que conozca el hombre
su patria verdadera:
no allí donde primero
la luz acertó a ver;
el universo entero
su patria debe ser.

[Coro]:

El universo entero [etc]

III

Familia, lazo tierno
que dulcemente oprime
y es manantial eterno
de amor para el que gime.
Logre alcanzar la palma
tu cariñosa unión
que brinda paz al alma
y gozo al corazón.

[Coro]:

Que brinda paz al alma [etc] 

Hymne maçonnique

(Texte de Miguel Ramos, musique de Max Marchal)

INTRODUCTION

Honneur au noble idéal 
que nous glorifions !
Que notre chant soit
un cri où nous joignons
la foi et la raison !
Salut ! Salut, Frères !
Fraternité et Union !

I

Oh, Vertu ! Phare brillant
qui guide vers un si joli port !
En toi, la quête trouve son refuge
et l'humanité sa confiance.
Déjà, ta claire lumière
rayonne plus vive et se répand.
Ainsi le navigateur sait-il
sur quelle plage il va accoster.

[chœur]

Ainsi le navigateur sait-il
sur quelle plage il va accoster.

II

Oh, patrie ! le doux nom
que le cœur de l'homme vénère
sans que, pour autant, 
il ait pris conscience de sa véritable patrie.
Pas le lieu où, par hasard,
il entrevit la lumière pour la première fois.
Car sa véritable patrie
ce doit être l'univers tout entier.

[chœur]

Car sa véritable patrie
ce doit être l'univers tout entier.

III

Oh, Famille ! lien tendre
dont est douce la pression
et éternelle la source d'amour 
pour celui qui gémit.
Ton affectueuse union
nous transporte dans un monde
qui apporte la paix à l'âme
et la joie au cœur.

[chœur]

Qui apporte la paix à l'âme
et la joie au cœur.

Otras canciones en español

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :