Dem würdigen Bruderfeste

Cliquez ici pour entendre l'air de Schulz mentionné ci-dessous

Cliquez ici pour entendre le premier couplet de l'air de Heyn mentionné ci-dessous.

Le 24 juin 1830, à la Saint-Jean, sa Loge célébra le cinquantenaire maçonnique de Goethe. Celui-ci écrivit à cette occasion le poème suivant :

Merci d'avance à qui aurait l'amabilité de proposer une traduction de ce texte.

 

Dem würdigen Bruderfeste

Fünfzig Jahre sind vorüber,
Wie gemischte Tage flohn,
Fünfzig Jahre sind hinüber
In das ernst Vergangene schon.

Doch lebendig, stets aufs neue,
Tut sich edles Wirken kund,
Freundesliebe, Männertreue
Und ein ewig sichrer Bund.

Ausgesäht in weite Ferne,
Nah, getrennt, ein ernstes Reich,
Schimmern sie, bescheidner Sterne
Leis wohltätigem Lichte gleich.

So! Die Menschheit fort zu ehren, 
Lasset, freudig überein,
Als wenn wir beisammen wären, 
Kräftig uns zusammen sein!

Nous connaissons deux mises en musique de ce poème.

La première, que nous avons trouvée dans le chansonnier de la Loge Zum Warheit (qui en donne le fichier midi que vous pouvez entendre ici), date, selon ce site, de 1890 et a été composée par August Schulz.

Nous n'avons pu identifier avec précision cet August Schulz, qui pourrait être par exemple :

Voici la partition correspondant à ce fichier midi :

La deuxième est de Walter Thomas Heyn (1953-) et a fait l'objet en 2000 d'un enregistrement par Jörg Gottschick sur le CD Freimaurer Gesänge (Kreuzberg KR10047).

Cliquez ici pour en entendre le premier couplet.

 

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire des chansons du XXe siècle :