Les Disciples de Saint Vincent de Paul 

Comme on le voit ci-dessous, c'est le 4 janvier 1813 qu'une nouvelle Loge sous le titre distinctif des Disciples de Saint Vincent de Paul présenta sa demande de Constitutions au Grand Orient de France, lequel y donna, par ce document, la suite espérée. 

Le titre choisi (après qu'une première proposition, La Polyglotte, ait été refusée par celui-ci) symbolise sans doute bien le fait que l'objectif principal de cette Loge, en se plaçant sous l'égide d'un tel bienfaiteur de l'humanité, devait être la philanthropie.

Une histoire mouvementée 

Le blog de Jean-Laurent Turbet reproduit un historique très complet de cette Loge, dont le titre devint par la suite successivement L'Ecossaise 133 et la Justice, et qui compta en grand nombre parmi ses membres des libertaires, des républicains et des communards.

En 1853, elle s'opposa aux pleins pouvoirs du Grand Maître du Grand Orient, Murat, ce qui entraîna son transfert vers l'Obédience adverse, le Rite Ecossais.

Adversaire de l'obligation de référence au Grand Architecte, elle fut un chef de file de l'opposition au Suprême Conseil gouvernant ledit rite, pour devenir en 1880 une des Loges fondatrices de la Grande Loge Symbolique écossaise. Après l'affaiblissement de celle-ci, elle rejoindra finalement, en 1897, la nouvelle Grande Loge de France.

Selon cet historique, sa première Tenue eut lieu le 27 juillet 1813, et on y chanta cet hymne :

Il est pénible et glorieux le rôle
Dont s’est chargé notre Atelier naissant !
Frères, qu’il faut de ferveur, de talents,
Pour approcher du grand Vincent de Paul !
Fut-il Maçon, Vincent ? Notre bon Père !
Ah ! Chers Amis, cet homme généreux,
Qui ne songea qu’à faire des heureux,
De Dieu lui-même a reçu la lumière.

Le graveur L. DUBOUR est surtout connu par sa médaille de Bichat

Les 3 sujets entre les colonnes, l'équerre et le compas et les 7 marches évoquent la devise AUDI, VIDE, TACE (Écoute, regarde et tais-toi) qu'on trouve à de nombreux documents et objets maçonniques, par exemple aux armes (ci-contre) de la Grande Loge Unie d'Angleterre.

 

                                        

On remarquera, aux images ci-dessus, une figuration inhabituelle du compas. 

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :