Couplets pour la fête d'Hippolyte 

 

Une des innombrables chansons en l'honneur du Frère Hippolyte Merché-Marchand ; celle-ci, signée de Merle (qui était membre de la Loge concernée), provient (pp. 96-7) de la Lyre pour 1812.

 

COUPLETS

chantés à la Fête du Frère M*** M***, Vénérable de la Respectable Loge de la Parfaite Réunion, à l'Orient de Paris.

Air : En amour comme en amitié. (De Colalto.)

Quel jour plus heureux pour le coeur
Que le beau jour qui nous rassemble !
Quand tes amis sur ton bonheur
Peuvent t'offrir des voeux qu'ils formèrent ensemble !
Le charme double de moitié
Lorsque partout la gaîté brille,
Et qu'aux accens d'amour de ta famille
Se joint la voix de l'amitié. (bis.)

Ta femme par tes soins touchans
Voit son existence embellie,
Et ton amour pour tes enfans
Prépare les douceurs de l'hiver de ta vie ;
Ton coeur t'assure des succès
Que l'amitié pour toi réclame ;
Tous tes amis ont éprouvé ton âme,
Tous les malheureux tes bienfaits.

Lorsque tout sourit à tes voeux,
Quels voeux pour toi pourrions-nous faire ?
Tout ce qui t'entoure est heureux ;

On cite ton bonheur comme époux, comme père. -
Si les Maçons sont entendus,
Dieu, pour combler leurs destinées,
Doit t'accorder au moins autant d'années
Qû'il t'a prodigué de vertus.

                                      Par le Frère MERLE.

Voir l'air.

Retour au sommaire de la Lyre 1812 :

Retour à la page d'Hippolyte :