Conseils aux Maçons

 Cliquez ici (midi) ou ici (mp3) pour entendre l'air 

Ces pages sont les pp. 142 à 144 des éditions 1766 et suivantes de La Lire Maçonne (elles figuraient déjà, pp. 140-3, à l'édition 1763).

Ces conseils aux maçons constituent en fait une dissertation sur la morale maçonnique, et particulièrement dans les couplets 6 à 8, couplets qu'on retrouvera, sous le titre Le secret dévoilé, aux pp. 33-34 de la Lyre maçonnique pour 1811.

L'impératif

Etre fidèle aux Rois,
Fidèle à sa patrie,
Sont les premières loix
De la Maçonnerie.

n'est pas exactement conforme à l'idéal maçonnique exprimé par une autre chanson du même recueil (mais qui est reprise, elle, d'un recueil français) :

Fidèle à Dieu, bon Citoyen,
...
Ami, voilà notre portrait

dans la mesure où il ne met plus sur le même plan (le premier) les devoirs envers Dieu et envers l'autorité civile.

Par contre, on met ici en garde contre le fanatisme impie.

Faudrait-il relier cela au fait que la Lire est imprimée en pays protestant ?

Comme indiqué, ce texte se chante sur le même air que celui de la p. 138, la Véritable Humanité, air qui est celui de la Béquille.

On retrouve cette chanson aux pp. 84-6 de la Muse maçonne en 1806.

      

     

conseils aux maçons

1
FRères, joignons nos voix ;
Qu'à l'envi chacun chante 
La douceur de nos loix, 
Et leur gloire éclatante. 
Truelle, qui m'enchante, 
Tu vaux, pour un Maçon,
Cette lire touchante,
La gloire d'Amphion

2
Horace nous l'apprend :
Prophane est le vulgaire ;
D'un pas ferme et constant 
Marchons vers la lumière. 
D'une erreur populaire,
Rions en liberté ;
Qui rougit d'être Frère
Pour tel n'est plus compté.

3
Si parmi nous quelqu'un 
Merite la censure, 
C'est un défaut commun
A l'humaine nature.
La vertu la plus pure 
Est notre unique objet ;
Mais seroit-on parjure
Pour n'être pas parfait ?

4
Respectons le censeur, 
Méprisons sa critique, 
Opposons la douceur
A l'humeur satirique : 
Souvent tel qui s'explique 
En discours offensants,
De notre République 
Devient un des enfants.

5
Le rang, les dignités, 
Le talent, la science,
Ont dans nos Comités
La juste préférence. 
Mais cette déférence, 
Ne fait point de jaloux ; 
L'honneur qu'on y dispense 
En devient un pour tous.

6
Découvrons nos secrets,
Révélons le mistère :
Nuit et jour être prêts
A secourir son Frère ;
Du préjugé vulgaire
Préserver sa raison ;
Chercher le bien, le faire ;
C'est être Franc-Maçon.

 7
Etre fidèle aux Rois,
Fidèle à sa patrie,
Sont les premières loix
De la Maçonnerie.
Du fanatisme impie
Détester la leçon,
Bannir la calomnie,
C'est être Franc-Maçon.

8
Aimer la liberté, 
Fuir le libertinage ; 
Avoir de la gaîté 
Sans cesser d'être sage ; 
De la vertu sauvage
N'emprunter point le ton,
C'est l'aimable appanage 
De tout vrai Franc-Maçon.

9
De nos charmants banquets 
Bannissons la tristesse, 
Accordons à jamais 
Les plaisirs, la sagesse ; 
Sans tomber dans l'ivresse, 
Buvons une liqueur,
Qui ranime sans cesse 
Et l'esprit et le coeur. 

Retour à la table des matières de 
La lire maçonne
: