La Vraie Félicité

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de cette partition

  

La Vraie Félicité.

 

Sur l'air : Ne v'la-t'il pas que j'aime.

 

La Paix dans ce charmant séjour
A fixé son empire.
Exemts des peines de l'amour,
Nous n'en faisons que rire.
L'amitié nous suffit toujours,
Et nous inspire.

La douceur de notre union
Rend notre ame contente ;
Tout tend à la perfection,
Et tout nous la présente :
Le bien d'être sans passion,
Seul nous enchante.

Freres, tous d'un accord parfait,
Suivons le Vénérable :
Il brille dans tout ce qu'il fait,
Chez lui tout est aimable :
Il nous semble voir, sous ses traits,
Minerve à table.

 

REPONSE DU MAITRE.

Par le Fr. de VIGNOLES.

La Table même, parmi nous,
Est l'asile du Sage.
On peut le voir : chacun de vous
Soutient cet avantage.
Si je l'expose aux yeux de tous,
C'est votre ouvrage.

Ces pages sont les pp. 318 (313 à l'édition 1763) et 319 de La Lire Maçonne. Il s'agit en fait d'une chanson reprise du chansonnier de Naudot (pp. 84-5), mais :

On la retrouve à la page 70 du recueil de Sophonople, telle que ci-dessus (à part Buvons au Vénérable au lieu de Suivons le Vénérable), mais sans la réponse du Maître et avec la mention d'air Ah ma voisine.

Le Recueil de Ste Genevieve donne également (pp. 66-7) la version en 3 couplets, mais dans une version plus conforme à celle de Naudot ; le titre est ici Autre sur le même air (qui est celui de Buvons, buvons de ce vin frais).

Au XIXe on retrouvera encore la chanson, telle que ci-dessus (avec 4 couplets), à la Muse de 1806 (p. 191). Et, la même année, elle sera recopiée de là dans le recueil d'Eleusine (p. 42), moyennant le remplacement de Freres, tous d'un accord parfait par Chères Soeurs, d'un accord parfait.

Retour à la table des matières de 
La lire maçonne
: