Mes Chères Soeurs

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre le fichier midi de cet air

Le titre ci-dessus est celui donné par la table de Naudot : Sur le même air, mes chères soeurs.

 

 

A chanter sur le même air que la chanson précédente, Buvons, buvons de ce vin frais

Mes chéres soeurs jusqu'a demain
Restons à cette table ;
Chantons du frère du jardin,
Le talent admirable ;
Tout ce qu'il nous dit est divin,
Et respectable.

2e
La paix dans ce charmant séjour
A fixé son Empire ;
Exemps des peines de l'Amour,
Nous n'en faisons que rire;
L'amitié nous suffit toujours;
Et nous inspire.

3e
La douceur de nôtre union,
Nous rend l'âme contente ;
Tout tend à la perfection,
Et tout nous la présentec;
Le bien d'estre sans passion,
Seul nous contente.

4e
Par tes beaux yeux l'Amour malin
Etablit son empire,
Les coeurs resisteroient en vain,
Ta voix sçait les séduire ;
Tes graces, ton esprit divin
Tout nous attire.

5e
Frères, il faut boire aujourd'hui
à notre vénérable :
Il est le modèle et l'appui,
de cette loge aimable :
Minerve est assise avec lui
  à cette table.

Cette chanson sera reprise, considérablement transformée (notamment, les deux couplets qui font allusion à la présence de Soeurs ont été écartés ; mais un couplet, Réponse du Maître, a été ajouté) et sous le titre La Vraie Félicité, par la Lire à ses pp. 318-9.

On trouve une autre transformation de l'original de Naudot dans de nombreux chansonniers du XVIIIe, par exemple (ci-dessous) dans une des éditions, celle que nous avons appelée E, des Recueils de Jérusalem (pp. 105-6).

Elle figure également :

Ici aussi le couplet 4 de Naudot a été supprimé, et l'incipit est modifié pour ne plus parler de soeurs. Le dernier couplet a été réécrit. Les changements par rapport à Naudot sont en mauve ci-dessous. On remarquera par exemple le remplacement (au vers 3) du frère du jardin par le Maître du festin ; on peut d'ailleurs se demander ce que ce frère du jardin venait faire dans le texte de Naudot : serait-ce lié au fait que la Loge d'Adoption évoque le Jardin d'Eden ?


            

Chanson

 

Mes Frères, jusques à demain
Restons à cette table ;
Chantons du
Maître du festin,
Le talent admirable;
Tout ce qu'il nous dit est divin,
Et respectable.

 

 

 

La paix dans ce charmant séjour
A fixé son empire :
Exemps des peines de l'amour,
Nous n'en faisons que rire;
L'amitié nous suffit toujours;
Et nous inspire.

 

 

 

La douceur de notre union,
Nous rend l'âme contente ;
Tout tend à la perfection,
Et tout nous la présente ;
Le bien d'être sans passion,
Seul nous contente.

 

 

 

Frères, tous d'un accord parfait,
Bûvons au
Vénérable ;
 Il brille dans tout ce qu'il fait,
Tout en est respectable ;

On voit Minerve sous ses traits
  A cette table.

 

 

 

 

 

 

 

Retour au sommaire des chansons anciennes :

Retour au sommaire du chansonnier de Naudot :