Quand les boeufs vont deux à deux

En cliquant ici (midi) ou ici (MP3), vous entendrez le fichier de la partition ci-dessous, séquencé par Christophe D. 

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de la partition donnée par Le Bauld, séquencé par Christophe D.

Le Bauld mentionne au bas d'une de ses partitions (p. 128) que l'air en provient de Richard-Coeur-de-Lion. Il s'agit effectivement de l'opéra (1783) de Grétry portant ce titre, et dont on trouve le livret ici et la partition ici. L'air concerné est Quand les boeufs vont deux à deux, le labourage en va mieux, dont on peut voir le texte ici et la partition aux pp. 115 ss. de la scène X de l'acte III (28/57 ss). Les deux partitions correspondent, au décalage de ton près.

Le même air, dans une version simplifiée, a été utilisé par Béranger :

chanson(s) de ce site utilisant cet air : 1, 2

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :