You people who laugh ... 

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de cet air, emprunté au site mentionné en bas de page

 

Cette chanson porte le n° 13 dans le recueil annexé à Ahiman Rezon.

Tune. Oh Polly you might have toy’d and kiss’d.

I.
You People who laugh at Masons draw near,
Give Ear to my Song without any Sneer;
And if you’ll have Patience you soon shall see,
What a noble Art is Masonry.

II.
There’s none but an Atheist can ever deny,
But that this great Art came first from on high;
The Almighty GOD here I’ll prove for to be,
The first great Master of Masonry.

III.
He took up his Compass with masterly Hand,
He stretch’d out his Rule and he measur’d the Land;
He laid the Foundation o’th’ Earth and the Sea,
By his known Rules of Masonry.

IV.
Our first Father Adam, deny it who can,
A Mason was made as soon as a Man;
And a Fig-Leaf Apron at first wore he,
In Token of’s Love to Masonry.

V.
The principal Law our Lodge does approve,
Is that we shou’d live in Brotherly-Love:
Thus Cain was banish’d by Heaven’s Decree,
For breaking the Rules of Masonry.

VI.
The Temple that wise King Solomon rais’d,
For Beauty, for Order, for Elegance prais’d;
To what did it owe its Elegancy?
To the just form’d Rules of Masonry.

VII.
But shou’d I pretend in this humble Verse,
The Merits of Free-Masons Arts to rehearse;
Years yet to come too little wou’d be,
To sing the Praises of Masonry.

VIII.
Then hoping I’ve not detain’d you too long,
I here shall take Leave to finish my Song;
With a Health to the Master and those that are free,
That live to the Rules of Masonry.

To all the free-born Sons of the Ancient and Honourable C R A F T

Sur l'air de O Polly, tu aurais pu jouer et embrasser...


Vous qui vous gaussez des maçons, approchez,
Prêtez l'oreille à mon chant sans ricaner
Et si vous êtes patients vous verrez bientôt 
Quel Art noble est la maçonnerie.

II
Il faudrait être athée pour jamais nier 
Que ce grand art vint d'abord d'en-haut 
J'établirai ici que le Dieu Tout-Puissant fut 
Le premier grand Maître de la maçonnerie.

III 
Il prit son compas dans sa main magistrale, 
Il étendit sa règle et mesura la terre ; 
Il jeta les fondations de la terre et de la mer, 
D'après ses règles connues de la maçonnerie.

IV 
Notre premier ancêtre Adam, le nie qui le peut,
Fut fait un maçon aussitôt qu'un homme ;
Et il porta d'abord un tablier en feuille de figuier 
En gage d'amour de la maçonnerie.


La première loi que notre loge approuve,
Est que nous devrions vivre dans l'amour fraternel ;
Ainsi Caïn fut banni par décret céleste
Pour avoir enfreint les règles de la maçonnerie.

VI 
Le Temple que le sage roi Salomon éleva, 
Renommé pour sa beauté, son ordre, son élégance, 
A quoi dut-il ses proportions harmonieuses ? 
Aux justes règles de la maçonnerie.

VII 
Mais si dans ces humbles vers je prétendais
Rappeler les mérites des Arts des francs-maçons, 
Les années à venir ne suffiraient pas 
A chanter les louanges de la maçonnerie.

VIII 
Espérant ainsi ne pas vous avoir trop longtemps retenus, 
Je prendrai congé en finissant mon chant ; 
Avec une santé au Maître et à ceux qui sont libres, 
Et qui vivent selon les règles de la maçonnerie.

A tous les fils nés libres de l'ancien et honorable METIER.
 

L'air est extrait du Beggar's Opera (l'Opéra des Gueux) de John Gay (1729). Sa partition est visible sur une page du site 8notes.com, auquel nous en avons emprunté le fichier midi.

Other english-speaking songs

Retour à Ahiman Rezon :

Retour au sommaire du Chansonnier :