La poudre et le canon

Ce cantique figure à la page 169 de l'édition 1810 du Vocabulaire des francs-maçons.

Il joue sur l'adoption, pour les banquets maçonniques, de termes empruntés au vocabulaire militaire.

On le trouve également, à l'identique, (pp. 236-7) à la Lyre maçonnique pour 1810, avec le même titre et le même référence d'air, et en plus la mention Cantique de banquet.

Et on le retrouve aux pages 162-3 du Nouveau Code Récréatif des Francs-Maçons, sous le titre Aux Soeurs.

LA POUDRE ET LE CANON

 

AIR : Aux soins que je prends de ma gloire.

Pour nous quels plaisirs et quels charmes,
Quand réunis, et de concert,
Portant la main droite à nos armes,
Nous faisons tous un feu d'enfer.
Eussions-nous vanté le génie
Et le grand cœur de Salomon,
S'il n'eût mis la Maçonnerie
Entre la poudre et le canon ?

 

Voulons-nous célébrer la gloire
Du plus illustre des guerriers,
Et rendre hommage à la mémoire
Des chefs de tous nos ateliers ?
Point de repos, point de relâche,
Rien n'est plus actif qu'un Maçon
Qui travaille et remplit sa tâche
Entre la poudre et le canon.

 

Abjurez toute erreur grossière,
Mortels qui respirez sans nous,
Recevez enfin la lumière
Qui se présente devant vous ;
Et pour couler des jours prospères,
En bénissant l'art du Maçon,
Venez, venez trouver vos Frères
Entre la poudre et le canon.

Voir l'air Aux soins que je prends de ma gloire.

Retour au sommaire du Vocabulaire :

Retour au sommaire du Chansonnier :