Couplets

pour être chantés le jour d'une réception

Dans la page correspondante, nous mentionnons quelques éditions des Recueils de Jérusalem, tout en signalant aussi qu'il en existe bien d'autres.

D'une de celles-ci, nous ne possédons que quelques fragments. Elle est cependant bien intéressante, puisqu'elle est une des rares à contenir les intéressants Emblèmes de la Maçonnerie. Mais nous y avons également trouvé (pp. 40-2) cette chanson encore plus rare, puisque nous n'en avons encore vu aucune autre édition du XVIIIe. Mais elle réapparaîtra en 1807 dans le Free-Masons vocal Assistant (p. 162).

Le refrain se présente sous deux formes, l'une (vivez, vivez, ...) suit les 3 premiers couplets et l'autre (buvez, buvez, ...) les 3 autres.

La chanson est touchante par ses bons sentiments, mais quelque peu simplette tant par le fond que par la forme : le style est assez naïf, et les rimes, qui ne sont guère riches, sont même parfois très approximatives (armes - âme, au dernier couplet). Est-ce l'explication du fait qu'elle n'ait guère eu de succès ?

L'air n'est malheureusement mentionné nulle part.

On notera les vers :

Nos Loges sont des écoles,
Où sont différents symboles,
Autant que par des paroles,
On apprend la vérité.

qui font écho au dialogue figurant dans certains Rituels :

Retour au sommaire des recueils de Jérusalem :

Retour au sommaire du Chansonnier :