Auguste de Talleyrand

 Cliquez ici pour entendre sa partition de La lumière est fille des cieux, séquencée par Christophe D.

 

Auguste-Louis de Talleyrand-Périgord (1770-1832), cousin germain du célèbre prince de Bénévent, fit, poussé par celui-ci, une importante carrière dans la diplomatie, notamment, de 1808 à 1823, comme plénipotentiaire de Napoléon puis de Louis XVIII en Suisse.

Mais, comme on le voit par exemple ici et ici, il fut aussi compositeur (auteur de 5 opéras et de nombreuses compositions vocales, et même de musique maçonnique, voir ci-dessous), même si, comme on le voit ici, la paternité de certaines oeuvres lui attribuées n'est pas certaine.

Bossu consacre plusieurs fiches à la famille Talleyrand, dont il ressort qu'Auguste était membre en 1809 de la Loge parisienne des Chevaliers de la Croix  et qu'il fut présent à la Fête d'Ordre de la Loge zurichoise Modestia cum Libertate le 24 juin 1813. Il mentionne également son épouse Caroline d'Argy (1791-1847), initiée en 1809 dans une Loge d'Adoption suisse.

ci-contre : portrait par Greuze en 1792 (détail).

Voyons ce que dit de lui en 1835 Charles Maxime Catherinet de Villemarest dans son ouvrage Monsieur de Talleyrand (p. 221) :

... il ne pensait nullement à se marier, quand son oncle saisit pour lui l'occasion d'un établissement très-avantageux sous le rapport de la fortune et sous tous les rapports personnels. Tout nouvellement revenu d'émigration, au commencement de l'Empire, M. Auguste Talleyrand, nous pouvons le dire, plus qu'aucun autre, respirait avec délices l'air de la patrie. Simple dans ses habitudes, bon par nature, de mœurs douces et faciles, sa seule passion alors était la musique ; il avait composé pour Feydeau la partition d'un opéra, mais nous ne nous rappelons point si cet opéra fut représenté. Recevant de son oncle une pension de six mille francs, il se trouvait si heureux, parce qu'il savait être heureux, qu'il eût voulu que sa position ne changeât jamais. Mais l'ambition de son oncle débordait alors sur les siens, et il le fit peu après nommer chambellan de l'Empereur, ce qui n'était ni dans les goûts ni dans les habitudes de M. Auguste de Talleyrand. 

Le catalogue 62 de la maison Musikantiquariat Dr. Ulrich Drüner portant sur la Collection Talleyrand comprenait (p. 27) l'item suivant :

k) Zwei Freimaurer-Kantaten in einem Prachtband. Auf dem Deckel mit dem Hinweis Chansons Pour une loge d’adoption. Autographe Reinschrift, 44 Bll., querfolio. Blau marmorierter Hldrbd. Vermutlich zwischen 1799 und 1808. Enthalten sind Vokalstücke mit Orchesterbegleitung, von denen es sich aber wohl nur bei den ersten beiden um Freimaurermusik handelt. 1. „La lumière est fille des cieux”, für 4 Soli (vermutlich SATB), Fl., Klar. 1-2, Fg., Hr. 1-2, Streicher. 2. Chanson de francs maçons („Est il de fête plus charmante”) für 2 Gesangspartien (Sopran- und Bassschlüssel), dazu Fl., Klar., Fg., Hr.1-2, Streicher. 25 S. mit einer sehr großen Zahl von Verbesserungen. – Freimaurerische Musik-Quellen vom Ende des 18. oder Beginn des 19. Jahrhunderts sind von äußerster Seltenheit. Für gewöhnlich sind sie lediglich mit Klavierbegleitung versehen. Die Tatsache, dass hier beide Chansons eine Orchesterbegleitung haben, lässt vermuten, dass sie für eine sehr wichtige Loge komponiert wurden, wohl für eine Pariser kurz nach Talleyrands Rückkehr nach Frankreich (1799), doch vor Beginn seiner diplomatischen Karriere 1808.

Il contient donc deux chansons maçonniques (destinées à une Loge d'Adoption) dont les incipits sont les suivants :

Ce recueil a été acquis par la BNF, qui en fait figurer les deux items à son catalogue.

Quelle est la date de ces manuscrits ? Se basant sur le papier et la présence du compositeur en Suisse, la BNF donne entre 1808 et 1823. Cette interprétation nous semble nettement plus vraisemblable que celle (qui impliquerait que Talleyrand ait recopié pendant son séjour en Suisse des compositions antérieures dont on n'aurait pas de traces) énoncée par Drüner, qui semble ignorer qu'il y avait, à cette époque, à Zürich (tout comme à Paris), de prestigieuses Loges - notamment d'Adoption - tout-à-fait à même de se payer un orchestre.

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :