Clément

Dans son Tome 2, Fétis présente comme suit Charles-François Clément :

CLÉMENT (Charles-François), né en Provence vers 1720, fut professeur de clavecin à Paris, où il a publié : 1° Essai sur l'accompagnement du clavecin ; 1758, in-4° obl. ; — 2° Essai sur la basse fondamentale, pour servir de supplément à l'Essai sur l'accompagnement du clavecin et d'introduction à la composition pratique ; Paris, 1762, in-4° oblong. La deuxième édition de ces ouvrages a paru sous ce titre : Essai sur l'accompagnement du clavecin par les principes de la composition pratique et de la basse fondamentale ; Paris, in-fol. obl. gravé, sans date. Casanova dit, dans ses mémoires, qu'il a connu Clément à Paris : il donnait alors des leçons de musique à Silvia, actrice du Théâtre-Italien, dont i! était amoureux et qu'il devait épouser ; mais ce mariage fut ensuite rompu. Il a donné au Théâtre-Italien la Pipée, en deux actes (1756), qu'il a parodiée sur la musique du Paratorio, opéra de Jomelli, et à l'Opéra-Comique, dans la même année, la Bohémienne, en deux actes. On connaît aussi de lui deux cantatilles intitulées le Départ des guerriers et le Retour des guerriers ; un livre de pièces de clavecin avec accompagnement de violon ; enfin un journal de clavecin, composé d'ariettes et de petits airs choisis dans les intermèdes et dans les opéras-comiques qui avaient obtenu du succès. Ce journal fut publié à Paris pendant les années 1762, 63, 64 et 65 , in-4° obl. Il en paraissait un cahier chaque mois.

Fétis fait cependant erreur sur un point : la fiancée de Clément n'était pas Silvia Balletti, mais sa fille Manon. Et ce qu'il ne précise pas, c'est que si ce mariage fut rompu, c'est tout simplement parce que la promise était tombée follement amoureuse de Casanova ... (voir chapitre XII, p. 181, de l'ouvrage de Charles Samaran, Jacques Casanova, vénitien).

A défaut d'avoir trouvé un portrait de Clément, en voici un autre, sans doute plus agréable à l'oeil : 
celui de Manon Balletti, par Nattier.

manon.jpg (40140 octets)

Dans le chapitre VII, Adeptes des Neuf Soeurs pendant la première période de son ouvrage Une loge maçonnique d'avant 1789, la loge des Neuf Soeurs, Amiable le donne, au paragraphe musiciens, comme apparaissant au tableau de cette Loge pour 1784.

Dans son riche ouvrage Les Musiciens francs-maçons au temps de Louis XVI (Véga, 2009),  Pierre-François Pinaud mentionne en outre, notamment :

  • qu'il a adapté de nombreuses oeuvres pour la Comédie-Italienne
  • que plusieurs de ses pièces ont été jouées en 1755 au Concert Spirituel (il s'agit en fait de sa première suite de pièces de clavecin, mises en grande symphonie par l'auteur, qui ouvrait le 29 mai le concert de la Fête-Dieu) 
  • qu'il fut membre des Neuf Soeurs de 1778 à 1784.

Comme le rappelle une page web consacrée à un disque de Forqueray, Clément dédicaça comme suit en 1743 ses Sonates en trio pour un clavecin et un violon :

A MONSIEUR ET MADAME FORQUERAY 

ELEVES D'APOLLON, Oracles de ses loix, 
Forqueray, dont le goût s'unissant au génie 
Tire, pour nous charmer, du sein de l'harmonie, 
Ces concerts ravissans qui naissent sous vos doigts.

Forqueray lui rendit la politesse en baptisant La Clément le deuxième mouvement de sa 4e suite pour clavecin (chaque mouvement de ses suites portait le nom d'une personne).

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :