Gotfried August HOMILIUS

 En cliquant ici, vous entendrez un extrait du choeur d'ouverture de sa Cantate Verwundrung, Mitleid, Furcht und Schreken (Etonnement, pitié, crainte et effroi) sous la direction de Hermann Max (CD Capriccio 10557)

Fils d'un pasteur, Gottfried August HOMILIUS (1714-1785) fut selon Fétis un des musiciens les plus savants et un des meilleurs organistes de l'Allemagne. A la mort de son père en 1722, il fut recueilli par son oncle à Dresde, et en 1735 il partit étudier le droit à l'Université de Leipzig. En 1742 il devint l'organiste de la Frauenkirche de Dresde, où il fut nommé en 1755 directeur de la musique en même temps que des deux autres plus importantes églises de la ville.

Il avait été l'élève de Jean-Sébastien Bach.

Son oeuvre abondant se compose essentiellement de musique religieuse, dont un cycle annuel complet, mais il écrivit aussi un traité de la basse continue resté en manuscrit (1771). 

Il est signalé  comme membre à Dresde de la Loge Zum Goldenen Apfel (fondée en 1776).

On lui connaît au moins 11 chants maçonniques, publiés à Dresde en 1782 (dans Gesänge für Maurer mit neuen Melodien qui en contient 7, cfr tableau ci-dessous) et à Berlin en 1789 (dans Auswahl von Maurer Gesängen), mais d'autres sont peut-être encore à exhumer.

Titre Incipit

4b

 Am Stiftungstage

 Wer singt mit mir im Hochgesang

6

 Am Johannisfeste

 Singt, Maurer, singt dem Tage Freudenlieder

7

 Bey dem Wechsel des Jahres

 Ihm, dem Herrn der Ewigkeit

10

An einen jüngern Bruder

 Die mit der Liebe Mutterblicken

19

 Wohlthätigkeit

 Grosser Meister und Erhalter

24b

 An die Unbekannten

 Unbekannte Weisen!

30

 Tafelgesang

 Dank dem Geber! Dank!

ci-contre : la Frauenkirche de Dresde, où Homilius devint en 1742 organiste titulaire (d'après une gravure de Bernardo Bellotto, dit Canaletto, dans sa Raccolta di Vedute della Città di Dresda, 1750)

ci-dessous : l'orgue (construit entre 1732 et 1736 par le grand facteur Silbermann) de cette église, avant sa destruction par le bombardement de 1945 : c'est sur cet instrument qu'a joué Homilius.

 

Voici ce qu'en dit Fétis dans son volume 7 :

HOMILIUS (Godefroid-Auguste), né à Rosenthal, sur les frontières de la Bohême, le 2 février 1714, fut un des musiciens les plus savants et un des meilleurs organistes de l'Allemagne. Nommé, en 1742, organiste de l'église Notre-Dame, à Dresde, il en remplit les fonctions jusqu'en 1755 ; à cette époque, il obtint la place de directeur de musique à cette église, et plus tard il y ajouta les directions des deux autres églises principales de Dresde, et le titre de maître de musique (cantor) de l'école de Sainte-Croix. Il mourut à Dresde, le 1er juin 1785, à l'âge de soixante ans. La musique d'église d'Homilius a joui de beaucoup d'estime, et ses oratorios ont été considérés comme des chefs-d'œuvre en leur genre. Son habileté sur l'orgue fut très-remarquable ; il en donna des preuves jusqu'en 1776. On le citait surtout pour la richesse de son imagination dans les préludes.

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :