Les vertus maçonniques

Cliquez ici pour entendre l'air de la partition ci-dessous

Cette chanson figure, sous le titre Cantique, aux pages 19 à 21 du recueil d'Honoré, qui indique que l'auteur (qui est aussi celui de 2 autres chansons du même recueil) en est le Frère Chup... de Germig...

Chuppin de Germigny

Honoré précise (à la p. 17) que celui-ci est Conseiller au Châtelet, membre de la Loge Les Coeurs Simples de l'Etoile Polaire à l'Orient de Paris

Il ne peut s'agir que de Jean-Nicolas Chuppin de Germigny (1732-?), mentionné par Le Bihan (dans son ouvrage Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France) comme Ecuyer, Conseiller au Châtelet depuis 1768 et membre des Loges Les Frères Amis (1777-78), La Paix (1778-82), Le Zèle (1781-83), Les Coeurs Simples de l'Etoile Polaire (1781-87) et comme Député au Grand Orient. Deux fils (l'aîné étant né en 1762) de celui-ci ont également été membres des Coeurs Simples de l'Etoile Polaire.

Pour sa part, Bord, dans LA FRANC-MACONNERIE EN FRANCE DES ORIGINES A 1815, relève (p. 366) au Tableau de cette Loge pour 1783 : Chuppin de Germigny père, cons. Chât., rue Sainte-Marguerite et Chuppin fils, av. Parl., rue Sainte-Marguerite ; il mentionne également qu'en 1785, Chuppin de Germigny père, rue Sainte-Marguerite Saint-Germain, est Vénérable.

On peut lire ici en 1787 que Chuppin de Germigny père, conseiller au Châtelet, est le député de l'Heureuse Rencontre de Brest et que Chuppin de Germigny fils est celui de la Réunion de Briançon.

On trouve aussi en Chuppin de Germigny un collaborateur très actif des Oracles de la Vérité de Saint-Aubin.

Air : Monseigneur, vous ne voyez rien.

1

On sait qu'autrefois nos aïeux,
Dans leurs banquets par des cantiques,
Célébraient les faits glorieux;
Suivons donc tous ces moeurs antiques;
Par chaque Frère avec gaité,
Que ce refrain soit répété :
Sagesse, bonté,
Sont les vertus maçonniques,
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

2

Pour modèle à tous bons Maçons,
Présentons notre Vénérable ;
En Loge offrons leur ses leçons, 
Et sa gaité, s'il est à table.
Près de lui la sobriété
Y règne avec la liberté.
Sagesse, bonté,
Sagesse toujours aimable !
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

3

De ce Temple, les Surveillants 
Avec douceur règlent les Frères ; 
Leurs yeux actifs et vigilants 
Reçoivent, portent les lumières ; 
Charmes de leur activité,
Nous chantons tous avec gaité, 
Sagesse, bonté,
Voilà nos Dieux tutèlaires !
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

4

Faut-il servir les malheureux ? 
D'abord, notre orateur s'enflamme ...
Un zèle actif et généreux,
Pour leur bonheur, brille en son âme ;
Aussi par eux, avec gaité,
Ce doux refrain est répète : 
Sagesse, bonté,
De ses jours forment la trame ; 
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

5

Toujours au travail excité, 
Que j'aime à voir le Secrétaire 
Ne songer qu'à l'utilité,
Et n'être heureux qu'en sachant plaire.
Lorsque son ouvrage est goûté, 
Trois fois il chante avec gaité : 
Sagesse, bonté,
De mon cœur sont le salaire, 
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

6

Sur nos secrets, un envieux 
Porte-t-il des regards sévères ? 
Dédaignons cet audacieux.
S'il voyait ici tous nos Frères,
Honteux de sa témérité ,
Il chanterait avec gaité,
Sagesse, bonté,
Sont leurs secrets, leurs mystères
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

7

A nos pieds, le vice abattu
Nous en assure la victoire. 
C'est à nos moeurs, à la vertu, 
Qu'il en faut accorder la gloire. 
Puisqu'enfin le monstre est dompté,
Chantons, chantons avec gaité :
Sagesse, bonté,
Des Maçons, voilà l'histoire ; 
Sagesse, bonté,
Paix, franchise, égalité.

Ce cantique sera bientôt repris (pp. 145-147) au Recueil de Cantiques du Manuel des franches-maçonnes. Dans cette version l'ordre des couplets est différent (et nettement moins logique).

On le trouve encore (pp. 157-160) dans les Oracles de la Vérité, sous le titre Cantique présenté à la Loge des C. S. de L. P. , par le Frère Ch., Vice - Orateur : Août 1779, avec les couplets dans cet ordre modifié, et avec comme référence d'air Aimons, aimons-nous (qui selon la Clé du Caveau est équivalent à enfants de quinze ans et à do, do, l'enfant do).

L'air Monseigneur, vous ne voyez rien est donné par la Clé du Caveau (3e édition) sous le n° 492, avec les titres alternatifs do, do l'enfant do - Aimons, aimons-nous (pour lequel Théaville donne cependant une partition différente) - Enfants de quinze ans

Une partition plus évoluée (version et harmonisation de Francis Casadesus) s'en trouve - dans un autre ton - aux pages 22 et 23 du Recueil de chansons maçonniques publié en 1918 par la Loge Ernest Renan du Grand Orient de France, qui donne cette chanson sous le titre Les vertus maçonniques :

 

Retour au sommaire du recueil d'Honoré :

Retour au sommaire du Recueil de la Loge E. Renan :

couv.gif (4209 octets)