L'Etoile Polaire

 

La Loge parisienne de l'Etoile Polaire fut fondée en 1766, et les Coeurs Simples de l'Etoile Polaire (dont nous ignorons s'il s'agit d'un changement de nom ou d'une dissidence de la précédente) quelques années plus tard. L'une et/ou l'autre a compté parmi ses membres quelques personnalités du monde des arts comme les architectes Chaussard (1729-1818), Nicolas Le Camus de Mézières (1721-1789), Charles De Wailly (1730-1798), Mangin (1752-?) et Chalgrin (1739-1811), les sculpteurs Dumont (1720-1775) et Augustin Pajou (1730-1809), le peintre Nicolas Jeaurat de Bertry (1728-1798), l'abbé Roze, ainsi que le chanoine Pingré (qui en fut Vénérable), Chuppin de Germigny (1732-?) et l'abbé Baudeau (1730-1792). Framboisier de Beaunay, directeur du Bureau des Nourrices de Paris puis du Mont de Piété, y fut officier et député de 1776 à 1779.

Selon (p. 233) Gerardo Tocchini dans I Fratelli d'Orfeo (Florence, 1998), elle se serait considérée comme un gardien de l'orthodoxie maçonnique et aurait joué un rôle majeur dans l'exclusion du Contrat Social par le Grand Orient.

Un Protocole des Santés offert en 1783 à la Respectable Loge des Coeurs Simples de L'Etoile Polaire figure ici.

En 1839, l'Etoile Polaire a été réveillée à l'Orient des Batignolles par un peintre-décorateur. 

ci-contre : médaille du Centenaire du Réveil de la Loge (1939)

Selon l'article de S. Colomb Etoile polaire 1839-1989, 150 ans de présence aux Batignolles publié dans le n° 186 de la revue Humanisme du Grand Orient de France, elle recruta d'abord parmi une population essentiellement artisanale. Ayant manifesté un grand souci d'indépendance vis-à-vis de l'obédience, elle prit position dans tous les grands débats sociaux et politiques.

Elle publia notamment (exemple ci-contre) des écrits de ses membres à caractère politique.

L'Etoile Polaire et la réconciliation maçonnique franco-allemande

Le frère Charles Bernardin, Vénérable de la Loge nancéenne Saint Jean de Jérusalem, s'était, dès 1900, fait l'apôtre de la réconciliation maçonnique franco-allemande. En 1907, il organisa une première rencontre au Col de la Schlucht, à laquelle on compta 400 participants. Suivirent des rencontres en 1908 à Bâle et en 1909 à Baden-Baden. En 1911, la 4e rencontre, à Paris, devait avoir lieu à la rue Cadet, mais en dernière minute (la crise d'Agadir venait de tendre les relations entre les deux pays) le Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France refusa l'usage de ses locaux. C'est l'Etoile Polaire qui mit les siens à la disposition des organisateurs. 

On lira avec intérêt sur ce sujet, dans le n° 46 (octobre 2008) de la revue la Chaîne d'union, le dossier intitulé France-Allemagne : une fraternité trop retenue.

On sait aussi (source : Chroniques d'histoire maçonnique, n° 61, IDERM 2007, pp. 38, 43 et 50) qu'elle reçut Marceau Pivert le 7 avril 1935 pour parler (en Tenue blanche) de Ce que nous ferons quand nous serons au pouvoir et le 17 juin 1936  pour évoquer Le Front Populaire au pouvoir, les obstacles à son action, comment il triomphera (à l'époque, dans toutes les Obédiences, une vive inquiétude se manifestait vis-à-vis des menaces que le fascisme faisait peser sur les valeurs maçonniques). Deux jours plus tôt, elle avait, avec 6 autres Loges du Grand Orient de France et 9 de la Grande Loge de France, participé à une Tenue commune sur le Front populaire au travail, présidée par un ancien Grand Maître de cette dernière Obédience (Michel Dumesnil de Gramont) ; parmi les 12 conférenciers figurait, outre le même Marceau Pivert, le ministre de l'Intérieur Roger Salengro.

L'Etoile Polaire compta parmi ses membres le sculpteur Paul Lecreux (1826-1894) dit Jacques France, Severiano de Heredia (1836-1901), maire de Paris en 1879 et député, qui en fut Vénérable, Alexandre Bachelet (1866-1945), Louis Louis-Dreyfus (1867-1940 ; initié en 1896) et, plus récemment, René-Louis Lafforgue

En 1888, son Vénérable était Paul Viguier, membre du Conseil de l'Ordre.

à gauche : autre médaille

ci-dessous : médaille d'Adoption (1910)

L'Etoile Polaire n'est pas à confondre avec la Loge de Trouville, l'Etoile des deux Pôles, constituée en 1878.

 

Dans LA FRANC-MACONNERIE EN FRANCE DES ORIGINES A 1815, Bord donne (p. 366) de nombreux détails sur son histoire et son Tableau :

Cette Loge fut à son heure une des plus importantes de France ; pendant deux ans (1775-6) de nombreux officiers du Grand Orient furent parmi ses membres. Le personnage important de cette Loge était l'abbé Pingré, bibliothécaire de l'abbaye de Sainte-Geneviève. A part quelques officiers et quelques savants, cette Loge était surtout composée d'hommes de loi, conseillers au Châtelet ou au Parlement, notaires, huissiers...

Constituée par la Grande Loge le 3 avril 1762, sous le titre de Cœurs Simples, ses titres furent renouvelés le 13 juin 1775 par le Grand Orient sous le titre de Cœurs Simples de l'Etoile Polaire. Je n'ai pu relever aucun nom des membres de la première période, si ce n'est celui de Leroy, avocat au Parlement, son Vénérable en 1773.

En 1775, sept de ses membres demandent des certificats au Grand Orient : Jeanrat de Bertry ; Gauthier de Glaubry ; Jeanrat ; de Marolles ; Villiers de la Noue ; Villers de la Berge, et de la Jénière.

En 1776, la Loge a 32 membres ; 46 en 1777 au moment de sa plus grande prospérité. Pendant ces deux années, l'abbé Pingré est son Vénérable.

En 1776, son secrétaire est Mangin fils, entrepreneur de bâtiments, rue Saint-Jean de Beauvais, et son député, Mangin père.

En 1777, ce dernier est remplacé par le marquis de Baroncelly-Javons, officier aux gardes françaises, officier du Grand Orient, rue Neuve-des-Petits-Champs, vis-à-vis la compagnie des Indes.

Dans les papiers de l'abbé Pingré on trouve une convocation pour le banquet du 18 février 1783 qui devait avoir lieu à 11 heures du matin dans le local ordinaire de la Loge, rue du Fouarre et signée du secrétaire Chuppin. A cette convocation on a joint un tableau de la Loge que nous reproduisons ci-dessous ; il ne comprenait que 31 noms :

Tableau de 1783.

Barroci l'aîné, libraire, quai des Augustins ; Baudeau, vic. gén., prince, évêque de Wilna, rue Hautefeuille ; le Camus de Mézière, archit., rue du Foin ; Chandon de Sari, proc. Chât., rue Beaubourg ; Carel, pens. du roi, rue du Fouarre ; Chuppin de Germigny père, cons. Chât., rue Sainte-Marguerite ; Chuppin fils, av. Parl., rue Sainte-Marguerite ; Combette, chef bureau fermes, rue des Prouvaires ; Desmures, huissier chambre de la reine, rue Jacob ; de la Frenaye, notaire honor., rue et île Saint-Louis ; Foullon, cons. Parl., rue Fossés-du-Temple ; de Germigny fils, rue Sainte-Marguerite ; Imbert de Lattes, secrét. chambre reine, rue Bourbon ; Javons, marquis de Baronceli, off. rég. gardes, rue de Richelieu ; Jeanrat, de l'Ac. sc. à l'Observatoire ; Le Febvre, chan. régul. à Sainte-Geneviève ; Chev. de Loménie, off. rég. Dauphin ; Millon père, cons. Chât., rue Saint- André-des- Arts ; Millon fils, rue Saint- André-des- Arts ; Pean de la Jennière, aide maj. Hôtel des Invalides ; Petit de la Honville, lieut. part. Châtelet, rue Saint- Antoine ; Pingré, chan. rég., rue Sainte-Geneviève ; Pinson, chirurg., rue de Richelieu ; Poncet, architecte, rue Saint-Etienne-des-Grès ; le Roy de Montecly, av. Parl., rue de la Sorbonne ; de Saint-Cergues, contrôl. maison Madame, rue Beaubourg ; Talon, cons. Parl., rue Montmorency au Marais ; Vauviliers, lecteur du roi, prof. roy. en langue grecque de l'Ac. Inscript. Collège Royal, place Cambray ; Villiers de la Noue, cons. Chât., rue des Tournelles ; Villiers de la Berge, cons. Parl., rue des Tournelles; Villot de Fréville, lieut. gén., connétable, rue Saint-Victor.

En 1785, Chuppin de Germigny père, rue Sainte-Marguerite Saint-Germain, est Vénérable, et Millon père député au Grand Orient.

En 1788 et 1789, l'abbé Pingré est de nouveau Vénérable et l'abbé Baudeau, prévôt mitré de Vidzini, vicaire général et plénipotentiaire du prince évêque de Wilna, est député au Grand Orient. Cette Loge disparut à la Révolution et ne fut pas remise en vigueur sous l'Empire.

Retour au sommaire des Loges:

Retour à l'entrée du musée :