Santé des Visiteurs

cliquez ici pour entendre le début de l'air

Lors de la Tenue solennelle du 22 juin 1799 actant la fusion des deux Obédiences ayant survécu à la Révolution, la deuxième chanson, venant après la Santé du Grand Vénérable, fut pour la Santé des Visiteurs.

Comme pour la précédente, on a réutilisé une chanson existante, dont on a repris presque textuellement le premier couplet, en en imaginant un second adapté à la circonstance (ou en le récupérant : on notera la similitude des deux premiers vers, Dans ce Banquet, où la décence Se joint à la douce gaîté, avec ceux du dernier couplet d'une autre chanson, Dans un banquet, où la décence S'unit à la douce gaîté).

Voir l'air avec les jeux dans le village.

Pour la Santé des Visiteurs

AIR : Avec les jeux dans le Village.

Est-il de fête plus charmante
Que celle des bons Francs-Maçons ?
Ailleurs, c'est le plaisir qu'on vante ;
Ici c'est lui que nous goûtons.
A chaque instant ce nom si tendre,
Le nom de Frère répété,
Avec plaisir sc fait entendre,
Et se dit avec vérité.

 Dans ce Banquet, où la décence 
Se joint à la douce gaieté,
C'est, mes Frères, votre présence
Qui fait notre félicité.
Daignez goûter l'union parfaite
Dont notre coeur est pénétré,
Et pour la rendre plus complète,
Venez souvent nous visiter.

 

 

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour au sommaire l'union de 1799 :