Un oratorio de Boubée

 Cliquez ici (midi) ou ici (MP3)  pour entendre l'air de Aussitôt que la lumière

Dans ses Souvenirs maçonniques précédés d'une notice historique sur l'origine de la Franc-maçonnerie (1866 ; l'ouvrage a été réédité en facsimile par Slatkine à Genève en 1987), Boubée raconte  (pp. 88-90) avoir écrit (avec le projet, si nous comprenons bien, qu'il soit créé lors du Congrès international de 1855) un oratorio, mis en musique par le Frère Malibran, oratorio dont des circonstances malheureuses (qu'il ne précise pas) firent avorter l'exécution.

Cet oratorio, intitulé Les Cinq Voyages mystérieux, relatait selon Boubée le passage de la Maçonnerie de l'Egypte au désert, du désert à Jérusalem, de Jérusalem à la Grotte de Finghal, et d'Ecosse au Temple d'Isis, à Paris (on voit que Boubée ne manquait pas d'imagination sur la question des origines de la maçonnerie ...). 

Il se terminait par une apothéose avec choeurs. Voici, tels que Boubée les cite, les couplets qui devaient être chantés dans le Temple d'Isis, et qui terminaient l'oratorio :

         

     

       

Voir la partition de l'air mentionné par Boubée (en alternative à la partition de Malibran ?), Aussitôt que la lumière.

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :