Couplets pour un Baptême

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre l'air À soixante ans on ne doit plus remettre

Ces Couplets pour un Baptême maçonnique figurent aux pp. 24-5 du recueil d'Orcel de 1867.

Il s'agit d'une cérémonie du type décrit ici et ici.

Le Frère Grinan est également l'auteur de trois autres chansons du même recueil, tout aussi grandiloquentes et bien-pensantes, celles des pp. 13, 54 et 102.

Les Soeurs auxquelles s'adresse le dernier couplet ne sont évidemment pas des soeurs maçonnes mais les épouses des Frères de la Loge, mères des enfants baptisés.

Un Espagnol, du haut de la frontière est l'incipit de la chanson de Béranger le Cordon sanitaire, qui se chante sur l'air À soixante ans on ne doit plus remettre.
 
  
     

Couplets 

Pour un Baptême maçonnique

 

Air : Un Espagnol, du haut de la frontière.

 

Combien de fois, vainement suppliante,
Grand Dieu ! vit-on, au pied de tes autels,
Une victime, accablée et tremblante,
Y prononcer des serments éternels ?
Malgré leurs pleurs, que de Vierges timides,
Malgré leurs cris, que de pauvres enfants,
Pour un peu d'or, par des frères cupides,
Dans le cercueil furent couchés vivants !...

 

 

S'ils sont passés, ces honteux sacrifices,
Si pour farder un caduc écusson,
On ne voit plus, trop empressés complices,
Tes serviteurs les bénir en ton nom,
On trouve encore, hélas ! un trop grand nombre
De vils jaloux et de sots orgueilleux,
Qui plongeraient dans la nuit la plus sombre
Tout ce qui brille et qui n'est pas en eux.

 

 

O jeune enfant, qu'à notre amour confie
Un frère aimé, que tu seras heureux !
Tes premiers pas se feront dans la vie
Sous les regards de protecteurs nombreux.
Sûrs gardiens de ta jeune innocence,
Ils sauveront de tout contact impur
La fleur promise à ton adolescence,
Les fruits dorés que donne l'âge mûr.

 

 

Dans l'avenir pour que ton cœur s'enflamme,
Aux mots : Patrie, Honneur et Liberté,
Conserve bien, dans le fond de ton âme,
Le souvenir de ce jour enchanté,
Où, d'amitié pour te donner un gage,
A ton baptême, Innocence et Beauté
Vinrent s'unir à Sagesse et Courage,
Sous le drapeau de la Fraternité !

 

 

Lorsque les ans, comblant notre espérance,
T'auront de force et de raison doué,
De l'opprimé, du faible et de l'enfance,
Sois le conseil et l'ami dévoué.
Les Francs-Maçons, pour les bienfaits qu'ils sèment,
A leur cœur seul demandant du retour,
Tu solderas ta dette à ceux qui t'aiment
En devenant protecteur à ton tour.

 

 

Aimables Sœurs, vous qui, sans nulle crainte,
Rendant justice au cœur de vos époux,
Avez porté vos pas dans cette enceinte,
Merci trois fois, et pour eux, et pour nous.
Ah ! croyez bien qu'aucun de nos mystères
N'exigerait ni voiles ni verroux,
Si pour témoins nous n'avions que nos mères,
Et les objets de nos vœux les plus doux !

 

Frère Grinan, 30e.

  

Retour au sommaire du Recueil d'Orcel:

Retour au sommaire du Chansonnier :