HYMNE DU TROISIEME GRADE (Sibelius)

 

Cet Hymne du 3e grade porte le n° 7 dans l'opus 113 de Jean Sibelius. Elle comprend un prélude instrumental (Kulkue - procession) formé de deux trios pour orgue seul et un hymne, dont le texte est la traduction (par Eino Leino) en finnois de la première strophe d'un texte allemand de Goethe (extrait du Lied des Harfners, chant du harpiste, dans Wilhelm Meister).

Ken kyynelin ei milloinkaan 
leipäänsä syönyt, synkkään vaivaan 
yöt tuijottanut vuoteeltaan 
hän teit’ ei tunne, vallat taivaan!

Wer nie sein Brot mit Tränen aß,
wer nie die kummervollen Nächte
auf seinem Bette weinend saß
der kennt euch nicht, ihr himmlischen Mächte!
 

Voici quatre traductions françaises de ce texte, dont la première est assez littérale et la deuxième (donnée par Gérard Gefen) un peu plus libre :

Celui qui n'a jamais mangé son pain avec des larmes,
Qui lors de nuits remplies de soucis 
ne s'est jamais assis sur son lit en pleurant,
Il ne vous connaît pas, oh puissances célestes !

Celui qui trempe son pain de ses larmes,
Qui veille sans sommeil des nuits de peine et de chagrin, 
Qui ignore repos, espoir et réconfort,
Il ne Te connaît pas, Ô lumière du Ciel !

Qui n'a, sur son pain, jamais pleuré,
qui n'a, jamais, passé la nuit,
sur son lit assis, rongé par le souci, 
celui-là vous ignore, vous, forces célestes !

Celui qui n'a jamais mangé son pain dans la souffrance,
Ni passé des heures sombres 
Dans l'angoisse du lendemain,
Ne pourra connaître les pouvoirs célestes.

Dans Musique et symbolisme, Roger Cotte signale que Sibelius utilise pour cet hymne (comme l'avait fait Bach également à plusieurs reprises) le thème musical du choral protestant O Haupt voll Blut und Wunden (Oh tête couverte de sang et de blessures) décrivant le couronnement d'épines dans la Passion du Christ. Pour qui connaît le sujet du Rituel du 3e grade, cette référence n'est évidemment pas dépourvue de signification symbolique ... 

Il faut savoir que Sibelius, comme Bach, était protestant, et qu'en pays protestant ces chorals sont bien connus de tous, si bien qu'en entendre la musique en évoque automatiquement le thème dans les esprits. 

               

(accompagnement respectivement à l'orchestre, à l'orgue et au piano ; la partition originale est pour orgue ou harmonium ; le texte de la version 3 est quelque peu différent)

(partie vocale seule)

Retour au sommaire des chansons diverses du XXe siècle :

Retour au sommaire des oeuvres maçonniques de Sibelius :