La première pierre selon Pike

Cliquez ici pour entendre la partition de Grosh mentionnée plus bas.

Le volume 4 de l'History of Freemasonry in New York par Charles T. McClenachan mentionne (p. 154) que lors de la cérémonie de pose de la première pierre du Masonic Hall de New-York en 1870 As the corner-stone was being lowered in its place, an anthem composed by Brother (General) Albert Pike, music by Brother W. K. Bassford, was sung by St. Cecile Lodge.

On en trouve le texte à la p. 49 de l'ouvrage Fifty years of St. Cecile Lodge publié en 1916 par Charles Miller Williams, ainsi que dans le journal The Freemason paru à ce moment.

Mais il est intéressant de reconstituer l'histoire de ce texte. A l'origine, il y a une Dedication Ode du Rév. A. B. Grosh, en 5 couplets, publiée par celui-ci (avec sa partition) aux pp. 383-4 de l'ouvrage The Odd-fellow's improved manual. Les Odd-fellows sont des anciennes associations amicales ; l'Independent Order of Odd Fellows (IOOF) fut fondé en 1819 à Baltimore ; Pike en était devenu membre en 1840, 10 ans avant de devenir maçon.

Réduit à ses trois premiers couplets, ce texte sera repris en 1872 lors des Dedication Ceremonies du Odd-Fellows' Hall de Cincinnati (cfr pp. 9-10 de ce livre).

Pike a réalisé, toujours en 5 couplets, une adaptation de ce texte, qui a été publiée en 1916 par sa fille, dans ses Lyrics and love songs (p. 240) sous le titre A song for the I. O. O. F. by Bro A. B. Grosh, modified by Albert Pike.

C'est une reformulation en 3 couplets qui avait été utilisée à New-York en 1870 et qui est reproduite ci-dessous.

Faute de pouvoir vous proposer la partition de Bassford, sur laquelle nous n'avons pas d'information, nous vous proposons le fichier sonore de la partition initiale donnée par Grosh (cliquez ici pour voir une image sommaire de cette partition).

 

Albert Pike

Albert Pike (1809-1891) qui fut avocat mais aussi général (dans l'armée confédérée) lors de la guerre de Sécession, est surtout connu comme le Grand Commandeur (pendant trente-deux ans) du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du REAA.

Son ouvrage majeur, Morals and Dogma, qui est intégralement disponible en ligne, est considéré aux Etats-Unis comme une référence absolue sur le REAA.

La littérature complotiste lui attribue une délirante lettre à Mazzini qui n'est en fait que le fruit de l'imagination débordante de ... Léo Taxil.

Les accusations selon lesquelles il aurait été un haut responsable du KKK, même si beaucoup les jugent vraisemblables, n'ont pourtant jamais été sérieusement documentées.

 

“ In God we trust,” was sweetly sung
By every morning star on high;
“ In God we trust,” right gladly rung
From sons of God in loved reply;
When from old Chaos systems rolled,
From darkness, light in rosy youth,
And Faith, enwrapped in clouds of gold,
Taught men to know Masonic truth.

“ In God we trust,” the builders said,
And Faith built up the Temple wall;
In Hope our corner-stone is laid—
Let Faith hold up our lofty Hall!
May all be done by Square and Plumb,
The walls be builded true and strong;
And may we all together come 
To sing the dedication song.

Here may we with fidelity 
Our sacred covenants fulfil;
Here Faith and Hope our sovereigns be,
And Truth inspire the earnest will;
Here loving kindness always reign,
And toleration, born of love.
Oh, may we not have lived in vain,
When summoned to the Lodge above.

Nous avons confiance en Dieu, chantait avec douceur
chaque étoile au matin dans le ciel, 
Nous avons confiance en Dieu, résonnaient fort joyeusement
les voix des enfants de Dieu en réponse aimée ;
lorsque de l’antique chaos roulaient des systèmes, 
dans les ténèbres, la lumière dans sa jeunesse au teint de rose
et la Foi, enveloppés de nuées d’or,
enseignaient aux hommes à connaître la vérité de la maçonnerie.

Nous avons confiance en Dieu, disaient les bâtisseurs, 
et la Foi élève le mur du temple,
en l’espoir notre pierre d’angle est posée
que la Foi soutienne notre majestueux bâtiment !
que tout se fasse selon l’équerre et la perpendiculaire,
que les murs soient bâtis fidèles et robustes
que nous venions tous ensemble
chanter le chant de la consécration.

Que l’on puisse ici fidèlement 
accomplir nos promesses sacrées,
que Foi et Espérance règnent sur nous
que la Vérité inspire sérieusement la volonté ;
qu’ici à jamais règne la bonté aimante,
et la tolérance née de l’amour
Oh, puissions-nous ne pas avoir vécu en vain
quand on nous appellera à la loge d’en haut.

Avec tous nos remerciements à Georges Lamoine qui a bien voulu préparer cette traduction française. 

Other english-speaking songs

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe:

Retour au sommaire du Chansonnier :