Kretschmer

Nous savons vraiment très peu de choses de H. A. (ou A. H.) Kretschmer. En tant qu'éditeur de musique, il a publié des arrangements (par lui-même) pour accompagnement de guitare ou piano d'opéras, et des mélodies de sa composition (notamment Sans l'oublier et Le rendez-vous, sur des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, ainsi que Les plaisirs de l'automne sur un texte de Rougemont, Le vieux soldat, Couplets sur le multiplicateur français, La Gondolière et la Romance guerrière La Croisade).

On lui doit aussi un Trio en potpourri pour harpe, piano et cor ou violon, op. 4 et, en 1803, un Potpourri pour piano.

Gatayes a dédié à son ami H. A. Kretschmer son troisième Duo pour piano et guitare.

A l'époque de la Restauration, il composa L'heureux retour, Le triomphe des lis et La lyre royale, témoignage de loyalisme bourbonnien qui lui valut sans doute d'être choisi pour composer un cantique lors de la Fête de l'ordre du Suprême Conseil pour l'Amérique, le 27 décembre 1815, au cours de laquelle eut lieu l'Inauguration du Buste de Sa Majesté Louis XVIII, et de celui de son Auguste Frère Monsieur.

C'est ce qui nous a permis de l'identifier (sans autre précision) comme un compositeur maçon, même s'il n'a semble-t-il guère laissé d'autre souvenir marquant dans l'histoire ni de la musique ni de la maçonnerie.

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :