à la Saint-Jean d'Eté 5810 du GOdF :

le mariage de l'Empereur

 

Ce feuillet (Notice FRBNF30717441) de 4 pages (dont une vierge), catalogué à la BNF sous la cote 4-YE PIECE-852, est un des deux dont nous disposions qui soient relatifs à la partie musicale de l'édition 1810 de la Fête de l'Ordre couplée en juin à la célébration de la Saint-Jean d'Eté.

Il ne s'agit en fait pas d'une cantate maçonnique, mais d'une cantate profane exécutée à l'occasion d'une réunion maçonnique, ce qui explique sans doute qu'elle ait été imprimée séparément du feuillet habituel après avoir été rajoutée au programme initial. Cette hypothèse est confirmée par Kloss, qui mentionne cette même pièce (ainsi que l'autre) sous le n° 4207 (p. 315) en complétant par Circulaire du Gr. Or. de Fr., du 7. 7. 5810, concernant la rectification dans l'arrangement des Cantates et autres pièces dans le tracé des travaux du 25 Juin.

On en trouve la partition complète (43 pages manuscrites) à cette page du catalogue de la BNF qui présente (mêmes auteurs, même incipit) l'oeuvre comme une cantate (avec choeurs et orchestre) En L'honneur du mariage de leurs Majestés Impériales & Royales Napoléon 1er & Marie Louise d'Autriche.

Cette destination initiale (le mariage avait été célébré en avril) nour permet de mieux comprendre le sens de la cantate : L'Europe entière est en proie à la guerre quand Mars y met un terme pour épouser la Paix ; la parabole est transparente : le mariage de Napoléon (c'est bien lui, Mars le dieu de la guerre) et de Marie-Louise (c'est bien elle, la vierge qui apporte la paix dans sa corbeille de mariage) garantit définitivement la paix tant espérée. En ajoutant cette cantate au programme de la fête (qui pourtant comprenait déjà 2 pièces musicales en l'honneur du mariage), le Grand Orient n'allait pas manquer de souligner, en présence de Cambacérès, que cette oeuvre propre à flatter le pouvoir était due à deux de ses membres.

L'utilisation du mot Frère pour qualifier le compositeur H. Berton nous apparaît comme authentifiant l'appartenance maçonnique d'Henri-Montan Berton.

Fort connus à cette période, les interprètes Bertin, Batiste et Fasquiel sont parmi les chanteurs les plus habituels des grandes festivités maçonniques de l'époque.

L'auteur des paroles, Lagarde, nous est déjà connu comme l'auteur du texte de la Saint-Jean d'Hiver 1808.

         

   

Cantate.

Paroles du Frère Lagarde ; musique du Frère H. Berton ;

exécutée au Grand-Orient, 

le 25e jour du 4e mois de l'an de la Vraie Lumière 5810, jour de la fête de l'Ordre, 

EN PRéSENCE DU sÉrÉNissiME graND-MAITRE,

LE PRINCE ARCHICHANCELIER.

 

 

RéCITATIF,

Chanté par le Frère Bertin.

Dans tes cités, malheureuse Ibérie !
Dans tes champs dévastés, embrasés par ses mains,
La Discorde semblait épuiser sa furie,
Et laissait respirer le reste des humains.

 

AIR.

Chanté par le Frère Bertin.

Bientôt de nouveaux cris de guerre
Par les Dieux infernaux sont partout répétés ;
Du sang qui va rougir la terre
Les peuples sont épouvantés.
Des Espagnes à l'Ausonie,
Dans les champs de la Germanie,
Des bords de l’Hellespont aux rivages du Nord,
Le fer des guerriers étincelle ;
Et le plomb destructeur que le bronze recèle
Va semer le deuil et la mort.

 

AIR.

Chanté par le Frère Bertin.

Resplendissant de gloire et de puissance,
Appui du monde et maître des destins,
Tranquille et fier, Mars paraît, il s'élance ;
Et son bras va fixer le repos des humains.

 

RÉCITATIF,

Chanté par le Frère Batiste.

Un calme heureux succède au bruit des armes ;
Un ciel serein s'étend de toutes parts ;
Et brillante de tous ses charmes,
Vers l'Orient l'Aurore attire nos regards

 

AIR,

Chanté par les Frères Batiste et Fasquiel.

Au sein d'un nuage tranquille,
Qu'elle colore de ses feux,
Des colombes l'aile docile
Sur l'azur et les fleurs traîne un char radieux.
O prodige ! une vierge y paraît sur un trône :
L’Humanité lui tresse une couronne,
Et l'olivier pare ses mains.
C'est la Paix ! à nos voeux nous la voyons sourire :
Pour éterniser son empire,
A Mars elle unit ses destins.

 

CHOEUR

Chanté par les Frères Bertin, Batiste et Fasquiel.

Jour de bonheur ! jour d'espérance !
Cette auguste et sainte alliance,
De la Discorde enchaîne le courroux.
Parcours le monde, ô Renommée !
A célébrer les Dieux ta voix accoutumée
Doit proclamer ces illustres époux.

 

PRIÈRE

Chantée par les mêmes.

Eternelle et divine Essence,
Vois les Français aux pieds de tes autels !
Entends le vœu de la reconnaissance !
Bénis ces liens immortels !
Puisse ta bonté protectrice
D'une fécondité propice
Sur ces époux répandre la faveur !
Que de nombreux héritiers de leur gloire,
De leurs vertus rappelant la mémoire,
A l’univers assurent le bonheur.

image empruntée à une page de l'agence photo de la Réunion des musées nationaux.

Retour au sommaire de la Saint-Jean d'Eté 1810 du Grand Orient de France :

Retour au sommaire du Chansonnier :