Fasquel

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de Plus on est de fous, plus on rit, séquencé par B. A.

Nous savons peu de choses sur la biographie de Jean-Louis FASQUEL (1768-1828), sinon qu'il a été  choriste, professeur de vocalisation, artiste de l’Académie Impériale de Musique, Membre du Conservatoire Impérial et de la Chapelle de sa Majesté l'Empereur.

On le trouve désigné comme Frère en tant qu'interprète, avec Baptiste et Bertin, lors de la Saint-Jean d'Hiver 1808 du Grand Orient de France.

On lui attribue la musique de nombreuses chansons bachiques (ayant fait l'objet d'un recueil manuscrit) sur des textes notamment de Levasseur, Collé, Rougemont, Désaugiers et Gouffé (Versez toujours ; Ma chanson ou l'inspiration bachique), chansons issues du répertoire de la Société des Joyeux et du Gymnase lyrique.

Mais certaines de ses compositions ont été publiées, comme Premier regard, premier soupir, premier baiser, paroles de M. Macaire et Plus on est de fous, plus on rit, chansonnette bacchique par M. Armand Gouffé.

En 1805, on le trouve ici désigné comme ex-membre du Conservatoire à l'occasion de la mention de :

Descente en Angleterre, chant et marche militaire, paroles de C. A. Reussel, musique de J. L. Fasquel, ex-membre du Conservatoire de France.

En 1821, on le trouve encore mentionné comme répétiteur des choeurs à l'Opéra (il prit sa retraite en 1826).

N'est guère plus maçonnique une autre chanson, qui pourtant s'affiche comme telle et annonce que la musique en est du Frère Fasquel, ce qui (même si nous n'avons pas d'indications sur son cursus) est une autre confirmation de sa qualité maçonnique.

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :