Großer Meister

En cliquant ici, vous entendrez le début de cette plage

Merci d'avance à qui voudrait bien fournir une traduction du texte.

Cette chanson de Lortzing (dont portrait ci-contre) est la première de la série  des 8 lieder maçonniques (LoWV 19) qu'il a composés en 1829 pour la Loge Zum goldner Rade (La Roue d'Or) à l'Orient d'Osnabrück.

Son texte figure à de nombreux chansonniers, par exemple, sous le n° 38, à la p. 43 du recueil de 1823 Auswahl maurerischer Gesänge zum Gebrauch der Loge Eleusis zur Verschwiegenheit in Baireuth.

Großer Meister, dessen Allmacht Myriaden Welten baut, 
Dessen sonnenhelles Auge Segen durch die Schöpfung schaut: 
Laß des Maurers Fleiß gelingen, Segne seiner Hände Werke, 
Unsern Bau erfinde Weisheit, Schmücke Schönheit, gründe Stärke, 
Freiheit wohn' in unsern Hallen, Tugenden erleuchten sie 
Und der Freundschaft feste Kette, Würd'ge Brüder reiße nie!

 

Il y en a, dans le recueil de Böheim de 1798, une version par Hurka.

La version de Lortzing a fait l'objet d'un enregistrement qui occupe la plage 7 du CD An der Frühling des Choeurs pour voix d'hommes de Lortzing enregistré en 2002 par la Neue Detmolder Liedertafel sous la direction de Ludger Mias pour MDG (CD 622 1105-2).

Un autre enregistrement figure au CD Freimaurermusik (plage 10) édité par la Loge Zur Sonne im Rechten Winkel de Mannheim.

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire de Lortzing :