Cantiuncula

The Free-Mason's vocal assistant and register of the lodges of Masons in South-Carolina and Georgia paru à Charleston en 1807 commence, avant même la table des matières des chansons, par une page donnant (sans doute malheureusement sans les partitions) les textes, le premier (celui ci-dessous) en latin et le second  en italien, de deux compositions musicales du Frère Trajetta, qui était alors la gloire musicale de Charleston où il vécut pendant une bonne partie des années 1800-1810.

Le déchiffrage (d'près une très mauvaise copie) et la traduction du texte résultent des efforts de quelques latinistes distingués, mais sans prétendre à aucune certitude (par exemple, au dernier vers vers, faut-il lire nummi - de nummis, l'argent - ou numini - de numen, la puissance divine ? ). 

Qu'ils en soient remerciés : nous espérons avoir pu, grâce à eux, exprimer l'intention de l'auteur.

Nous n'avons malheureusement aucune indication quant à une éventuelle partition (figure-t-elle dans l'ouvrage, dont nous ne connaissons qu'une reproduction partielle ?)

Cantiuncula.

Fratris Phil. Trajetta

Gens Salomoni sacra,
Cui te felicitati sors reservat.
Aeternam lucem Templi Numen servat.
Nunc exultate,
Fratres structores,
Laudes cantate
Concordia, mores,
Labor, divitiae
Carae primitiae
Nummi sint.

Petite chanson 

du Frère Phil. Trajetta

Famille sacrée de Salomon
A qui le sort promet félicité
La volonté divine entretient la lumière éternelle du Temple.
Maintenant exultez,
Frères bâtisseurs,
Chantez les louanges
Que la concorde, la règle
Le travail, les richesses
Soient les précieuses prémices
De la prospérité.

  chansons en latin

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :