An einen neu aufgenommenen Bruder

Cliquez ici pour entendre l'air, séquencé par Christophe D. 

Merci d'avance à qui voudrait bien fournir une traduction du texte

Ce cantique figure sous le n° 21 (p. 25) au recueil Liederbuch für Freimaurer-Logen édité à Leipzig en 1888 par Tschirch et Fischer.

Comme le mentionne le RISM, il provient des XXIV Maurer-Gesänge de Johann Anton André où il figure sous le titre An einen neu aufgenommenen Bruder (à un Frère nouvellement initié).

Comme indiqué en bas de la partition, le texte, qu'on trouve - avec de légères variations - dans plusieurs autres chansonniers, est de Herklots :

1.

Reich' uns, Bruder, deine Hand, 
Sei gegrüßt in unserm Bunde, 

Heilig sei dir stets die Stunde, 
Die dich heut mit uns verband!

Chor.

Ehre Gott, den du erkannt, 
Sorsche eifrig und bescheiden, 
Bleib' ein Mann in Freud' und Leiden,
Liebe treu dein Vaterland.

2. 

Uebe stets Verschwiegenheit; 
Strebe deines Meisters Willen 
Gern und thätig zu erfüllen, 
Wie der Orden dir gebeut.

Chor.

Sieh, hier hast du Herz und Hand! 
Laß uns zu der Weisheit Höhen 
Mit vereinten Kräften gehen: 
Einst seh'n wir ein schön'res Land.

Le même texte, sous le titre Gruss der Loge, a été utilisé en 1885 par Peter Martin Cornelius Rybner (Rübner) (1853-1929) pour son op. 29. No. 1.

On en connaît également une version par Righini.

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :