Les Loges de la Folie

 

Depuis le XVIIIe siècle, les maçons ont pris l'habitude de créer des chansons sur des airs traditionnels ou des airs à la mode. Cette façon de faire est encore vivace de nos jours, avec des résultats certes inégaux mais qui sont parfois de petits chefs-d’œuvre, comme ce bijou intitulé l'Orient d'abord, sur l'air des Copains d'abord de Georges Brassens.

Il est même arrivé que de véritables spectacles soient construits selon ce procédé, comme, au XVIIIe, la pièce de Poinsinet, Les Fra-Maçonnes, qui utilise 53 airs différents, ou, au XIXe, le Cupidon corrigé de Dubois, qui en emploie 29.

Si les maçons du XVIIIe se peignaient tels qu’ils voudraient être, ceux d’aujourd’hui aiment aussi souvent se peindre tels qu’ils sont, avec leurs petits et grands travers, qu’il leur arrive de brocarder joyeusement - et parfois très irrespectueusement et même insolemment, mais toujours avec le sourire, en application du précepte éminemment maçonnique

  si tu te prends au sérieux, n'oublie pas d'en rire.

Voilà qui, depuis l'an 2000, inspire régulièrement un groupe bruxellois de Frères et de Sœurs d'ateliers et d'obédiences diverses, qui à plusieurs reprises ont monté des spectacles dans un but philanthropique : le premier, Les Loges de la Folie (pour qui n'aurait pas compris, discret hommage à l'humaniste Erasme, dont, soit dit en passant, la maison bruxelloise est devenue un fort intéressant musée), a donné son nom au groupe. Ont suivi en 2004 (époque de la folie Potter) Harry d'Equerre à l'école de la Maçonnerie, en 2010 et 2013 Les Monologues du Frangin (titre évidemment inspiré d'une pièce à succès à ce moment) et en 2018 Un Véné presque parfait.

Le principe de ces Revues est, selon leurs organisateurs, la succession de sketches et de chansons sous forme de tableaux colorés qui portent un regard différent, humoristique mais bienveillant sur nos travaux et les travers des Francs-Maçons et Franc-Maçonnes de tout horizon.

Les spectacles, qui se déroulent maintenant dans une des plus prestigieuses salles de spectacle bruxelloises, ont atteint au fil des années un niveau de qualité réellement professionnel, tant par le choix des musiques que par la qualité des textes, l'excellence des chanteurs, des chanteuses et des diseurs ainsi que de leurs accompagnateurs, la variété et l'inventivité des costumes, l'imagination des décors, la subtilité des références à l'actualité, la perfection technique des éclairages et de la sono, et le parfait rythme d'alternance des numéros, de leurs styles et de leurs esprits, du rire et de l'émotion, sans le moindre temps mort.

Chacun des spectacles a fait l'objet d'un enregistrement sur CD ; les deux premiers sont malheureusement définitivement épuisés, mais les deux derniers (qui sont des doubles CD) sont encore - en tout cas au moment de la mise en ligne de cette page - disponibles ici et ici.

Au mépris de leur objectif philanthropique et des principes élémentaires de probité, les CD des premiers spectacles avaient fait l'objet de multiples piratages et beaucoup de chansons se sont trouvées, sans aucun respect des droits d'auteur, répandues sur de nombreux sites, même maçonniques. 

Il n'est pas dans nos intentions de tomber dans de tels travers. Nous nous bornerons donc sur ce site à diffuser quelques textes qui nous semblent particulièrement réussis, avec pour chacun un court extrait musical permettant d'en identifier le modèle.

En voici l'un ou l'autre :

Retour au sommaire des chansons du XXIe siècle :

Retour au sommaire du Chansonnier :