Let masonry from pole to pole

Cliquez ici pour en entendre un extrait de l'interprétation de la partition ci-dessous, par The Provincial Male Voice Choir of Northants & Hunts dans son CD (NHMMVC1, épuisé) de chansons maçonniques The Tip of the Iceberg

Cliquez ici pour entendre un fichier midi de l'air alternatif Coronation, version piano, et ici (midi) ou ici (MP3) pour une version vocale du même.

 

Dans la collection d'Odes, Anthems and Songs qui se trouve à la fin de l'ouvrage de William Preston, Illustrations of Masonry, figure cette chanson.

Elle semble avoir eu beaucoup de succès, puisqu'on en retrouve un extrait sur des poteries fabriquées à Sunderland.

L'une (ci-contre à gauche) est une des pièces du riche musée virtuel du site Phoenixmasonry (l'autre face reproduit un extrait du Chant de l'Apprenti d'Anderson).

Une autre (ci-dessous), fabriquée au moment de la guerre de Crimée, montre la fraternisation de deux soldats, l'un anglais, l'autre français.

Dans la seconde édition (1775), le texte, avec comme référence l'air In Infancy &c, est désigné (ci-contre à gauche) comme le Song VII ; dans la douzième de 1812, telle que visible sur le site Pietre-Stones, le même texte, avec la même référence d'air, apparaît comme Song XV. Et dans la quatorzième, de 1829 (ci-contre à droite), comme Song XIII.

Nous ne savons rien de l'air In Infancy &c désigné par Preston. Mais des sites maçonniques américains, l'un d'Indiana, l'autre de Virginie, donnent comme air pour cette chanson Coronation. Il s'agit d'un air composé en 1789 par Oliver Holden (1765-1844) pour la visite de Washington à Boston et publié (avec un grand succès) en 1793 ; il est aussi régulièrement utilisé pour l'hymne religieux All Hail the Power of Jesus' Name. Nous avons emprunté ses fichiers midi respectivement à la page concernée d'un riche site allemand et à la page concernée du site Cyberhymnal. La partition (piano) est visible via la page concernée du site HymnSite.

Mais une autre partition figure aux pp. 148-9 du Masonick Minstrel de 1816, où la chanson figure sous le titre Past Master's Song. Nous la reproduisons ci-dessous. Serait-ce celle de la version originale ? Il semble bien que oui : elle coïncide en tout cas avec celle donnée par Smollet HOLDEN dans son recueil de 1795, A Selection of Masonic Songs (n° 2, pp. 4-5).

Let Masonry from pole to pole,
Her sacred laws expand,
Far as the mighty waters roll,
To wash remotest land

That Virtue has not left mankind,
Her social maxims prove,
For stamp'd upon the Mason's mind
Are Unity and Love.

Ascending to her native sky,
Let Masonry increase;
A glorious pillar rais'd on high,
Integrity its base.

Peace adds to olive boughs, entwin'd,
An emblematic dove,
As stamp'd upon the Masons mind
Are Unity and Love.

Dans la version, comportant seulement les deux premiers couplets, donnée pour l'Indiana, le second est quelque peu différent :

That virtue hath not left behind, 
Her sacred tenets prove,
For stamped upon a Mason's mind, 
Are unity and love

Que la Maçonnerie d'un pôle à l'autre
Répande ses lois sacrées,
Là où roulent les flots puissants,
Aux rives les plus lointaines.

Que la Vertu n'abandonne pas l'humanité,
Ses maximes sociales le prouvent,
Car gravés dans l'esprit du Maçon
Sont Unité et Amour.

S'élançant vers son ciel natal
Que la Maçonnerie s'accroisse;
Un pilier glorieux haut élevé,
Intégrité sa base.

La paix joint aux couronnes d'olivier
Une colombe emblématique,
Comme gravés dans l'esprit du Maçon
Sont Unité et Amour.

 

 

Que la Vertu n'a rien délaissé,
Ses principes sacrés le prouvent,
Car gravés dans l'esprit du Maçon
Sont unité et amour

Merci à Annie R. pour son assistance à la traduction

Other english-speaking songs

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour au sommaire du Chansonnier :