Parodie pour boire à la Santé du Vénérable

En cliquant ici (midi) ou ici (MP3), vous entendrez un fichier de la partition de la p. 476 de la Lire

En cliquant ici, vous entendrez le fichier midi de la partition (en bas de page) de la Bien-Aimée, séquencé par Christophe D.

Cette chanson se trouve, en tout ou en partie, dans certaines versions des Chansonniers de Jérusalem ainsi que des chansonniers apparentés, par exemple :

Elle illustre la constitution progressive, à cette époque, d'un cérémonial pour échanger de bons procédés entre Officiers dans les banquets de la Loge sous forme de Santés ritualisées. 

Aucune de ces éditions ne donne d'information sur l'air à utiliser. Mais nous avons pu identifier la chanson dont celle-ci est très vraisemblablement la parodie ; les deux chansons ont en effet de nombreux points en commun :

mais le 3e vers de chaque couplet adopte ici l'ancienne forme à 10 pieds.

Le rouge bord souvent répété évoque évidemment celui de la célèbre Chanson des Apprentis.
 

texte à la Parodie 

texte à la Lire 

Troupe chérie, troupe aimable,
Buvons à notre vénérable,
Qu’un rouge bord & souvent répété,
Marque nos vœux pour sa santé,
Quelle santé pourrions-nous boire,
Qui fût plus chere à notre cœur,
La vertu fait toute sa gloire
Et l’amitié tout son bonheur. 

Unissons-nous à cette Table,
Pour célébrer le Vénérable,
Qu'un Vivat trois fois répété,
Marque nos voeux pour sa santé.
Quelle santé pourrions-nous boire,
Qui fût plus chère à notre coeur ?
La Vertu fait toute sa gloire,
Et l'Amitié tout son bonheur.

Réponse du vénérable.

Par le Frère D..

Pour répondre à vos vœux sinceres
Je bois à vous mes très-chers frères,
Puissions-nous voir constamment parmi nous
Régner les plaisirs les plus doux.
Que la vertu toujours aimable
Fasse l’objet de nos desirs,
Que l’amitié la plus durable
Fasse à jamais tous nos plaisirs.

Réponse du Maître

Pour répondre à vos vœux sinceres
Je bois à vous, mes très chers Frères ;
Puissent les plaisirs les plus doux,
Régner constamment parmi nous !
Que la vertu, toujours aimable,
Forme l’objet de nos désirs,
Que l’Amitié la plus durable,
Fasse à jamais tous nos plaisirs !

PARODIE

Pour boire à la Santé du Vénérable.

Par le Frère D...

 

TRoupe chérie, troupe aimable,
Buvons à notre vénérable,
Qu’un rouge bord & souvent répété,
Marque nos vœux pour sa santé,  (bis en choeur.)

Quelle santé pourrions-nous boire,
Qui fût plus chere à notre cœur,
La vertu fait toute sa gloire
Et l’amitié tout son bonheur.  (bis en choeur.)

 

 

Réponse du vénérable.

Par le Frère D..

POur répondre à vos vœux sinceres
Je bois à vous mes très-chers frères,
Puissions-nous voir constamment parmi nous
Régner les plaisirs les plus doux.  (bis en choeur.)
Que la vertu toujours aimable
Fasse l’objet de nos desirs,
Que l’amitié la plus durable
Fasse à jamais tous nos plaisirs. (bis en choeur.)

Couplet pour le vénérable, en portant les santés des surveillans, de l’ancien maître, du secrétaire & de l’orateur.

SUrveillans, ancien vénérable,
Secrétaire, orateur aimable,
Par trois fois trois, nous tirons vos santés,
Frères grand feu, de tous côtés. (bis en choeur.)
Que le soleil, soit (*) votre Pôle,
Qu’il regle à tous le mouvement,
Et qu’un vivat, par trois fois vole
De l’orient à l’occident. (bis en choeur.)

 

 

RÉPONSE des surveillans, assìstés de l'ancien maître, du secrétaire & de l'orateur.

Vénérable, & vous, nos chers frères,
Trois fois un signal de nos verres
Va célébrer vos illustres santés,
Par les honneurs accoutumés. (bis en chœur.)

Chantons les nœuds qui nous unissent
Animés des mêmes transports,
Que nos asiles retentissent
Des sons de nos plus doux accords. (bis en chœur.)

 

(*)  Le choeur doit dire, notre Pôle. 

Certaines éditions portent en note au premier couplet la mention On répète les quatre premiers vers, puis les quatre derniers de chaque couplet pour faire le choeur

Nonobstant les considérations ci-dessus, nous avons finalement quand même trouvé une partition pour cette chanson : elle figure (pp. 4-5) dans un petit recueil (non daté, et contenant quelques autres partitions, conformes à celles de la Lire) disponible sur Google, Chansons franc-maçonnes imprimées pour la loge La bien aimée à Amsterdam :


 

Retour au sommaire des recueils de Jérusalem :

Retour au sommaire du Chansonnier :