Liberté ! Vérité !

Cliquez ici pour entendre une partie d'un enregistrement anonyme de l'air de référence, trouvé sur YouTube

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3)  pour entendre le fichier donné par Théaville pour cet air

On considère généralement que la Franc-maçonnerie française s'est totalement mise en sommeil pendant les premières années qui ont suivi la Révolution.

Ce n'est cependant pas tout-à-fait exact ; on sait par exemple qu'une activité maçonnique s'est maintenue dans certaines villes comme Toulouse ou Le Havre (où, dans son article L'espace caribéen : un enjeu de pouvoir pour la franc-maçonnerie française, Eric Saunier signale même que 2 Loges furent créées en 1794 et 1796). Dans ses Souvenirs maçonniques, Boubée écrit qu'en 1797, au moment où sont relancées les activités du Grand Orient, n'existent plus que 18 Loges (3 à Paris, 7 à Rouen, 2 à Perpignan, 4 au Havre, 1 à La Rochelle et à Melun).

Et dans le Tome I (consacré au XVIIIe siècle) de son Histoire de la Franc-maçonnerie française (Fayard, 1974), Pierre Chevallier raconte la création, début 1793, d'une nouvelle Loge à Paris, le Centre des Amis, dont le Vénérable était Roettiers de Montaleau, et où fut chanté le cantique suivant ; Chevallier y voit un cantique de bon ton qui concilie l'esprit maçonnique avec les nécessités du moment et porte peut-être la marque de l'esprit tempéré de Roëttiers de Montaleau. 

La douce amitié nous rassemble
Dans ce délicieux séjour 
A la Patrie faisons ensemble 
Des vœux constans et pleins d'amour

Refrain

Liberté ! Vérité !
C'est vous qui serez nos idoles
Vertu ! Raison !
Vous allez dissiper l'erreur
L'Égalité doit aux deux pôles
De l'esclave affranchir les cœurs (bis)

Nous qui connaissons la Lumière
Répandons-en les doux rayons
Pour que les peuples de la terre
Par nous deviennent tous Maçons

Liberté ! Vérité ! (etc.)

Que le canon de la victoire 
Des Tyrans détruise l'orgueil 
Les jours qui vous comblent de gloire
Sont pour eux de grands jours de deuil!

Liberté ! Vérité ! (etc.)

Fondateurs de la République 
A jamais nous vous bénirons
Pour vous les couronnes civiques 
Se trouvent chez les Francs-Maçons

Liberté ! Vérité ! (etc.)

Renommée! Que ta vigilance 
Annonce à cent peuples divers 
Que les citoyens de la France
Ne gémiront plus dans les fers. 

Liberté ! Vérité ! (etc.)

Selon le n° spécial consacré en avril 1989 par la revue Epistolae Opera de la GLTSO à la Loge du Centre des Amis, ce cantique doit se chanter sur l'air de Veillons au salut de l'empire (on peut constater que la métrique correspond exactement). 

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour au sommaire du Chansonnier :