Ronde maçonnique

Cliquez ici pour entendre cet air, séquencé par Christophe D.

Le chansonnier maçonnique et profane d'Azé commence par deux chansons qui, sur un ton différent - il est très sérieux pour la première et plus guilleret pour la seconde - nous parlent des conditions nécessaires pour devenir maçon et nous éclairent sur les critères qui à l'époque permettaient de distinguer un bon maçon (potentiel) d'un profane inacceptable, thème déjà utilisé au siècle précédent et qu'on trouve aussi, à la même époque, dans un cantique de Jouenne.

Celle-ci est la deuxième et elle occupe les pages 4 à 7.

Il semble vraisemblable que certains au moins des caractères mentionnés correspondent à des personnages réels, éventuellement effectivement candidats à la Loge Isis, mais cela semble bien difficile à décrypter ...

Les traits de caractère suivants sont considérés comme positifs :

Ceux-ci par contre sont considérés comme rédhibitoires : la servilité (couplet 1), l'avarice (couplet 2), la misanthropie (couplet 3), les préjugés démodés (couplet 4), la cuistrerie (couplet 5), le complexe de supériorité aristocratique (couplet 7), la traîtrise (couplet 8), l'esprit de collaboration avec l'occupant (couplet 10), et la tartufferie (couplet 9).

Caffardin

Caffardin, assimilé ici au prototype de cette tartufferie, est un des personnages - qualifié dans la distribution de rentier, congréganiste - du drame d'Arago et Duvert évoquant les Trois Glorieuses et intitulé 27, 28 et 29 Juillet, où il joue un rôle conforme à ce que son nom (cafard = bigot, tartuffe) donne à prévoir. L'Histoire des théâtres de Rouen en dit ceci :

On a trouvé très-ressemblant ce bon M. Caffardin, honnête jésuite, royaliste le 26 juillet et libéral le 29, criant à tue-tête : Vive la liberté ! Vive Lafayette ! (Ce Caffardin a laissé des enfants ! )

En effet Caffardin, le premier jour, s'était réjoui des ordonnances et avait renié, parce que libéral et donc révolutionnaire, son neveu étudiant.

*

Mais voilà ... cette pièce date de 1830, alors que notre chanson est de 1819 ! Il est donc hors de question que la pièce ait pu inspirer notre auteur. 

Caffardin était sans doute un type populaire bien connu, dont le nom ait été utilisé dans les deux cas.

Notons que, dans la comédie Ninon de l'Enclos de Henrion et Armand Ragueneau, créée en 1803, un  personnage nommé Caffardini jouait déjà un rôle aussi hypocrite et peu sympathique.

RONDE MAÇONNIQUE,

CHANTÉE LE 22 JANVIER 1819, JOUR DU BANQUET
DE LA FÊTE DE L'ORDRE.

Mes Frères, le sac des propositions de la dernière Tenue contenait les demandes de plusieurs Maçons, qui désirent s'affilier à cette respectable Loge, et en même temps celle de plusieurs Profanes qui sollicitent la faveur d'être reçus. Le Vénérable m'ayant chargé des informations à prendre en pareil cas, je vais vous les soumettre, en vous invitant à vous prononcer de suite sur l'admission ou le rejet.

AIR : Ton ton, tontaine, ton ton.

1

UN poëte bas et servile,
Désavoué par Apollon,
Peut-il entrer?..
(Les Frères) Non, non, trois fois non.
Un gai troubadour, dont la ville
Répète à l'envi la chanson ...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

2

Au milieu de l'or qu'il entasse,
Roch n'a que de l'eau pour boisson,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Ce gaillard qui rougit sa face
De Nuits, de Beaune ou de Mâcon,
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

3

Ce dévot et froid solitaire ,
Qui fuit à l'aspect d'un tendron,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Jule, en amour, ainsi qu'en guerre,
Va droit son chemin, sans façon...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

4

Un homme à préjugés gothiques,
Que l'on ne croit plus de saison,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Dans ses écrits philosophiques,
Valcour fait briller la raison...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

5

Ce cuistre payé, dont la verve
Chaque jour nous fait la leçon ,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.

Un ex-auteur de la Minerve,
Dont on sait l'esprit et le ton...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

6

Qu'on parle d'honneur et de gloire,
Dorval est plus froid qu'un glaçon :
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Paul, qui des traits de notre histoire
Recueillit la riche moisson...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

7

Tel qui se croit d'une autre espèce,
Par ses titres, son écusson,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Tel qui fonde plus sa noblesse
Sur ses hauts faits que sur son nom...
(Les Frères) Qu'il entre, c'est un Maçon.

8

Un traître qui souilla sa vie
Par la plus lâche trahison,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Un héros qui, pour sa patrie,
Cent fois affronta le canon...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

9

Caffardin, ce vieil hypocrite,
Qu'on voit toujours en oraison,
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Armand est rempli de mérite ;
Mais il ne va point au sermon...
(Les Frères) Qu'il entre : c'est un Maçon.

10

Quand l'étranger quitta la France,
Le chagrin s'empara d'Orgon :
Peut-il entrer ? (Les Frères) Non, non, trois fois non.
Saint-Far, pour notre indépendance
Avec nous est à l'unisson ....
(Les Frères) Qu'il entre, c'est un Maçon.

Voir l'air

Retour au sommaire du recueil d'Aze :

Retour au sommaire du Chansonnier :