Hymne à l'Amitié

Nous avons trouvé cet hymne dans un fascicule de 8 pages (dont 5 blanches), sans mention d'imprimeur, qui figure à notre collection personnelle.

On trouve mention de deux des chanteurs cités, les Frères René et Constantin Longuet, à une autre page de ce site, en tant que compositeurs des musiques de deux d'une série de cantiques émanant également de Caen (cantiques dont un autre est d'ailleurs destiné au même solstice d'été, mais cette fois en 1820, dans la même Loge caennaise de la Constante Amitié). Le troisième, Henri Bénard, est probablement le compositeur de la musique d'un cantique daté de la même année.

Voir sur ce site ce qui concerne le compositeur, Rossy.

La Constante Amitié, créée en 1765, fut mise en sommeil en 1790, après avoir fusionné avec les Coeurs sans Fard en 1780. Reconstituée en 1800, puis mise en sommeil en 1831, ses feux seront rallumés en 1987.

Un hymne napoléonien de la même Loge fait l'objet d'une autre page du présent site.

Le cachet (ci-contre à gauche) de la Constante Amitié représente trois coeurs enflammés et enlacés, entourés de branches d'acacia et éclairés par l'étoile flamboyante (hérité de l'ancienne loge des Coeurs sans Fard).

Ci-contre à droite, une convocation de 1820.

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe:

Retour au sommaire du Chansonnier :