Cantata

L'asilo della Verità

 

Succédant à la République cisalpine créée en 1797 par Bonaparte, la République italienne avait été installée en 1802 avec pour président Napoléon, alors premier Consul. Elle se transforma en Royaume d'Italie après que celui-ci, devenu empereur des Français en 1804, se fût fait couronner roi d'Italie le 26 mai 1805 à Milan. Le 7 juillet 1805, il désigna comme vice-roi son fils adoptif Eugène de Beauharnais (portraits ci-dessous).

Le développement de la maçonnerie dans les pays satellites de la France étant à l'image du contrôle politique, Eugène - qui était déjà Vénérable d'honneur de la Loge de Saint-Eugène à Paris - se trouva tout naturellement aussi le Grand Maître du Grand Orient d'Italie constitué en 1805 à Milan, ville qui comptait cette année-là au moins cinq loges, Royal Napoléon, Royale Joséphine, Eugène, Concorde, Heureuse Rencontre : on voit que le culte de la personnalité napoléono-familial sévissait à Milan comme ailleurs (pour faire bonne mesure, on ne manquera pas de mentionner aussi la création en 1806 de la loge Eugène Napoléon à Zadar).

Eugène, dans la foulée, est aussi devenu en 1805 le Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil italien, patenté le 16 mars 1805 par Grasse-Tilly.

On note dans cette patente une phrase symptomatique de la volonté d’hégémonie du REAA : Considérant ... que les Souverains Conseils du 33e Grade, constitués par le Suprême Pouvoir, à qui ils doivent leur existence, ont pour objectif de réguler et de gouverner, dans les deux hémisphères du globe, les diverses Loges Maçonniques, quels que soient leurs rites ... 

ci-contre à droite : gravure accompagnant la notice historique de Théodore Juge sur le Frère Eugène de Beauharnais, parue dans le Globe en 1840 (p. 19)

La loge Reale Eugenio fut inaugurée le 5 octobre 1805 (et non 1806 comme indiqué erronément à une édition d'époque, dont ci-contre copie de la couverture). A cette occasion fut interprétée la cantate de Vincenzo Monti l'Asilo della Vérità (l'Asile de la Vérité).

Il ne semble plus exister aucune trace de la partition, dont on sait qu'elle fut publiée à l'époque mais dont on ne connaît pas l'auteur.

Vincenzo Monti (1754-1828) est un célèbre poète, écrivain, dramaturge et traducteur.

Il est l'auteur la même année du poème Alla maesta di Napoleone 1. imperator de' francesi coronato re dell'Italia il dì 26. maggio 1805 dont il se proclame le très humble, très dévoué et très fidèle serviteur. Son hommage au roi Eugène est empreint de la même servilité (Que le soleil glorieux du grand Architecte resplendisse sur le front d’Eugène ... notre Orient et notre Guide).

Mais, étant d'un naturel opportuniste (en 1793, il avait publié un drame anti-révolutionnaire, la Bassvilliana), il représentera en 1816 le retour d'Astrée pour célébrer ... le retour des Autrichiens. .

C'est seulement en 1847, semble-t-il, que sera republié l'Asilo della Vérità, dans le Tome 5 de ses oeuvres complètes (pp. 49-55).

L'asilo della Verità

Cantata di Vincenzo Monti per l’inaugurazione della R∴ L∴ “Reale Eugenio” all’Or∴ di Milano (5 ottobre 1805)

 

IL MISTERO.

Vieni, Diva infelice, 
Vieni. In questo a’ profani occulto asilo 
Ti ricovra, e respirа 
In securtà. Qui l’ira 
Giunger non può de’ tuoi nemici. A tutti 
Ignoto resterà che qui s’asconde 
La non tacente Verità.

LA VERITÀ.

Che parli? 
Io tua compagna? e che cоmune io teco 
M’abbia l’ospizio? Nol sperar. Nemica 
Ti fui, lo sono, e lo sarò. Tu cerchi 
L’ombre; io la luce. Tu mostrar non osi 
La fronte; io temo di celarla. Or dunque 
Lasciami, o Nume tenebroso. Invano 
Riunir t’argomenti 
Mistero e Verità.

IL MISTERO.

T’accheta e senti. 
So che avversa mi sei; non io per questo 
T’ebbi men cara, augusta Dea, né mai 
Ti nocqui io no; ché l’opra mia soventi 
Anzi ti giova; e tu nol sai. Coperta 
Dell’arcano mio velo 
Tu diventi più bella; e spesso, il credi, 
M’hai vicino, mi tocchi, e non mi vedi. 
Ma tacciasi di questo. Altri pensieri 
Chiede il tuo stato. Una crudelе in terra 
Ti dan perpetua guerra 
L’Ignoranza, l’Error, l’Orgoglio, e il cieco 
Amor di se medesmo, e quell’orrendo 
Mostro a tutti tremendo, 
Che Fanatismо ha nome, arbitro antico 
Degli umani intelletti. Ognun ti teme, 
Ognun t’odia, ti scaccia, e cuor non trovi 
Che puro ti riceva. Or ecco; in questi 
Alla mia fe’ commessi 
Taciturni recessi io t’offro, o Diva, 
Altari, e culto, e sicuranza, e petti 
Di te bramosi e di te degni. Inoltra 
Là dentro il passo, e scorgerai se vero, 
Se svelato ti parla oggi il Mistero. 
Qui le virtù più bеllе 
Han trono, incensi ed ara; 
Qui dispogliаr s’impara 
Da vili affetti il cor. 
Eterna dalle stelle 
Qui piove un Dio lа luce, 
Non Dio tiranno e truce, 
Ma tutto Dio d’amor.

LA VERITÀ.

Di stupor mi riempi, 
O generoso mio rival. Mа quali 
Sono dunque i mortali 
Di tanto ben privilegiati.

IL MISTERO.

I figli 
Dell’eterno ARCHITETTO.

LA VERITÀ.

Basta così ; quel detto 
Mi fa tutto palese. Addio: ti resta 
Tu con gli alunni del compasso; io corro 
Altro asilo a cercar.

IL MISTERO.

Fermati, ascolta...

LA VERITÀ.

No lasciami: altra volta 
Intervenni chiamata 
Ai mistici consessi 
Di questi oscuri Illuminati, ed ebbi 
Di che pentirmi. Orsù; conosco anch’io 
I lоr travagli, so che sono; addio. 
Dell’аrcano altare al piede 
Ogni labbro in sacro accento 
Mi giurò silenzio e fedе, 
Ma scordossi il giuramento 
Più d’un labbro e mi tradì. 
Porse il petto al santo amplesso, 
E amor vero ognun promise; 
Mа l’orgoglio i cuor divise, 
E il fratel più volte oppresso 
Dal fratello, oh dio! perì.

IL MISTERO.

Vero parlasti, austera Dеa ; ma quale 
Degli umani istituti 
Ottimo sempre si mantien? Tu stessa, 
Di prudenza talor forse non varchi 
I prescritti confini? e per soverchio 
Zelo del giusto non ti veggo io spesso 
Cangiata in vizio? Ma garrir che giova? 
Entra, e i tuoi torti a prоvа 
Conoscerai. V’аprite, eccelse porte 
Del negato a profani 
Mistico tempio; e voi brandite, o figli 
Della luce, le spade, e coll’alzate 
Punte in croce onorate 
La Dеа del Ver, che viene.

Si spalancano le porte del Tempio, e comparisce il Coro delle Virtù, che si avanzano giubilando incontro alla Verità.

LA VERITÀ.

Oh ciel! son io 
Fuor di me stessa? o quelle,
Che là veggio, son pur le mie sorelle ?

CОRO DELLE VIRTÙ.

Vieni, aspettata 
Dolce germana; 
Delle bell’anime 
La gioia è ingrata, 
Se va lontana 
La Verità.

LA VERITÀ.

Oh cercate da me gran tempo in vano, 
Care sоrеlle, Egualità, Costanza, 
Cortesia, Temperanza, 
Beneficenza, Libertà! Dunqu’io 
Dopo tanto desio 
Vi ritrovo e v’abbraccio? Oh dolce incontro! 
Oh me felice! Ma qual sorte amica 
Fuggitive e disperse 
Vi riunì, vi aperse 
Questo asilo di pace?

UNA DELLA VIRTÙ.

Un Dio, che sempre 
Per noi fia Dio. Leva lo sguardo, e mira: 
Eccolo.

LA VERITÀ.

Oh vista? e non è quello il volto 
D’EUGENIO?

UNA DELLE VIRTÙ.

È desso. Su l’augusta fronte 
Della paterna stella. 
Non vedi il raggio balenar? Sbandite 
D’ogni parte e tradite, Ei ci rаccоlsе 
Tutte intorno al suo solio, Ei ne permise 
L’aver cultо e seguaci; ed è suo dono 
Se, LUI nostro ORIENTE e nostro Duce, 
Questo Tempio abitiamo e questa Luce.

LA VERITÀ.

Oh magnanimo, oh degno! 
Ch’ogni buono l’аdоri!

UNA DELLE VIRTÙ.

E non siam sole 
Al regale suo fianco. Altre sublimi 
Lо circondano a gara 
Generose virtù, che la profonda 
Gl’insegnano di Stato 
Difficil’ arte.

LA VERITÀ.

Ed io fra tante, io sola 
Esclusa rimarrò?

UNA DELLE VIRTÙ.

Sgombra il sospetto, 
Noi medesme al suo piede 
Ti guideremo. Ei chiede 
Di te pur sempre, e ti desira, e contro 
Le lusinghe e gli inganni 
Che circondano i troni Egli ti spera 
Sua compagna, sua scоrtа e consigliera.

LA VERITÀ.

Sì: quel cor d’udirmi è degno, 
E a quel core io parlerò.

IL MISTERO.

E agl’iniqui il tuo disegno 
Io fedel nasconderò.

LA VERITÀ.

Dunque pace, o Dio Mistero.

IL МISTERO.

Dunque pace, o Dea del Vero.

A DUE.

Senza velo, e senza sdegni 
Fra noi regni - l’amistà.

UNA VIRTÙ.

L’almo SOLE del grande ARCHITETTO 
Su la fronte d’EUGENIO risplenda:

UN’ALTRA VIRTÙ.

Per l’augusto Fratello diletto 
Ogni petto - di gioia s’accenda;

TUTTI

Il fragor delle palme battute 
A Lui porti la terza salute, 
E il possesso d’un’alma sì cara 
Sia la gara - di tutte Virtù.

l'Asile de la Vérité

Cantate de Vincenzo Monti pour l'inauguration de la Respectable Loge Roi Eugène à l'Orient de Milan le 5 octobre 1805

 

Le Mystère

Viens Déesse malheureuse,
Viens. Dans ce refuge caché aux profanes,
Mets-toi à l’abri et respire 
En sécurité. Ici, la colère
De tes ennemis ne peut t’atteindre. Et personne
Ne saura qu’ici se cache
La Vérité qui ne se tait pas.

La Vérité

Que dis-tu ?
Moi ton amie ? Et que je partage avec toi 
le même refuge ? Ne l’espère pas. Je fus
ton ennemie, je le suis et le resterai. Tu cherches
l’ombre ; moi, la lumière Tu n’oses pas montrer
ton visage, moi je redoute de le cacher. Alors
laisse-moi, ô Dieu ténébreux. C’est en vain
que tu tentes de réunir
Mystère et Vérité.

Le Mystère

Calme-toi et écoute.
Je sais que tu es mon adversaire ; pour autant
tu me fus chère quand même, auguste Déesse, et 
jamais je ne te fis de tort ; au contraire,
mon action t’est souvent profitable et tu ne le sais pas.
Cachée par mon voile secret
Tu deviens plus belle ; et souvent, crois-moi, 
Je te suis proche, tu me touches mais tu ne me vois pas.
Mais ne parlons plus de cela. Ta situation requiert
D’autres pensées. Sur terre, contre toi, 
une guerre cruelle et incessante est menée 
par l’Ignorance,  L’Erreur, l’Orgueil, l’Amour,
Aveugle à lui-même et
Cet horrible Monstre qui tous effraie,
Et qui a nom Fanatisme, ancien arbitre
Des esprits humains. Tous te craignent,
Tous te haïssent, te chassent et tu ne trouves pas
de c½ur pur pour te recevoir. 
Alors, voici : dans les profondeurs
Silencieuses dédiées à ma fidélité, ô Déesse,
Je t’offre autels, culte et sécurité, des c½urs
Qui te désirent et qui sont dignes de toi. Avance
A l’intérieur et tu verras si le Mystère, aujourd’hui, 
Te parle franchement et sans voile.
Ici, les vertus les plus belles
Ont trône, encens et autel ;
Ici on apprend à chasser de son c½ur 
Les sentiments vils.
Ici, des étoiles descend une lumière 
Eternelle, un Dieu, 
Non pas un Dieu tyrannique et cruel,
mais un Dieu qui n’est qu’amour.

La Vérité

Tu me remplis d’étonnement,
O mon généreux rival. Mais qui
Sont ces mortels 
Dotés d’un si grand bien ?

Le Mystère

Les fils 
de L’ARCHITECTE éternel.

La Vérité

Ça suffit ; par ces mots
Tout devient clair. Adieu : toi, reste
Avec les élèves du compas ; moi je cours 
chercher un autre refuge.

Le Mystère

Arrête-toi et écoute.

La Vérité

Non, laisse-moi : sollicitée, 
Je suis déjà intervenue 
dans les assemblées mystiques
De ces obscurs illuminés et je l’ai bien
Regretté. Allons, moi aussi je connais
Leurs travaux, je sais qui ils sont ; adieu.
Au pied de l’autel mystérieux
Toutes les voix me jurèrent silence 
Et fidélité d’un ton solennel,
Mais plus d’une oublia 
Son serment et me trahit.
Tous offrirent leur poitrine à l’étreinte sacrée 
Et tous promirent un amour véritable ;
Mais l’Orgueil sépara les c½urs
Et plusieurs fois le frère opprima
Le frère qui, ô mon dieu, périt.

Le Mystère

Tu dis vrai, austère Déesse ; mais quelle
Institution humaine
Demeure toujours excellente ? Toi-même,
De la prudence ne passes-tu pas 
Les limites prescrites ? Et ne te vois-je pas
Souvent, par excès de zèle pour la justice, 
Te changer en vice ? Mais à quoi sert d’ergoter ?
Entre, et tu auras la preuve que 
Tu as tort. Ouvrez-vous hautes portes 
Du temple mystique interdit
Aux profanes ; et vous, ô fils
De la lumière, brandissez vos épées
Et de leurs pointes levées en croix, honorez
La Déesse de la Vérité qui s’avance.

On ouvre en grand les portes du temple et apparaît le Ch½ur des Vertus qui s’avancent, remplies de joie, vers la Vérité.

La Vérité

O ciel, ai-je perdu la raison ? Ou bien 
Celles que je vois là-bas 
Sont mes s½urs ?

Ch½ur des Vertus

Approche, douce s½ur
Tant attendue ;
La joie des belles âmes
N’est pas agréable
Si la Vérité n’est pas
Présente.

La Vérité

O je vous ai cherchées en vain depuis longtemps
Mes chères s½urs, Egalité, Constance,
Courtoisie, Tempérance,
Bienfaisance, Liberté ! 
Enfin, après vous avoir tant désirées
Je vous retrouve et vous étreins ? ô douce rencontre !
O quel bonheur pour moi ! Mais quel destin favorable
Vous a réunies, vous 
Fugitives et dispersées, 
Et offert cet asile de paix ?

Une des Vertus

Un Dieu, qui toujours
Pour nous sera Dieu. Lève les yeux et regarde :
Le voici.

La Vérité

O quelle vision, n’est-ce pas le visage 
D’EUGENE ?

Une des Vertus

C’est lui. Sur l’auguste front
De l’étoile paternelle
Ne vois-tu pas briller un rayon ? Chassées 
De toutes parts et trahies, Il nous rassembla
Toutes autour de son trône, Il nous permit
D’avoir un culte et des disciples ; et c’est son don à
LUI, notre ORIENT et notre GUIDE, 
Si nous habitons ce Temple et cette Lumière.

La Vérité

O quelle magnanimité, quelle dignité !
Que tout homme bon l’adore !

Une des Vertus

Et nous ne sommes pas les seules
A ses côtés. D’autres sublimes 
Et généreuses vertus 
L’entourent à l’envi
Car elles lui enseignent le métier difficile
Et important de l’Etat.

La Vérité

Et moi, parmi tant d’autres, 
Resterais-je exclue ?

Une des Vertus

Chasse tes doutes.
Nous te guiderons nous-mêmes
A ses pieds. 
Il s’inquiète toujours de toi
Et malgré les flatteries et les tromperies
Qui entourent les trônes, il t’espère
Comme amie, accompagnatrice et conseillère.

La Vérité

Oui ce c½ur est digne de m’entendre
Et à ce c½ur je parlerai.

Le Mystère

Et je cacherai fidèlement
Ton dessein aux iniques.

La Vérité

Alors paix ô Dieu Mystère.

Le Mystère

Alors paix, ô déesse de la Vérité.

Tous les deux

Sans voile et sans dédain
Qu’entre nous règne l’amitié

Une vertu

Que le soleil glorieux du grand ARCHITECTE
Resplendisse sur le front d’EUGENE :

Une autre Vertu

Que pour l’auguste frère bien-aimé
Tous les c½urs brûlent de joie ;

Tous

Que le bruit des applaudissements
Lui apporte la troisième santé
Et que toutes les vertus se disputent 
La possession d’une âme si chère.

Merci à PG pour la traduction française.

 Autres chansons en italien

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe:

Retour au sommaire du Chansonnier :